21 février 2021

Mont Saint Cyr - Le Lot au Top

Vingt-et-unième jour de la vingt-et-unième année du vingt-et-unième siècle, t'étais où en jour unique donc ?
Il fallait bien que le hasard (ou pas) et le vent d'autan, nous poussent sur un des paradis pour le vtt. Le Lot toujours 😀.



On devait être ailleurs, dans un autre bel endroit pour rider certes, mais finalement le destin en a décidé autrement. Et la météo un peu, qui nous a orienté vers un joli ciel d'hiver et surtout une merveille de circuit de plus.
Ouais le Lot encore, truffé de trésors vététissimes. C'est dingue ça ! 
Les traces poussent toute l'année là-bas. Et chaque fois que t'y retournes y en a encore de nouvelles.

Le rendez-vous des copains c'est à Cahors aujourd'hui. Enfin juste au-dessus, au Mont-Saint-Cyr. Météo royale, beaucoup de vent, et un terrain extra. La journée est déjà réussie.
8h40/45 les fourgons sont pleins de bonne volonté avec douze rideurs prêts pour la balade.
Vincent, Jean-Luc, deux Jérôme, JeanBa, Cédric, Jeff, Sébastien, Fred, Jacques, Jean-Marc et moi.

On s'active tranquillou pour se mettre en place. Le circuit du jour est pas très long. 40 km et 1400 m de positif environ. Une trace d'une bonne trentaine de km modelé par Vincent, à laquelle j'ai ajouté quelques bornes de plus pour faire le compte.
Le tracé reste sur un périmètre réduit avec comme seul but de monter le plus souvent possible pour ensuite se régaler au max dès que tu sens que ça descend.
Eh bien quand on en eu finit de tout ces virolos en tout genre, pour moi le but recherché au départ, est comment dire... largement dépassé. Quel pied encore ! 
J'ai demandé aux autres quand même (faut pas avoir raison tout seul 😀), eh bé pareil y zont aimé !
Bon pardi y a quelques efforts à fournir. 
Avant de se gaver dans les descentes des collines, il va falloir les grimper c'est clair. Mais vraiment elles valent toutes le coup qu'on s'y file un peu (beaucoup parfois 😀) en montant pour choper la banane en descendant.


C'est presque neuf heures quand on débute sur la plaine lotoise. 
Pas le temps de chauffer avec ces furieux, qu'on se retrouve déjà dans la première descente qui donne déjà le ton du parcours. Ça commence intense !
Beau plongeon sur la ville, sur un monotrace extra et surprenant à deux ou trois reprises. Bien bien et rigolo tout plein. Cette descente s'appelle la Diabolique. Dieu qu'elle est bonne 😀.

Allez zou on continue.
Igue de Laparra c'est en haut, nous on est en bas. Je vous fait pas un dessin. C'est parti pour mouliner un peu en montant. La route puis le bon sentier grimpant et hop on est prêt pour la DH number two.
Ça dévale impec au bord de l'igue du Renard pour une belle enfilade joyeuse. Rapide et fun.

Remontée vers la plaine par le chemin peinard. On poursuit un bout de route et on va aller savourer un premier caviar fraichement ouvert on dirait. La descente du Filhot. Excellent tout le long, bien propre ça swingue entre les arbres. Ne manquez pas de zieuter au passage une mini gariotte qui surgit devant le cintre quelque part au milieu de la régalade. Bravo l'ouverture de celle là !

La troupe poursuit son chemin en sentier sur le bas en bordure de la piste. Un peu plus loin on est mûr pour une petite bosse 😄. Huhuhu un petit mur qu'y disait. La vache le bordel. Bon c'est la plus raide du jour. Il en faut une on va dire. 
Le chemin tout gentil ou presque au début, et pan un single sur la droite ensuite.
Ça grimpe fort ouais, genre dix minutes. Elle passe, si on est en cannes et que le développement va bien, mais les cuisses doublent de volume au moins.
J'aime bien ce genre de bosse très raide et courte pour se faire les jambes et sortir de la zone de confort comme disait Fred, mais ça cogne attention. On peut préférer d'aller la chercher dans l'autre sens celle là.


Tout le monde est passé, on y va fissa vers la descente des Ramonets. Plongeon très rapide sur l'autoroute. Sentier caillassé qui dévale parfaitement. Quelques rocailles viriles sur la partie basse. RAS c'est impec celle là !

En bord d'autoroute, après avoir passé un bon talus dans la pierraille, les sentiers bonnards déroulent vers la côte des Chenilles.
Belle montée sauvage, en monotrace plutôt long. 
Et au bout du chemin en suivant, la descente du Pech Long. A nouveau une belle découverte. Un ou deux passages un peu chaud sur les marches mais faut laisser aller 😀. Superbe !

La suite c'est cool pendant un petit moment. On chemine vers Begoux, au passage on attrape un monotrace planqué dans le bois, on sort comme des renards entre les vignes et puis faut bien remonter un peu bien sûr.
La bosse vers le Mont-Saint-Cyr va pas mal. 
On croise quelques traileurs par ci par là, et une fois là-haut gaz vers Simèle. Très belle descente plutôt longue et très ludique dans la pinède. Gavage de plaisir !

Dans la combe c'est peinard. Le chemin reprend de l'altitude gentiment. Le sentier suivant à la grimpette est parfait. Bien lisse il grimpe petit à petit sur le travers. Belle bosse qui se fait impec celle là. Surtout que là encore ça vaut le coup de marner un peu dans cette pente, vu qu'elle nous amène vers une DH qui déchire en grand. 
Colombie Britannique ça s'appelle. Ouais bon le nom bof bof, mais la descente wahou 😍😎. Laisse tomber c'est géant ! Des petits sauts, de la marche, de bonnes pentes, zigzags, pifs pafs, une ou trois épingles. Eclate totale !

Encore tout émoustillé de la descente, une bosse revient. Encore ?!! Ah ben oui ça n'arrête pas. Up and down. Plutôt cool au début, et puis plus haut ben... c'est plus haut on va dire et plus dur quand même. Qu'importe on a le temps il fait beau, et le troupeau gazouille.  
Et c'est reparti les amis. Descente enduro de Simèle. Le single galope un peu sur la plaine et plonge dans le bois lotois. Un de mieux, une de plus, c'est tout bon. Festival de caviars aujourd'hui !


Après la bosse-chemin suivante, petite pause photo casse-croute en haut. Il nous manque Djey et Jean-Marc qui ont raccourci un peu le circuit. On les retrouvera peu après pour le final du parcours.
La suite de la trace est légèrement modifié en live. On devait descendre un morceau sympa, passant par la cabane d'un ermite, mais c'est complètement bouché par des branches pour plus que personne n'y passe visiblement. Du coup on a refait Simèle une deuxième fois. Double plaisir ! Et puis à douze dans une descente les uns derrière les autres c'est encore une vision très sympa du vtt.

On remonte la Combe d'Isabot. Le dénivelé s'accumule, même si les bosses sont pas hyper rudes, ça tire petit à petit, on fatiguerait un peu que ça m'étonnerait pas 😀.
Pas grave derrière on va se régaler. Le single arpente la plaine un peu et s'en va nous chanter la balade des gens heureux, au Pech de Caytibel. Descente toute en souplesse, moelleuse et ludique, avec des très bons virolos comme on aime. Régalez-vous !

Allez hop du positif encore un peu. Km 35. Rho la bosse de la Gravière que chacun raffole à monter 😉. L'approche est splendide en petite montée boisée, progressive et joueuse. Le final pardi c'est du lourd dans la partie gravier. Faut s'arracher un peu pour passer en selle. Tant que y a un peu de jus ça va.
Après cet épisode montant, on trouve une autre nouvelle belle descente un peu plus loin, avec de bons petits passages pierreux et du bon single sous les roues. On est vite en bas pour remonter aussi sec. Encore une bosse piquante ! Très bon à grimper quand t'es encore fringuant, mais quand même on en mange des petites montagnes russes ce jour. 

On patiente un peu pour rassembler tout le petit monde avant de plonger encore.
Rebelotte pour la ultima molto bene. 
Difficile de les classifier tellement on en a fait d'extra aujourd'hui mais la dernière devalade n'est pas la moins bonne, loin de là. Descente de la Chaine d'après le nom donné par les locaux. J'ai pas vu la chaine, mais un paquet de Maillons par contre 😀. 
Donc elle est belle, longue (pour le coin) et intense encore. Avec toujours ces supers passages qui gigotent joyeusement sous les roues. Elle se termine contre les lotissements à Cahors.


Y a plus qu'à remonter une dernière fois depuis la Combe d'Enxogut. Un gros km, goudron un poil et chemin qui penche bien sur la fin. Sacré final encore en grimpette !
Le kilomètre et demi restant en haut, c'est à bloc vent dans le dos et ça prend cinq ou six minutes pas plus.
Voilà l'travail ! 
Douze personnes, douze bosses, douze descentes et c'est finit ! 

14h quand on arrête le compteur. 42 km dans les jambes et entre 1500 et 1600 m de D+ selon les gps. 5h15 pour faire le tour et une grosse heure d'arrêts.
Le parking est plein de monde au retour.
C'est l'heure du ravito final pour toute la troupe. Produits liquides et solides de qualité. On sait faire la troisième mi-temps, et on s'y tient bien surtout 😀. Le bon temps de l'after.

Bon celle là de trace je la garde au chaud précieusement encore 😍. 
Je disais au début de mes élucubrations plus haut, que c'était bien bon. J'ai pas changé d'avis. Ou plutôt si. En refaisant ces quelques lignes je le trouve encore meilleur avec le recul.
Pour moi c'est vraiment top, cette enchainement de sentiers ! 
Je l'ai déjà améliorée pour la rendre un peu moins physique, mais encore plus ludique. Départ de Begoux la prochaine fois. Pour un kilométrage similaire (43), ça va être encore de l'excellent. 

Les parcours lotois avec un relief casse-pattes restent bien sûr plutôt exigeants physiquement. Sur un parcours relativement court, on a un dénivelé très répétitif avec un beau profil en dents de scie. Sur la longueur ça peut être usant si on est un peu juste. 
Mais si vous êtes dans une forme montante, ou vraiment en cannes, là c'est extra.
On peut de toute façon réduire de quelques km pour le rendre plus confortable et en profiter tout autant. Et puis en prenant le temps on arrive tous ensemble pour siroter la binouze.

Bon voilà pour l'épisode du jour. 
Merci et salut les copains pour ce nouveau best of lotois. 
Ce sera pas le dernier 😉.
Bye bye et à un de ces quatre.


Le Lot - Aie aie aie !! 😀




Un bon nombre de bon matin




Premier regroupement en bas de la première DH. Ça commence fort celle là !




Une sortie de cyclo, ça monte cool par la route 😀




Sébastien, Jérôme, Jean-Marc, bien fondu dans le groupe.
On est tous des Maillons Libres en vtt 😉




Une igue dans les arbres du côté de Laparra




La remontada permanente. Petite bosse simple par ici.




Mini gariotte dans une maxi descente




En bas de la maxi descente




On est pas seul, on retrouve du beau monde en terre connue




La bosse des chenilles arrive. On papillonne de joie !




Le Lot c'est en sentier et pi c'est tout




Au vtt, les jeunes (Cédric) d'une main, aux avants postes.
Par contre à la binouze, les vieux (d'une main aussi 😀) sont intenables.




Concentration les gars




Yves, Vincent, Jean-Luc, Jérôme
et les petits derrières JeanBa, Cédric, Jeff, Sébastien, Fred, Jacques
Il nous manque Djey et JM




Dernier rassemblement - Une descente et la bosse finale à suivre pour conclure




Après la belle descente de la Chaine




Dernière piste chemin à grimper - Euh ça monte... surtout à la fin




Ah voilà. Là oui on est bien !


6 commentaires:

  1. Et je peux te dire que des descentes comme ça, sur le mont St Cyr ii y en a beaucoup d'autres toutes neuves !! Space Mountain, La petite maison dans la colline, le wall du Malet, Terre Happy de choc, la fontaine d'eric,Dh occitane par la gravière, la Devred .... Le spot est énorme et maintenant on a tendance à délaisser les igues après l'autoroute pour ne rester que sur ces nouvelles dh qi sont toutes travaillées (sauts, virages relevés, tremplins...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que rien qu'aux alentours du MSC y a de quoi faire un paquet de DH. Pas utile de traverser l'A20. C'est en ça que le trace de départ de Vincent me plaisait bien.
      Je reviendrais pour tenter de nouvelles approches. Mais faut aussi grimper tout ça avant de se régaler !!!

      Supprimer
  2. Merci pour la photo du "beau monde". On a refait la descente que tu nous as conseillé (la DH du Filhot). Vraiment extra. Merci de nous l'avoir indiquée. On a profité comme vous de la météo et du terrain parfaits pour la saison. On va y revenir aussi. On s'y recroisera peut-être ? On va certainement expérimenter ton parcours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je t'avais dit Alain que c'était une petite perle :-) A un de ces quatre avec plaisir.
      Si tu veux la trace je l'ai en version optimisée pour le suivi sur le terrain, vu que y a quelques passages jumelés.

      Supprimer
    2. Je la veux bien. Merci beaucoup. Je dois avoir ton adresse mail. Je t'envoie un message pour t'indiquer la mienne.

      Supprimer
  3. conseillée, au féminin bien sûr !

    RépondreSupprimer