Roc Trespouzien - 100 Bornes - Géant !

9 avril 2017

Pour le meilleur faites du vtt.
Pour l'excellent et le sensationnel, faites le Roc Trespouzien.
On savait depuis longtemps que tous les chemins mènent à Rome.
Eh bien maintenant on sait que tous les sentiers nous ramènent à Trespoux.

Après de nombreuses années passées à nous faire faire des pirouettes et des tourniquets, dans ces excellents singles sauvages, je crois que cette fois ils ont tiré le gros Lot ! 
Et nous avec.


► Strava - Roc Trespouzien - 100 Bornes - Un Must !

JPR31 sur PLani                           Le blog de Gaël (live Trespoux)              CR de Mary
Vidéo de Jste                          Jean Marc Pédalator le CR                    Vidéo de Patroc10
Un CR de Christophe du TOAC


10 ans que ça dure, il fallait un très bon, très beau et surpuissant raid pour célébrer cet anniversaire.
D'abord ne pas le manquer. 
Mariages, anniversaires, baptêmes, vacances, grèves, élections, etc, interdit ce jour là 😊.
Et ensuite quand c'est finit, comment dire... eh ben déjà on est content que ça s'arrête quand même, mais il nous aura vraiment marqué celui là encore !

Le seul problème au fond à Trespoux, c'est que y a pas de suspense quant à la conclusion.
On sait par d'avance que ça va être énorme, top, extra et tout ce que vous voulez de bon.
Mais tout de même ce dixième épisode restera gravé dans les esprits
Un peu plus que les autres certainement, et c'est ce qui en fait une édition spéciale et quand même exceptionnelle je trouve.



Le challenge était tout trouvé en programmant un 100 bornes en 2017. Ça cent bon ça 😊 !
Cahors Cyclisme fait un sans faute à tout les niveaux.
Multiples circuits de 20 à 100 bornes, météo royale, terrain hyper sec, des parcours avec peut être 80% ou plus de sentiers, des endroits splendides et un régal de pilotage permanent.
Bravo les gars ! C'est du très très bon.
Je le sens bien de le refaire celui là un de ces jours.

La longue journée splendide commence un peu avant 5h du mat.
7h15 on est sur place. Le champ parking commence à se remplir, le soleil est déjà fringuant.
On rejoint le départ au pied de la Tour.
Inscriptions, déjeuner, causette avec les copains et ultimes préparatifs. La trace gps est chargé.
Je suis avec JeanMi, Arnaud, Patrick, Benoit et Thierry. Pour le petit groupe ce sera le big one de 100 bornes.

7h45 c'est parti.
Roulage en mode été, il va faire chaud. La température sur les plateaux est bonne, mais dans les vallées pendant la première petite heure, c'est grosse fraîcheur encore.
En sortant du village, on enfile très vite la première monotrace extra ludique. Pour éviter les répétions de superlatifs, je vais faire simple. Une monotrace extra ludique à Trespoux, c'est devenu un pléonasme.
Ça descend joyeusement dans la combe.
La dégustation ne fait que commencer, Le ton est donné de ce que sera le reste du raid, on se régale déjà beaucoup entre les arbres, à filer des coups de cintres, à tortiller sans modération et à faire le plein de bonheur de bon matin.



Sur le profil on a une bonne vingtaine de bosses à passer. La plupart en sentiers.
Et on sera tout en joie dès le début, autour de la Combe du Roc avec trois petites supers descentes.
Sur les quinze premiers km, on parcourt les premiers reliefs entre Trespoux et Flottes.
Autant vous dire que le gavage de singles est la norme unique et quasi absolue. On les enchaîne sans temps morts, quelques liaisons qui passent inaperçues, et on s'y replonge.
Si les bosses consomment toujours pas mal de jus, les descentes vous régalent toutes, en long, en large et en travers même 😊.

On croise très peu de vététistes sur les sentiers tout le long.
Bien vu la mise en scène de la trame des différents circuits.
Ceux qui font le cent km démarrent très tôt, et une grande majorité de participants sont sur le 60 certainement. Tout en démarrant un peu plus tard et en shuntant une bonne partie du début du 100, du coup le roulage est très fluide tout le temps.

Les premières heures avec la fraîcheur physique, on progresse bien.
Roulage en mini peloton joyeux, avec bien sur une certaine tendance à la déconnade. Il s'agissait avant tout de rester ensemble autant que possible, de passer les bosses et les descentes sur son propre rythme, en se regroupant ensuite sur les parties plus faciles.
Ça marche bien pour le groupe de six, dans une allure convenable, en mode gestion sur la longueur.



Entre Les Junies et Pradines, le mode monotrace continue de plus belle. Grimpée au Pech de Poujade avant de redescendre en fanfare. Au top celle là ! Dingue ce début de parcours !
Dans la combe en bas, on enfile encore une palanquée de sentiers avant de remonter au Cap des Gourmies. Argh ! Le final de la bosse c'est coriace.
Sur le plateau on reste un long moment dans les traces joueuses, avant de choper la bonne descente dans la Combe de Pradines.
Pas de souci pour suivre la trace gps. C'est précis.

Km 25. Ravito un. Une bon arrêt ravito. Il commence à faire chaud déjà. On ravitaille un peu et ça repart vers les hauteurs.
La longue bosse vers le site de parapente. Ça compte pour une belle et copieuse bosse celle là. Trois bornes et demi.
Sur le site en haut, le point de vue sur les méandres du Lot.
On s'attarde pas, le groupe se reforme et gaz peu après dans la descente du Pech de Pomies. Rhaaa c'est encore de la balle dans ce sens.
Et c'est pas finit. En bas de cette merveille, avant y avait un chemin banal et communal. Là maintenant, tout frais tout beau, il y a une nouvelle monotrace sublime qui envoie sa dose de sensass.
Beau boulot, on est sur du Mozart en gros, t'as compris ?!!



Traversée de route, on file en face dans le champ. Oh put... une flaque ! Assez rare pour être souligné !
Le chemin ombragé suivant va direct à Douelle.
Pas d'arrêt, on encape la bosse suivante. Facile sur chemin et route. C'est bon de temps en temps de souffler. Bon eh ça monte quand même hein !

La suite sans surprise est bien bonne. Pénétration généreuse dans le sentier lotois. Les Travers de Mader se bonifient chaque année. On dirait presque qu'ils s'allongent même.
On rejoint plus loin la ligne des pylônes. Y avait une belle descente à faire là. Pas pour aujourd'hui, on peut pas tout faire et même sur cents bornes c'est difficile pour les traceurs de caser la multitudes de descentes caviars de la région.

Bon pas grave, on va en faire une qui est sensass aussi dans son genre. La descente de la Combe des Fosses. Pas la peine de chercher la difficulté, y en a pas, ça file à bloc et tout seul. Y a bien un ou deux passages tendus entre les arbres, qui peuvent vous envoyer une grosse valdingue, mais sinon c'est du velours. Excellent !

En bas on tombe sur une anomalie. Du goudron. Bizarre ! On s'interroge ? Ça existe les routes ici ? On vérifie la trace 😊. Bon y en a cinquante mètres quand même !!
Allez entre deux buissons la monotrace se dévoile. Belle comme une grosse grimpette, qui va faire du tapage dans les guiboles sur le final encore.
Oh le début on se régale, et puis le sentier se révolte, se corse, se cabre, et finit par nous mettre par terre cette fois. Ce sera il me semble le seul portage obligé du raid.
On est à l'abri dans les arbres, mais la chaleur se fait sentir maintenant.



Dès qu'on peut remonter en selle deux cents mètres plus haut, c'est reparti dans une longue, très longue monotrace de quatre gros km. Superbe tout le long, mais en même temps elle use petit à petit sur toutes les petites ondulations de niveaux à passer, et il faut rester raisonnable là-dedans, en prenant le temps d'en profiter. 
C'est excellent encore. On a un ou deux passages sur la fin dans des ruines de vieilles gariottes et même en bordure d'une plantation de chênes truffiers.
Tiens au fait le chêne truffier, il faut 10 ans environ pour qu'il produise le meilleur des champignons.
A Trespoux ça fait 10 ans qu'ils nous truffent de sentiers.

Km 45.
Petit hameau de Labouysse. C'est le rendez-vous du ravito 2 qui servira aussi de ravito 4 un peu plus tard. Je revoie Jérôme (Yeti47) et Bruno. Deux Lot et Garonnais dans le Lot, Normal !
On se regroupe pour la formule restau. Ça chauffe sur les causses lotois aujourd'hui. Belle journée et grosse chaleur printanière.
Plusieurs fois sur le parcours, la Tour de Trespoux pointe au dessus des collines. Elle est jamais très loin en visuel, mais en km de sentiers ce sera long encore pour la rejoindre.

C'est reparti pour le petit troupeau de vtt. Deux Jeffsy, un BMC, un Yeti, un Trek et un Lyti. 5 tout mou, contre un semi rigide. Je fais pas le poids !
Le GR36 nous promène un peu sur les plaines et arrive peu après la belle trace sur le travers de Fontanusse. Et bien en suivant, la belle descente pour conclure. Que du bon !



Km 50. A table. Déjà !!
Ravito 3, on fait un petit arrêt malgré tout. On est à la moitié pile, il est midi pile. Pas mal la synchro horaire.

Reprise de la partie de manivelles.
Cinquante ou cents mètres de route, pas plus vu qui sont allergiques au bitume là-bas, et hop on saute dans une sente qui va bien nous amuser.
Jusqu'à là l'allure était bonne, rythmée, sportive juste ce qu'il faut pour que ça convienne à tous. Bon ben je sais pas ce qu'il s'est passé subitement, mais à mandonné JeanMi s'est mis en mode avion de chasse. Et derrière eh ben ça causait plus, et comme on dit souvent, ça pétait de partout !
Je suis en forme, donc je pouvais suivre, mais si j'avais pris un relais, j'aurais surement ralenti l'allure un poil quand même. Michel aurait dit c'est maintenant l'emballage final. Sauf que y en a encore cinquante à faire de bornes. A ce rythme là, on va arriver à temps pour voir Paris Roubaix.
Bon donc la remontée vers Cournou s'est faite bon train, dans une allure bien vive.
La bosse est longue pour ressortir tout en haut sur la plaine.

De l'autre côté de la route cap vers les superbes Travers de Glorie. Toujours un régal et pour finir, la longue monotrace se conclut par une superbe partie en descente bien raide. On est gâté à Trespoux côté amusement perpétuel.

En bas on passe en mode récup tranquille pour reformer le groupe. La longue montée vers Ventejouls est idéale en mode promenade. Il fait chaud par contre maintenant. Depuis 11h et jusqu'à 14h environ, on a été au plus fort de la chaleur je trouve. Sur les parties un peu découvertes, ça ajoutait une difficulté supplémentaire.
Dans l'après midi, ça s'est pas calmé côté température, mais un petit vent régulier était impec et permettait de mieux dissiper la chaleur.



Km 60. Ravito 4.
On y fait une belle pause. Le plein de liquide pour la deuxième fois. Ça consomme le Lot. J'aurais fait du 7 litres au cent aujourd'hui 😊.

Remise en jambes un peu plus tard.
Direction Combayral et sa monotrace qui vire et revire sur le contour de la plaine. Tout le monde s'amuse c'est clair. Et puis dès qu'on quitte la trace horizontale, on plonge dans Rataboul. 
Mmmh Rataboul !! Une autre descente velouté, moelleuse et sensass.
Ça en devient royal ce raid. Surtout qu'il y en a encore de belles à venir.

On lâche les freins sur la route. Une partie goudron qu'on va garder jusqu'à Saint Vincent.
Le sentier des Pervenches existe pour remplacer la route, mais pour éviter le recoupement de la trace, on pouvait pas le prendre aujourd'hui.

Village de Saint Vincent, pas d'arrêt, il va falloir remonter par les Côtes Vieilles. Un gros km pas très dur en temps normal, mais à presque 65 bornes ça chauffe.
Plutôt "facile" sur la première moitié avec une monotrace bien lisse et pas trop pentue, mais ensuite ça pique un peu plus sur la partie empierrée qui rend pas trop sous la roue.
On débouche sur un final routier qui fait du bien pour dérouler tranquillement.



Les écarts se font un peu plus grand dans le groupe. Benoit est parti un peu devant, je roule avec Thierry, Patrick est pas loin, et JeanMi et Arnaud navigue ensemble un peu plus en arrière.

Descente des 20 Voltes. C'est assurément la meilleure de ce côté ci.
On s'y met de bon cœur avec Thierry. J'adore cette descente. Je l'ai pas faite depuis deux ans je pense, et je l'ai trouvé bien changée. 
Elle est pas mal défoncée par la flotte. La monotrace se transforme en ornière par endroits, beaucoup plus de caillasses mobiles qu'avant et globalement elle est moins fun maintenant.
Mais ça vaut toujours le coup de dévaler cette descente et les nombreux virages restent très bon pour se régaler. Mon semi rigide trouve là aussi ses limites, et je fais gaffe à pas trop faire le zouave.

Passé les chaos de roches à la fin, on retrouve le très bon sentier qui longe le petit ruisseau.
On patiente pour se regrouper sur la traversée de route suivante, et c'est reparti dans la monotrace vers Les Roques. Le début est splendide en tunnels sous bois. On traverse le petit ruisseau pour rafraîchir les roues avec trente cm d'eau environ.
La bosse de la Combe de Bigorre est sévère. Les petits virages empierrés malmènent le roulage et la forte pente accentue la difficulté. On arrive à bien passer, convenablement, mais il faut un max d'énergie. 
Là déjà si on est court en jus, c'est à pied celle là.

En haut on retrouve Benoit qui nous attend. Il s'est mis une gaufre dans les 20 Voltes et à du mal à tenir le cintre main droite.
Poursuite en trio maintenant. Le chemin roulant nous lance avec élan dans la mini descente enduro de Bondoire. Ça fait du bien je trouve de se faire remuer un peu dans certaines descentes.
Je m'éclate bien en plus dans ces parties défoncées. J'ai toujours la forme à se stade du raid, donc ça aide aussi certainement.
La partie rapide du début fait vite place à un bousculage copieux sur de grosses rocailles hostiles si on vient s'écrouler dessus. Donc gaffe !



Parcours toujours excellent au fur et à mesure qu'on défile les kilomètres.
A venir qu'est ce qu'on a ? Une bosse oui ça on savait. Mais une belle, gentille et magnifique.
La remontée des Gorges de Landorre. Une incontournable dans un sens ou dans l'autre. C'est superbe sous les tunnels de buis en bas, un peu long certes si on est moins bien, mais c'est pas dur. Un seul passage costaud de quinze mètres, mais sinon c'est facile à rouler en montant.
Montée sur un bon rythme.
Le final après la traversée de route est coriace pendant deux cents mètres très rudes.
On termine par une petite partie descendante qui se jette sur le ravito 5.

Km 73.
Une large pause en attendant les copains. Benoit pas à l'aise avec sa main droite douloureuse décide de rentrer par la route. Pat Furious arrive et ça repart peu après.
JeanMi et Arnaud se gère le final en duo.

Trespoux c'est l'abondance de sentiers en tout genre qui se succèdent les uns aux autres. Il en sort de partout sous les roues, et pour ces vingt huit derniers km, ils en ont encore en pagaille à vous faire déguster. Balèze la trace !
On progresse sans cesse sur de très belles monotraces qui s'étirent longuement à travers les plaines.
Pour bien apprécier il faut être en forme c'est clair, et à ce moment là quand le physique est bien, c'est carrément prodigieux ce tracé.
Toujours à la recherche du meilleur, et le meilleur est toujours là, dans les longues sentes sauvages.



Vers le km 80 Thierry malgré une bonne forme encore, décide de garder la route pour pas rentrer trop tard.
Je poursuit avec Pat.
Lieu dit Al Mouli, on déroule une sente fameuse encore, qui tourne et retourne un long moment entre les arbres, dans des petites parties parfois techniques, toujours un petit dévers pour taquiner les roues, et bien sur avec à chaque fois une belle conclusion par une petite descente ludique.
Et au gps c'est le top. Pas de problème de navigation. 
Sur les parties communes on retrouve les panneaux et les rubalises en plus.

A Plantou Blanc, remontée tranquille par un sentier chemin. très cool comme montée. Ce qui sera le cas des dernières bosses globalement. Toutes sur des chemins qui demandent moins d'énergie que la monotrace.
Descente du Colombier. Mode rapide activé. Elle est bien bonne celle là et facile après plus de 80 bornes. Sur le final de la descente dans la partie technique, je reviens sur deux participants, mais pas possible de passer ça bouchonne.
Tant pis, je reste derrière en mode tranquillou. Mais j'étais en mode chaud bouillant encore pour chauffer de la plaquette de freins 😊.

Km 87. ravito 6.
Pas possible de faire de fringale aujourd'hui avec six arrêts buffet.
Je remet un peu de flotte pour le final.
La salé sur les ravitos, c'est tout bon aujourd'hui. Le sucre au bout de cinq ou six heures avec la chaleur, on en a presque plus envie. Le coca ça vaut rien en temps normal, mais en vtt sur les ravitos, c'est excellent !



Allez zou on file à la bière. 
Pas si vite mon gars ! C'est pas si simple. Encore une belle bugne pour grimper à La Souque. c'est sur un chemin, mais la pente est bien présente. Un VAE nous double sur le final. Ça irait mieux tiens si on avait ça à ce stade du raid. Juste pour les bosses hein !
Non parce que pour les descentes, je préfère mon Lyti (ou le Yeti oui), qui vont vachement bien.
Et d'ailleurs depuis ce petit hameau, on va s'en faire une petite de descente qui est bonne comme tout.
Elle passe proche d'un petit lavoir et fuse fort dans des pentes bien raides, et sur quelques virages serrés. On s'amuse encore un max.

Retour dans les sentiers en bas. Sept km de mieux en single perpétuel. Trop fort et trop bon !
On les fait chaque année ou presque mais quel pied à chaque passage. En plus ça va vite là-dedans. Sur un profil descendant globalement pendant trois bornes, on se régale.
La deuxième partie sera un peu montante, mais ça passe bien. Je roule quasi seul maintenant. Patrick est pas très loin, mais j'ai encore pas mal de jus, donc je maintiens un bon rythme après 90 km.
La très longue monotrace dessine un long contour dans les combes et revient de l'autre côté pour entamer la remontée finale.
Km 96, il reste encore un bon coup de cravache à donner pour passer l'ultime difficulté sur cinq cents mètres. Un sentier bien pentu pour une fin de raid. Je passe bien mais c'est rude.

Sur la plaine, la Tour est en vue. Encore trois km, donc un dernier monotrace très bon qui demande du jus encore même si c'est quasi plat. 
Holà ! Qué passa soubito ?!!! De la route ?! 1 Km ? Hors parcours ? Ben non en fait 😊.
Quand on sort du sentier, on goudronne le der des der kilométrique pour rejoindre le village. 
Alors les gars, vous n'en avez plus des singles ? On en ferait encore quelques uns 😊. 
Va falloir en fabriquer encore ! 
Je vous fais confiance pour 2018 😊.



Woooh hou !! Le panneau du bled, la Tour, le soleil, la tireuse à bière, les potes, y a d'la joie !
Plaisir sans bornes !
Une merveille de plus au compteur. Et à trois chiffres en plus.
Le Garmin affiche 101 km - presque 3200 de D+ et 8h45 de temps total. 8h pile sur la selle.
Les données reportées sur les différents sites ou logiciels sont pas tous d'accord sur les bons chiffres, donc maintenant je m'en tiens plutôt à l'affichage du gps avec les données récoltées sur le terrain.

Sous la grande halle, un peu de monde encore qui fête cet événement autour de la bière et du repas.
J'ai soif. Pas d'eau s'il vous plait. Une blonde déjà pour commencer.
Merci Jean Marc au fait pour le ticket bière en supplément. Ça m'en fera deux. C'est raisonnable avant de reprendre la route, mais c'est mérité, et puis j'y ai pensé quelquefois en grimpant les bosses. Ça motive 😊 !
Sympa de retrouver quelques potes habituels. Le sourire XXL est de mise pour tous, vu l'ampleur de la satisfaction générale sur cette édition festive.

Plus de 500 personnes étaient présentes à Trespoux et un paquet de marcheurs aussi.
Le paradoxe, c'est que c'est l'année où j'aurais vu le moins de monde au bout du compte. 
Peu nombreux encore de bonne heure le matin, et tous ou presque repartis à l'arrivée en fin d'après midi. 
Mais entre les deux ça a du grouiller, gazouiller, régaler, et s'amuser follement pendant toute la journée.

Sacrée balade !
Le must était à Trespoux aujourd'hui !
C'est valable chaque année, mais pour ces dix ans, on y a eu encore un petit supplément de bonheur.
Le traceur on le savait très bon, mais ça frise le génie maintenant.
La trace était impec, et c'est d'autant plus dur à tracer pour faire un top circuit de 100 bornes, que il existe encore une quantité innombrables de traces tout aussi bonnes à parcourir. 
Réussir une trace de 100 km aussi belle, chapeau ! Félicitations.



C'est peu de le dire, mais un grand bravo et des remerciements appuyés à Cahors Cyclisme pour cette belle aventure lotoise. 10 ans de fête, que ça continue longtemps.
Les parcours intermédiaires auront été tout aussi exceptionnels d'après les copains. 
Sans aucun doute.

Je l'ai vécu 100 % plaisir, malgré le timing qui s'annonçait long, et un dénivelé qu'on a plus l'habitude de retrouver dans les montagnes, ou sur des reliefs bien plus prononcés que dans ce coin du Lot.
J'ai eu des années plus rudes à Trespoux sur des parcours presque deux fois moins longs. 
La chaleur m'a pas trop gêné bien que j'aime pas trop ça quand ça dépasse les vingt cinq degrés.
Je dirais que l'allure de roulage me convenait parfaitement, jamais de coup de mou ou de moins bien. Mais je sais aussi que j'ai quand même une belle forme en ce moment.
Donc tout ça fait que ça restera très certainement le meilleur des 10 ans pour moi.
Vivement la suite !

Bravo le Roc Trespouzien 2017 !
Mille et un sentiers parcourus, une débauche de singles en tout genre, c'est prodigieux sur 100 bornes. 
Le grand cru classé chaque année, a laissé la place cette fois à un vintage qui marque les années exceptionnelles, et atteste d'un millésime unique.

Allez encore une fois ! Vive le Lot ! 


Il adore les causses lotois - Increvable




C'est parti pour le grand tour 2017




C'est ici que ça commence




Arnaud




JeanMi




Patrick




Benoit




Thierry




Départ avant 8h - Beau temps total




Montée vers Flottes




Ravito 1 - Combe de Pradines




Au dessus de Douelle - Fin de bosse




Ravito 2 - Labouysse - 1 er passage




Jérôme à gauche - 100 Bornes à se faire poncer le cuissard - Joli !




Bruno - 100 Bornes - Bravo !
Jette pas le vélo par contre 😊




Quelques belles bâtisses sur les parcours




JeanMi en mode course à mi parcours
Ça causait pas derrière !




Ravito 4 - Labouysse - 2 ème passage




Monotrace lotoise





Ravito 5 en haut de Landorre




On a roulé un peu ensemble sur le final
Ça appuyait bien !




Ravito 6 - Sébastien à gauche




La bière c'est essentiel pour la récup




Mary - Jean Marc
Les Nordistes descendent souvent chez les Sudistes




Mode affamé pour certains




Pat Furious et Christian




Gaël - Arnaud - Deux YT (Wahïti) Jeffsy





Une bière vite 😊 !




Freddy et Gaël




Salut à Stéphane





Une belle journée à venir





Causerie :

  1. salut Yves, tu passes du ravitos 2 au ravitos 4 j'ai loupé un truc ou quoi?
    sinon, je trouve aussi que certaines descente ont pas mal changé, en moins bien, plus érodée ( moto? pluie? passage répété des vtt?) faudrait pas que ça évolue trop dans ce sens... ça serait dommage
    super CR comme d'hab! et belle perf aussi accessoirement
    à bientot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. t'inquiète ! Denis !! y'en a à la toque des descentes !!!! (les causes: un peu tout à la fois!)

      Supprimer
    2. Non non Denis 😊
      Le ravito 3 (celui de la Combe de Douelle) est juste mentionné dans le texte avec une photo. J'ai pas remis de photo à la fin de ce ravito.
      Il était très près du 2 en fait, qui était en haut à Labouysse 5 km avant.
      En fait il y avait non pas 5 ravitos mais bien 6 sur le 100, dont le ravito 2 qui servait aussi de ravito 4.

      Supprimer
    3. ok, bon celui là on l'a zappé, il fallait faire un petit écart pour y aller non? il était pas sur le trajet?

      Supprimer
    4. Tu pouvais pas le manquer Denis. C'est curieux que vous l'ayez zappé.
      Il était à 30 m en visuel avant d'attaquer la remontée à Cournou. Sur le croisement des routes de Douelle, en bas de la descente de Fontanusse.
      Le 2 en haut à Labouysse, il fallait faire un écart parcours pour le trouver, mais y avait un panneautage Ravito 150 m.

      Supprimer
    5. le 2 ok, le 3 ca y est je me souviens, il fallait faire un petit écart de 30 m sur la gauche, il était tellement prés du 2, qu'on a cru que c'était un ravito d'un autre parcours genre 40 ou 60 et on a continué

      Supprimer
    6. 😊 Nous on s'est arrêté pour tailler un bout de saucisse.

      Supprimer
  2. trop bon le Lot !
    bravo Yves100 ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Excellent CR, tu mitrailles de photos le Roc Trespouzien et en plus tu le fais en moins de 8 heures ... chapeau Yves ! pour ma part je suis encore moulu mais je viendrai faire les 100 bornes de Bouconne au moi d’août histoire de me reposer un peu ! LoL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que Bouconne c'est plat par rapport à Trespoux.
      Et ça va en faire 4 des 100 Bornes cette année ! Trespoux, Bouconne, Granit Montana, Lanzac.
      Excellente année 2017 !

      Supprimer
    2. oh la granit!, ca va être quelque-chose aussi! 3600 je crois? profil en dents de scie aussi mais encore moins "roulant" que Trespoux...

      Supprimer
    3. pour moi ce sera Bouconne et Lanzac ...

      Supprimer
  4. Salut Yves,
    CR au top comme d'hab et perf au top également, bravo !!! Je me suis vraiment régalé aussi sur le 60 Km et je dirais même que depuis que j'ai eu mon ennui physique (cruralgie) c'est la plus longue distance que j'ai faite sur un VTT et ça s'est plutôt très bien passé en compagnie d'un Freddy au top de sa forme ! A bientôt sur les chemins !! Patrick

    RépondreSupprimer
  5. Encore un super CR pour une superbe journée. Merci Yves ;)

    RépondreSupprimer
  6. Salut Yves, très bon compte rendu , Trespoux 2017 approuved. Un régal ce circuit, je te joins mon compte rendu également. http://toac-cyclisme.fr/roc-trepouzien à bientôt sur le bike. Christophe VTT TOAC.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Christophe
      Trespoux c'est toujours excellent.
      Bravo a toi ! En rigide c'est un beau parcours.
      Comme toi j etais pas fracassé juste fatiguée normalemet. Et je pensais que ce serait plus rude avant d attaquer. Une bonne gestion et ca passe si on est préparé pour les longues distances.
      J ai ajouté lien pour ton CR.
      A un de ces quatre.

      Supprimer