31 mars 2019

Revel - Replay Calvetout

On se réveille à Revel aujourd'hui.
Y a deux façons de voir le changement d'heure.
Soit ça fait une heure de moins à dormir (ouais bof m'en tape je dors peu), soit ça fait qu'on va être une heure plus tôt que d'habitude sur le bike. Voilà ça c'est mieux non ?!!

► Strava - Revel - Replay la Calvetout


Vers 8h30 ça grouille de monde au Lac de Saint Ferréol. Un site bien touristique et une belle journée de printemps, font que de bon matin les parkings sont pleins.

On débarque à cinq avec Jérôme, Alex, Arnaud, Jean Luc et moi.
Et comme prévu on retrouve les potes du CPRS qui vont faire pour certains une balade Gravel en parallèle, et pour quelques autres venir avec nous, taquiner les sentiers.
Quelques copains de la Salvetat ont eu la même idée de ride que nous aujourd'hui.
Quand c'est sec et ensoleillé, c'est un spot de proximité bien sympathique pour le vtt.

Tiens au fait, je viens de voir ça sur la map, la promenade du jour va se faire dans 3 départements successifs.
Nous on a le temps, donc on va faire ça sur 50 bornes et cinq heures environ, mais vous pouvez aussi faire pareil en un rien de temps. Il suffit de faire le tour complet du lac, et vous passerez de la Haute Garonne dans l'Aude, et enfin dans le Tarn, en 10 minutes environ.



Bon allez zou en selle.
Didier, Pascal et Jacques nous accompagne. Huit bonhommes c'est bon ça !
Le vent d'Autan souffle déjà pas mal et malgré un bon soleil gaillard, il fait frisquet encore vers 9h.
La trace file tranquille sur le bord du lac, on roulotte peinard sur la digue avant de poursuivre dans les sentiers qui bordent le plan d'eau. L'endroit est toujours aussi bon à dérouler.

La première bosse arrive pour masser les cuisses.
Un bout de goudron vite fait et c'est le monotrace qui s'invite à la fiesta. Superbe sentier... à descendre. Sauf qu'on monte nous pardi !!
Eh ouais ça va pencher fort à plusieurs reprises, avec deux ou trois mini portages pour grimper quelques talus infaisables. Y a un bon km à mascagner.
Après c'est mieux sur le final de la bosse, ça passe normal pour arriver au sommet.

On choppe une descente qui file rapide et s'engouffre dans le single qui va bien. Vachement bien même ! C'est lisse, bien propre, balayé, y a qu'à laisser faire et regarder défiler les arbres. Dans le dernier rush final, ça plonge tout schuss. Super le piqué !

Dans la combe en bas ça reste fluide sur le sentier qui trottine le long du ruisseau. On recommence à grimper.
Après un peu de route, on poursuit la bosse dans les parties boisées. Chemins et sentiers pour la grimpette. Ça se passe globalement sur le vtt, mais faut pas être timide sur les manivelles et appuyer de bon cœur.



Km 11 on est sur le plateau. Cap à droite pour faire une boucle de dix bornes avant de revenir par là.
Au départ, un joli sentier à découvert se fait rapide sous les roues et on descend fissa sur le village Des Cammazes. Juste après on se jette sur la Rigole qu'on va longer pendant quelques minutes pour finir sur le barrage du Lac.

La suite est roulante un petit moment avant de se remettre dans une bosse. Un chemin la plupart du temps, avec quelques passages un peu raides, mais ça se fait bien.
Au point haut c'est parti pour dévaler une belle trace qui bouge. Déjà faite en montant par la passé, autant dire que là c'est du bonheur dans ce sens.
Elle passe au bord d'une petite ruine à la Tour de Roquefort. Un peu technique, quelques amas chaotiques pour chahuter un peu et pas s'endormir, on se régale là dedans.
La course se finit tout en bas au bord du petit cours d'eau Le Sor. Un vieux pont passerelle évite la baignade.

Le coin est charmant par ici. On serpente en mode toujours joyeux et gaulois. Ça grimpe, ça tourne, ça zigzague un peu et on attrape une piste pour remonter tranquille.
En haut on termine la boucle entamée plus tôt et c'est le panard de déambuler dans les sous bois.
A partir de là on va enchaîner quelques perles de sentiers filants bien bons qui ondulent plus ou moins. Un peu plus loin en haut d'une grimpette, c'est le coin idéal pour une pause photo de groupe.



Le chemin se poursuit un peu et on va tomber bientôt sur la grosse descente du jour.
Oh oh ça va remuer dans la caillasse ! Ça s'appelle Combe Nègre par là.
Le début c'est cool sans trop, plutôt rectiligne, peu de pente, mais ça se corse rapidement et on se fait secouer la couenne copieusement. Dès qu'on accroche les virages serrés, c'est un peu sauve qui peut dans le pentu. Ah ça me plait encore ces conneries !!
Faut faire gaffe quand même. C'est physique et bien technique quand même.
Au tout début attention au tronc d'arbre à hauteur du visage qui arrive à contresens au milieu de la trace. Celui là tu le prend direct dans la narine droite, et tu vas plus te moucher pendant longtemps ensuite.
Les virages se passent bien, mais ça raffûte quasiment tout le long de cette descente. Il faut jouer entre les rocailles, passer quelques petites marches, éviter les pièges mobiles, bref y a de quoi s'employer et rester concentré pour tout surveiller.
Et en plus faut faire gaffe à la feuille. Y en un peu partout en gros tas ou en matelas molletonnés qui amortit bien si on cherche les embrouilles, mais le truc qui cloche, c'est que sous la feuille ça sent pas bon. La caillasse sournoise bien planquée, attend juste que tu y mettes la roue dessus pour te faire goutter aux joies du saut périlleux.
Mais à part ça rien, on s'éclate !! 😊
Moi en tous cas ça m'a bien plu ce passage !
Y a un dernier morceau de dix mètres bien tendu à la fin, en se jetant sur la piste. Une goulotte de terre bien raide avec le bloc rocheux biseauté qui déchire, si tu t'y frottes trop près.
Wouh c'était chaud tout ça !

Tout le monde est là, on repart.
Le chemin remonte tranquillement le long de la grosse conduite d'eau. Un km facile et c'est une descente sur piste roulante de deux bornes. C'est curieux qu'il n'y ait pas un bout de single qui remplace cette piste.



Km 30 bifurcation des parcours pour le groupe. On continue à trois avec Arnaud et Alex sur la fin du parcours, tandis que le reste de la troupe gère le retour rapide vers le ravito final.

Une petite descente bonnard arrive et fonce vers Durfort.
On traverse le village et c'est parti vers les hauteurs peu après les dernières maisons.
Je reconnais l'endroit direct en arrivant. Un sentier furtif, une petite chaîne en travers. c'est une superbe descente qui me revient en mémoire. Mais décidément aujourd'hui on fait tout à l'envers ! 😊
Pas grave on va se la faire.
Allez hop cap vers là-haut.
C'est coriace d'entrée et ça va l'être un long moment. Un super monotrace bien rude en montant. La pente est forte et parfois bien plus encore sur deux ou trois raidars. Un ou deux poussages obligés durant la montée (ou plus si vous êtes un peu juste). Faut appuyer sévère.
Il y a des passages pour respirer à moitié environ, et même une petite partie descendante avant le final qui se remet à la dure. Belle bosse, mais vaut mieux y descendre 😊
On sort du bois pile poil pour le ravito. Une petite clairière à la croisée des chemins est impec.

Pour la reprise c'est plus cool. Toujours dans les parties boisées, on continue à grimper sur un long chemin en paliers. Passé la cap en haut, ça redescend. On traverse deux petits ruisseaux et ça accélère encore. Un sentier horizontal nous emmène sur une bonne trace qui va vite devenir extra pour avaler un peu de dénivelé négatif. Les marches finales qui plongent sur la route avec deux énormes racines on n'insiste pas, c'est bon pour s’emboîter dans le goudron si on se manque.



Après ce bon petit passage, faut remonter encore. Chemin forestier qui conduit au point le plus haut du circuit proche du Relais de Trinquebise. Pas loin de 700 m d'altitude.
Km 38, on se met en ligne pour le retour.
La piste blanche en gravier descend un peu et on va rester sur des parties roulantes maintenant sur sept ou huit bornes. Une dernière partie montante encore sur les pistes forestières.

Pour descendre, c'est pas encore très fun. Toujours de la piste ou du chemin. Plus loin un sympathique passage dans une prairie est bienvenu. Il y a des clôtures un peu partout qu'on ouvre et referme. On n'a pas vu de troupeau par contre.

Enfin, tout proche d'un groupe de maisons, ça fait tilt dans la caboche. Au premier visuel de la zone, je me souviens de cet endroit comme le début de la descente de Sorèze. 
Rhooo là on repasse en mode ultra joyeux ! Celle là c'est du tout bon !
Allez feu sans sommations. 
Il n'y a que des belles choses à faire là-dedans. Parfaite pour une belle dernière à dévaler. Pas difficile, bien ludique, bonne vision des passages un peu plus techniques. c'est excellent !
Ça mériterait de faire deux bornes de route pour remonter et se remettre une dose de mieux.

Village de Sorèze, on continue sur la lancée vers Saint Alby et Durfort. C'est roulant vent dans le dos, on flâne pas trop. Après un chemin en travaux, bien défoncé on repart un peu pour grimper une colline. C'est pas encore tout plat le bazar, surtout que les gambettes sont moins fraîches. Y a pas long à monter heureusement.
Depuis la hauteur, on aperçoit le Lac, c'est quasi gagné, y a plus qu'à descendre.
Ben non en fait. Le Garmin en a pas assez, le compte est pas bon, il en manque trois au compteur.



Voyons voir où ça nous mène.
On descend un peu vite, on braque à gauche et une petite sente se profile. Gentille, accueillante, on s'y laisse glisser doucement. Ça finit en piqué sur la route.
Il reste un dernier monotrace sensass pour remonter vers l'arrivée. Superbe à faire sur le final. Malgré les bornes accumulées, on a encore de quoi se faire plaisir là-dedans, et tant qu'il reste un peu de jus, c'est un régal ce dernier km à torsader entre les arbres.

On sort sur la route du Lac et quelques centaines de mètres plus loin c'est le parking d'arrivée.
53 bornes et quasiment 1800 m de positif. Bon parcours bien physique. 
Le meilleur sur 35 km (et le plus dur), une partie roulante qui fait passer les bornes, et un final parfait depuis la descente de Sorèze. 5h20 de temps total avec une petite heure d'arrêt.
Super ! 
Bon plan du jour cette trace relooké par Arnaud.

14h il fait grand faim ! On s'occupera des bikes plus tard.
Le ravito est vite installé dans l'herbe. On retrouve le reste de la troupe pour le classique banquet final. 
Que du bon temps en somme, pour une super journée bien menée. 
Bravo et merci. c'était bien cool encore cette aventure.
En attendant la prochaine.

Bye bye.




La courbe du jour





Briefing de départ




Déroulage tranquille au début




Sur la digue du Lac de Saint Ferréol




Sentiers autour du lac




Barrage des Cammazes




Fin d'une belle descente




Le groupe de huit





Pascal




Alex



Jacques



Didier



Jérôme



Jean Luc



Arnaud




On bosse contre la conduite




Village de Durfort - Ça va grimper fort !




Pause au soleil




Sur les chemins du retour




Comme d'hab, on refait le plein




Au top la journée !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire