24 février 2019

Villeneuve Minervois & Cabardès

Une fois l'an en hiver, on revient dans la Cabardès pour vérifier l'état de forme sur le vtt.
Dans cette zone plutôt sauvage de la Montagne Noire, on y vient en sachant que ça va pas être simple de gravir les collines et même de redescendre dans les vallées ensuite.
C'est vraiment du rude sous les roues et il n'est jamais question par ici de se la couler douce dans les sentiers. Ce sera rude. Du coup on est pas nombreux au départ.

5 vaillants seulement. Arnaud, Gilles, JeanBa, Christian et moi.

Garé sur la place du bourg, on est prêt à rouler à 9h.
Le parcours ce sera 52 km et 2500 m de positif.
Le ciel à peine gris va se dégager très vite ensuite pour ensoleiller la journée. 
Un peu de roulant pour chauffer avant de commencer à passer du dénivelé vers Trassanel.
On croise quelques groupes de chasseurs par ici, et on déroule aussi quelques belles petites traces, entre deux passages montants, pas trop longs globalement au début, mais qui demandent de bons efforts à certains endroits. 

Petite descente du côté de Marmonières avant de poursuivre au dessus de la Grotte de Limousis. Le début c'est la piste vers le Mont Simel. Ouf on va pas jusqu'en haut !
Et hop on engage dans une petite descente bienvenue et toujours remuante, qui fait du bien.



Bon puis faudra bien remonter tôt ou tard.
Gagné ! Pour rejoindre Founes Cabardès il faut se cogner une "belle" bosse avec du gros pourcentage tout le long. 
Bienvenue dans le Cabardès !
J'ai pas la trop la forme cette année, c'est assez normal vu que je roule moins, donc c'est du très rude aujourd'hui. Et en plus je suis en mode gastro très certainement, ce qui se confirmera en soirée et le lendemain.
Du coup je fais le groupetto à moi tout seul 😊.

La longue descente sur Roquefère est impeccable pour retrouver de bonnes sensations. Mais ça secoue bien fort en contrepartie. 
Après le village, un gros raidar pas long, mais pas commode. La route qui suit est plus facile. On la quitte pour bifurquer vers la petite descente sur Labastide Esparbairenque.
Jusqu'ici tout va bien. Enfin plus ou moins 😊.

Maintenant ça grimpe pour un bon moment. 5 km un peu sur route au début et la piste forestière pour les trois quarts restants.
Le mode limace me va bien encore !
Il faut passer le Col de Montredon et poursuivre vers le parc éolien  du Haut Cabardès. 

Midi et demi. Mi parcours après 26 bornes en un peu plus de trois heures, on est super bien installé au pied des ventilateurs en plein soleil. 
C'est l'heure de grailler un peu. 
Ça tombe bien je peux rien avaler. Pas faim et de toute façon le sandwich refuse de se laisser faire.



Après la pause et avant qu'Arnaud se mette à dormir (il se rattrapera en bagnole ensuite), on file plein gaz (surtout moi avec ma gastro 😊) vers le Voie Romaine. Un bonheur à chaque passage !
La vue est parfaite depuis le surplomb avant d'y descendre, et ensuite le sentier rocailleux en lui même est extra jusqu'au bout.

Tout au bout de cette merveille habituelle, on se cale au début de la super descente du jour vers Cabrespine.
Superbe plongeon dans les sentes terreuses et très pentues. C'est tendu parfois tellement ça penche.
Pas de grosses difficultés, quelques ornières qui se creusent, mais c'est assez soft, à part sur le final qui redevient rocailleux et rude.
Superbe descente qu'on retrouve avec grand plaisir.

Village de Cabrespine, il faut faire une boucle supplémentaire avant d'y repasser plus tard.
J'aurais du la zapper celle là, car je commence à être bien naze, et ça va être une lente agonie.
La route galope le long de la Clamoux sur deux petits km gentils. Ça monte très peu, mais je galère déjà un chouïa.
On poursuit encore sur deux bornes un peu plus pentues, mais facile quand tout va bien. Là c'est pas le cas. Ça avance que dalle, pas de force.
Pour les trois derniers km c'est un splendide sentier qui continue de grimper. Dommage de pas être en forme, car c'est tout bon à rouler. Pas trop de pente, bien propre, il vous ramène au dessus de Cabrespine. Belle montée à faire si on est dans le coin. Ça permet de chopper une grosse descente derrière.



La descente arrive. Débloquez les suspensions, on va en avoir besoin !
Des passages marteaux piqueurs y en a pas mal. Je suis pas trop lucide, donc c'est pas aujourd'hui que je me régale le plus là-dedans. Elle est longue du reste et faut gérer.
Un chahut du diable sur trois bornes environ. Ça passe partout aucun souci, mais c'est bien esquinté le bazar. Faut aimer les massages rugueux 😊 ! Bonne option celle-là encore pour se faire masser !

De retour au village tout en bas, on peut respirer. 
Il reste une bouclette de 8 km environ, mais ce sera pas pour moi. Plus de jus, bien naze, je me vois pas passer la dernière bosse à pince.
Je file direct au ravito final avec JeanBa. Même dans la descente sur route, avec le vent de face c'est rude d'appuyer sur les manivelles.

De retour à Villeneuve, on patiente pas longtemps avant de voir rappliquer le reste de la troupe qui a terminé le circuit.
Sur le compteur j'ai 48 km et presque 1800 de D+ pour 5 h quasiment de roulage.
C'était du lourd comme d'hab le Cabardès. Même le Coach a pas osé venir, c'est vous dire !!

Le graillou de fin d'aventure est toujours solide et varié.
La bière descend pas fort pour ma part cette fois. 



Le parcours était bon encore, par rapport à ceux qu'on venait chercher.  
Bon comme il peut l'être dans cette région accidenté et rugueuse pour le vtt. Faut aimer le genre bien entendu, et être prévenu que ça va pas passer tranquille.
Les orages de l'automne dernier ont fait de gros dégâts dans les lits des rivières qu'on a pu traverser (toutes sèches ou presque). Certaines descentes sont bien ravinées. 
Il y a peu de passages visiblement en vtt sur certaines traces (donc moins d'entretien), et la végétation gagne petit à petit. En fin d'hiver ça passe, en avril ou mai ça doit être plus compliqué de passer dans les garrigues sauvages.

Bon voilà, notre petit périple du Cabardès 2019, c'est fait. Et malgré quelques bouillonnements troublants dans les tripes, c'était quand même une belle journée. 



Avec Arnaud, Gilles, JeanBa et Christian






Début tranquille après Villeneuve




Avant le village de Trassanel




Les ruisseaux ont subi beaucoup de dégâts suites aux orages




Le Rieutort à Roquefère




On attaque la bosse après Labastide




Sur les hauteurs dans le parc éolien du Haut Cabardès




Au dessus du Pas de Mountserrat
Arnaud se fait ventiler, et Gilles




Retour à Cabrespine après une descente tumul...tueuse




Pour prolonger le plaisir


2 commentaires:

  1. Une belle virée encore! Super la descente sur Cabrespine depuis le Roc de l'Aigle. Peu de riders y passent! Celle qui est juste à coté est terrible aussi!
    Bon ride!

    RépondreSupprimer
  2. Yes top descente et bien sèche en plus.

    RépondreSupprimer