8 mai 2022

Gravel - Boucles de la Bicicleta

Allez tiens, si on faisait un petit tour de vélo encore. 
Ben oui quoi, c'est le 8 mai, on va pas se défiler non ?!! 😉
Une balade gravel se profile dans l'horizon lotois, et ayant manqué la première édition, je vais pas me faire avoir deux fois de suite.

Les Boucles de la Bicicleta, puisque c'est de ça qu'on va causer un peu, ça se passe à Souillac. Et plus précisément dans un lieu qui se veut comme un carrefour de rencontres ou de partages, autour du vélo. Bienvenue à La Bicicleta Ravito
Vous voulez pédaler, trouver un vtt ou le louer, voyager, manger, faire la fête, boire une pinte (au moins 😀), dormir, ou faire des rencontres pour croiser au large ensuite, dans les vallées de la Dordogne ou les Causses du Lot, c'est là qu'il faut faire un passage et une belle halte. 
L'accueil y est plein de chaleur et amical. 
Et puis on y est de suite à l'aise par ici, avec le vélo comme fil conducteur de ce sympathique musée qui abonde de mille et une chose à contempler. 
Quant aux charmes de cette habitation entièrement restaurée, vous allez aimer la visite et le séjour n'en sera que meilleur.


Depuis la campagne gersoise, on est en approche dès le samedi soir pour goûter l'ambiance et quelques boissons houblonnées.
Jacques, Patrick et Jérôme m'accompagne. 
Sur place on va retrouver Vincent avec qui on eu l'occasion de faire quelques sorties routes sur la région toulousaine. Bon lui il est venu à vélo depuis chez lui, mais en faisant durer le plaisir puisqu'il a fait une étape vers Laguiole vendredi et la liaison Laguiole Souillac samedi. Joli ! Un weekend à 500 bornes quoi 😀.
Demain pour la balade dominicale on retrouvera un peu plus de monde.
Samedi en début de soirée, on est bien installé. Le beau temps est là pour le weekend, ça va être top encore !
Une fois que vous êtes à la Bicicleta ravito, vous avez envie de rester là.
Dans la petite cour jardin, dégustez une Kwaremont ou d'autres saveurs locales.
Le repas du soir sera pris sur place en suivant, en terrasse ou au bar.

La nuit dans le dortoir, c'est tout là-haut. Confortablement aménagé, ce sera impec pour passer la nuit et être aux premières loges de bon matin, sans avoir à se cogner deux heures de route. Ambiance dortoir entre mec évidement. C'est toujours sympa 😀!

Dimanche vers 7h00 ça bouge dans la piaule pour descendre rapido au petit déjeuner complet et agréable.
Pour ceux qui arrivent le matin, il y a aussi au bar de quoi déjeuner avant de partir à l'aventure sur le vélo.
Vers 8h00 environ on est prêt.
Une petite cinquantaine d'inscrits au total sur les Boucles de la Bicicleta 2022.
Deux circuits routiers de 150 ou 90 km, et trois parcours gravel de 160, 125 ou 85 km.
Inscrit sur le 125 au départ, finalement j'opte pour le 160. On est deux à rouler avec Momoye, ça passera mieux 😀. 2000 m de dénivelé annoncé, ça reste raisonnable sur cette distance, même si ça fait un peu long pour du gravel. 
Ensuite il y a toujours la possibilité de raccourcir un peu en shuntant une partie si besoin. Avec la trace GPS c'est facile d'improviser une liaison intermédiaire pour réduire un peu la distance.


Bon allez go, ça va prendre un bout de temps l'aventure.
8h15 c'est parti pour la Bicicleta. On enclenche avec Patrick pour le 160, Jacques sur le 125 nous accompagnera un peu.
Un bout de goudron nous dépose au bord de la Dordogne. A partir de là ça déroule paisiblement sur les chemins et quelques petits singles, durant six ou sept km, avec un peu de fraicheur matinale dans l'air et un peu de rosée sur le terrain.
Au hameau Le Roc on entame la première côte sur une petite route. Une paire de km à grimper. La journée sera longue sur la selle, et ça monte pas mal quand même, donc on va y aller pas trop fort.
Sur la hauteur on se remet sur la terre et les graviers pour continuer un peu la navigation sur la plaine avant une belle descente chemin.

Au bout d'une quinzaine de km jonction avec les abords de l'autoroute, avec un bon talus à passer. On va rester en parallèle un petit moment, et s'en écarter pour une bouclette d'une dizaine de km, vers La Séguinie. C'est par là qu'on va faire un petit run commun avec un chevreuil prisonnier derrière le grillage de protection de l'autoroute. Il cavale mieux que nous le bougre ! Espérons qu'il puisse retrouver la sortie.

Profil montant sympa jusqu'à la Fontaine de Toulas avant de redescendre vers l'A20. Les bornes passent super bien et toujours un max de chemins pour les faire défiler 👍. 
Le décor d'un vert éclatant sous le soleil relève encore le plaisir de rouler.
On vadrouille sur un rythme soutenu sans faire d'excès. On gère sans chômer on va dire 😀. Ça permet de profiter de la belle trace et de faire le plein d'images avec les paysages lotois. 

Km 30, les pistes blanches et roulantes longent l'autoroute et sont idéales pour rouler sans forcer. Le léger vent favorable sur la première moitié du parcours aide en plus à tenir une belle allure. Et vous savez quoi ? On est bien là dans ce décor en 3D. Oui on n'a que trois couleurs à l'écran 😉. Le blanc de la piste, le vert des blés et le bleu du ciel. Bon en gros c'est beau tout ça !


D'ordinaire en vtt on voit du monde dans les sentiers. En gravel c'est beaucoup moins le cas, et aujourd'hui on a roulé sans voir grand monde, à part trois vététistes en balade qu'on a doublé sur les chemins de castines.

Après ces bonnes pistes blanches, on remonte doucement vers les plateaux lotois. Des petites routes qui ondulent plus ou moins. Pas de difficultés particulières mais toujours une succession de petits dénivelés en faux plats montants, qui consomment des watts mine de rien. On a pu rouler avec un groupe de cyclos qui étaient sur la boucle routière du parcours 150. Vincent est avec eux.

Km 40 on retrouve la foule 😀.
Bicicleta Ravito 1, y a au moins 10 personnes.
On va y passer un bon petit moment à grignoter et discuter gravel. Marc et une petite équipe nous ont préparés les produits qui vont bien pour faire une belle pause. Ça faisait deux heures qu'on était le cul sur la selle, on profite de celui-là car le suivant c'est dans 80 km maintenant.

A la reprise, on quitte bien vite les routes et les cyclos pour se remettre au frais dans les chemins ombragés. Il fait super beau mais pas chaud aujourd'hui en roulant.
Parfois on quitte les chemins pour taper l'incrust dans un sentier sensass qui galope dans une prairie ou dans les champs entre deux vieux murets de pierres. Le genre de passage qui surgit en plein rêve. Bravo !


Depuis la reprise plus ou moins, on roule avec trois autres gars qui sont sur le parcours 125 km.
Les chemins sur les causses s'enchainent un peu partout, et on peut apprécier la rocaille lotoise implantée sur les traces, qui t'empêche de t'endormir. Si le tracé est roulant, il est aussi bien vibrant et te secoue copieusement sur de multiples passages. 

Un peu après le petit bourg de Combescure, on laisse nos trois compagnons à la bifurcation des parcours 125 et 160 pour continuer vers le grand circuit. 
On est bien, le temps est impec, le terrain parfait, et le parcours très bon. On a le temps, profitons en pour faire du long. 

Les chemins abondent tout le temps, c'est bon le vélo gravel comme ça ! Et le printemps te les illumine comme jamais.
Caniac-Du-Causse. Une petite soixantaine de km effectués.
Entre ce village et Espédaillac, sur une vingtaine de bornes, on va dérouler beaucoup de secteurs boisés ou bien verts. 
Le dénivelé augmente au fil des km sur des chemins faciles mais qui demandent toujours de l'effort régulier à fournir. C'est ici qu'on sera sur les altitudes les plus hautes du parcours (400 m environ).
Le décor cadre toujours bien pour reluquer les multiples choses à découvrir tout le long. Toujours ces belles demeures lotoises en pierre, des passages en sous-bois au frais, quelques petits sentiers qui jaillissent entre deux chemins, de petites gariottes de bergers ou quelques troupeaux qui font même pas gaffe à notre présence. Vous avez à pédaler ouais, mais vous avez aussi à voir. 
Fête du gravel, et faites en beaucoup 😊.


Espédaillac. Le charme des villages lotois. 
Je vous fais pas un dessin, mais c'est bien bon de repasser dans la civilisation campagnarde. De suite après le bourg, immersion totale dans des merveilles de bouts de sentiers chargés de lumière qui pénètre la végétation. On est vernis j'vous dis !
On est à mi-chemin au fait et depuis quelques km on s'est mis dans le sens du retour. Midi et demi, 80 bornes de passées, soit un peu plus de quatre heures qu'on machine sur cette belle trace.
Ça continuer tranquillou sur les beaux chemins lotois avec un peu de vent contraire pour naviguer sur cette deuxième moitié du tracé. Favorable sur la première partie, tout le retour se sera fait le nez dans cette petite brise.

92 ème km voilà le bourg de Lunegarde.
On est revenu sur les parcours commun 125 et 160. Il y aura juste deux ou trois variantes en plus pour le grand circuit jusqu'à l'arrivée.
Les pistes et chemins sont bien roulants maintenant, quasiment plus de burinage sous les roues, ça avance bien et l'allure se maintient sans faiblir. 

Le petit village du Bastit au km 101 est impec pour refaire le plein de flotte au cimetière. J'étais un peu à sec depuis quelques bornes. 
Depuis Lunegarde on a commencé à perdre un peu d'altitude. Là maintenant ça va être la longue partie en légère descente qui va durer une dizaine de km pour filer bon train dans les chemins qui traversent les longues combes. Pendant ces longs km, on a l'impression d'être loin de partout. Y a pas un chat nulle part, plus aucune habitation, juste le crissement des pneus sur les graviers. Très bon toute cette partie rapide et sympa.  


Km 110 on se remet un peu à grimper tout doucement. Toujours bien roulante la trace progresse vers le deuxième ravitaillement qui va être bienvenu.
Avant d'y arriver on retrouve Jérôme (Fefe) qui prolonge la balade sur le parcours 125.
Enfin peu après sur une petite route, on remarque dans le viseur, une table champêtre probablement bien garnie. Gagné ! La Bicicleta Ravito 2. 
De loin en arrivant, en plus de Marc et ses collègues qui tiennent le buffet, on y voit une barbe poivrée sans plus, au-dessus d'un maillot Single Speed France. Je connais qu'une personne avec ce profil 😀. Ravi de retrouver Jérôme (Yeti). Toujours dans les bons plan gravel et quand ça tourne dans le Lot en plus, faut compter sur lui. A voir si on fait pas un bout de chemin ensemble sur le retour. Ok, mais juste un bout alors 😃.
Bon sinon, ça fait du bien de se poser et de se restaurer. 
Depuis quatre heures environ qu'on mastique du sucré, le salé était attendu. Et de ce côté là, il y a tout ce qu'il faut avec quelques charcuteries et du fromage. Si vous insistez un peu vous trouverez aussi un peu de vin rouge 👋😉. On est pas bien là ?! 
Pour passer un bon moment, refaire le plein, et couper un chouïa le rythme de roulage, y a pas mieux.

A la reprise on est encore gaillard juste ce qu'il faut. 
C'est pas finit l'aventure. Il nous manque une bonne quarantaine de km. Les jambes vont pas trop mal encore, donc ça va aller.
On poursuit les chemins sur les grand causses dans la région de Gramat avant de s'orienter vers Rocamadour. Si les chemins sont toujours agréables, on a droit de temps en temps à quelques morceaux de monotraces superbes et un joli passage au Moulin de Lauzou. 
Juste après ce sera le chemin de fer. Belle piste blanche en bordure de la voie ferrée qui permet de dérouler de longs km faciles, même si l'accumulation de bornes depuis ce matin se fait quand même ressentir maintenant.  


Quand on quitte le rail, c'est pour arriver rapidement à L'Hospitalet. Le point de vue depuis le belvédère commande impérativement de s'y arrêter. En face sur la falaise, Rocamadour. Joli panorama connu de tous.
Si on voulait perdre un peu de temps, on aurait pu siroter une petite bière en terrasse et même manger un morceau, avant de reprendre la route. 
Sans tarder ni casser trop le rythme, on se remet en selle. 
La descente très rapide vers le bas du village (bien belle tout le long pour les yeux encore), nous amène en quelques minutes sur les bords de l'Alzou. La petite route serpente quelques km jusqu'à la résurgence de L'Ouysse. On va repartir de plus belle dans les chemins. 
C'est pas tout plat cela dit. Malgré un profil descendant globalement. 
Si les jambes fatiguent un peu parfois, les yeux eux sont grand ouverts et pas saturés de superbes images. 
On n'arrête pas de voir de belles choses aujourd'hui et sur ce dernier quart du parcours, la longue progression (10 km environ) au bord ou en léger surplomb, au-dessus de cette magnifique rivière, c'est splendide partout.
C'est sur ces km qu'on va savourer un monotrace un peu aérien en surplomb de la rivière, juste avant le Moulin de Caoulet il me semble. Un truc purement vtt et tellement bon.
C'est luxueux cette vallée !

On roule, on profite, on croise un peu plus de monde maintenant sur ces secteurs et Momoye cause quand même encore un peu, donc ça va 😀.
Tandis qu'on navigue contre la rivière pour quelques minutes encore, sur le gros caillou en face et très haut, on peut reluquer un Château.
Le profil du parcours affichait une dernière difficulté pas bien longue. Une borne ou un peu plus.
Bon voyons voir. Eh ben... ne regardez pas en fait ! 
Le dernier talus est maousse costaud.
On quitte le bord de l'Ouysse, pour grimper la bosse de Belcastel. Alors c'est un peu sévère au début il me semble 😀. Vache, ça fait pas du bien par où ça passe !
L'altitude n'augmente pas vite en vitesse, mais copieusement en mètres à chaque tour de manivelles. Merci quand même c'est pas si long. Un peu plus haut si on respire un peu mieux après la route, le chemin suivant se laisse pas faire encore et te remet une petite dose d'acide dans les cuissots pour achever de passer le dénivelé positif. 
Depuis le bas, c'est trois bornes environ pour atteindre le point haut situé sur du chemin bien carrossable.
Tellement concentré qu'on est à éviter les grosses flaques, je sais plus où, on en oublie de regarder le gps. Et pim allez 500 m de bonus hors trace. Demi-tour les bourrins 😁.


Ensuite ça va filer rapide dans les parties descentes encore boisées et bientôt la Dordogne est en visuel. Le pont suspendu nous rapproche de Pinsac qu'on va laisser un peu de côté pour dérouler les chemins plus ou moins en bordure du fleuve sur la dizaine de km restants.
Bien que ces parties soient très roulantes, les jambes sont un peu absentes maintenant. En duo c'est mieux, ça permet de pas trop faiblir, mais ça tire de partout. 
On profite encore d'une fin de trace plaisante, avec quelques petits bouts de singles sauvages avant d'attraper la dernière route qui nous ramène à Souillac, pour terminer cette longue étape gravel.

16h30 quasiment quand on pose la bicyclette. Waouh ! 
Bon alors c'est déjà finit ?! 😀
161 km - 2200 m D+ (le gps affiche presque 2500). On s'est "promené" durant plus de 8h00 quand même, avec une grosse vingtaine de minutes en pauses diverses. 
Y en a assez pour aujourd'hui croyez moi. 

On se pose à table avec les copains. Si vous passez par le bar avant de vous asseoir, vous récupérer une bière Secteur de la Brasserie Deplus proche de Lille. Encore une belle découverte tiens celle-là. La bière et le vélo (ou l'inverse peu importe), font bon ménage généralement, et la Secteur en est un bel exemple. Je l'ai gardé en réserve pour l'apprécier le lendemain (testée et approuvée 👍). 
Pour les plus impatients, vous pouvez aussi la déguster sur place. Y a en qui se sont pas fait prier 😀.
Pour la pinte perso, je profite encore un peu de la Kwaremont, avant de repartir vers les contrées gersoises.
Il nous a manqué du salé sur l'arrivée, ou un petit encas après cette longue échappée. On est plutôt affamé je dirais. 
Du coup on se rabat sur l'Houmous maison. Ça passe mieux que la montée à Belcastel 😀!


Bien installé dans la petite cour de verdure, le bon temps s'écoule, et tout ce petit monde qui a passé une excellente journée autour du vélo, se retrouve au bike-café pour achever cette 2ème édition.
Il va en rester de beaux et bons souvenirs.

La Bicicleta 2022 nous aura régalé d'un bout à l'autre. 
Très beau parcours, qui vous emmène dans de superbes endroits à visiter tout au long de ses chemins innombrables. Le décor invite partout à la contemplation, et le gravel plus que le vtt, permet de mieux profiter encore des paysages, panoramas, et petits coins charmants dissimulés un peu partout.
Le printemps et le temps du jour impeccable, vous envoie en permanence dans un milieu d'un vert éblouissant. Ça jaillit carrément sur la rétine, et on se sent presque aveuglé de tant de belles choses. Splendide ! La France est belle à vélo, et le Lot y participe grandement pour le coup 😍.

Ce circuit gravel quant à lui est bien bon encore. Il peut paraitre roulant sur le papier, quand on regarde le ratio distance dénivelé, mais sur le terrain il faut quand même passer les km.
80 km est une belle distance pour découvrir cette belle région, et reste abordable même si on ne roule pas beaucoup.
125 km c'est le parcours à faire pour en profiter pleinement et se faire une bonne séance physique déjà.
Le 160 est tout aussi bon, et permet une longue échappée à travers la région, mais il faut avoir la caisse clairement pour le boucler sans y mettre une demi-journée 😀.
Le dénivelé se fait pour beaucoup sur la centaine de premiers km. Le retour ensuite étant plus roulant et permet de bien finir, mais attention il faut gérer pour avoir de la ressource jusqu'au bout.
Vraiment à faire ce circuit.

Ce weekend sur Souillac restera mémorable. Une première Bicicleta (pour moi) qui reste un grand moment de fête et de partage avec les potes. Tout le monde est ravit par ici, ça se sent, ça se vit. 
Donc on m'y reprendra là aussi une prochaine fois.
Un grand merci et des félicitations à Romuald, Céline, Marc et toute l'équipe, pour cet accueil festif et cette magnifique balade.

La Bicicleta Ravito à Souillac. 
Oubliez pas de vous y arrêter pour un instant, ou pour quelques jours. Vous aurez peut-être un peu de mal à en repartir, mais c'est pas grave, restez y un peu plus 😉.

A++


Le profil d'une Bicileta au long cours 😉




A l'intérieur de quoi visiter un petit musée vélo




Pour rouler, voyager, réparer, et d'autres bonnes choses encore




La cour de verdure. Bien sympa et agréable !




Samedi soir on se prépare tranquillement 👍




Le dortoir tout en haut. Un petit portage pour l'atteindre 😀 et tout est impec





Une bicicleta duo




Le fixie dans la salle à manger. Les vélos sont bien traités là-bas ! 
Moi par exemple, chez moi ma femme ne veut pas de vélo dans la piaule ou au salon 😃




Le matin on active les préparatifs




Petit déjeuner d'accueil




Dès que vous avez passé cette ligne de départ, ça commence




Les premières images d'une longue longue série 😍




Plus vert que ça il te faut les lunettes de protection tellement ça flashe 😎




Du chemin quasi partout aujourd'hui




Cavalcade avec un chevreuil, un peu prisonnier de l'autoroute.
Il a bien dû trouver un échappatoire depuis. Il cavalait sérieux le jeune !




Pâturages et troupeaux à plusieurs reprises 




Les pistes de castine. Idéal en gravel




Plutôt rare de croiser ou doubler quelqu'un sur les 120 premiers km du parcours.




Bicicleta ravito 1. Profitez de bonnes choses et d'un bain de foule 😊




Ah tiens, voilà le genre de sentier qui surgissait parfois entre deux chemins 👍




Celui-là c'est du rêve éveillé !




Des compagnons de route durant quelques km



L'usure de la rétine continue 😊




Cabane lotoise ou gariotte ?



Plein cadre




Auberge à Espedaillac. Ce serait sympa comme halte gourmande




Les chemins et pistes du retour, bien roulantes




On n'oublie pas de visiter du beau monotrace sur la Bicicleta




Fefe qui surgit au bout du chemin




Celui-là est attendu.
Ravito 2, entre Rocamadour et Gramat. 120 km derrière, et 40 devant. 




Avec Jérôme et Patrick.




Vive le Lot 😉!




Le Moulin de Lauzou




Chemins parallèles 😉




Rocamadour depuis le belvédère de L'Hospitalet




Ça déroule bien sur le final




Au Moulin de Caoulet.
On a pu revoir quelques participants sur la dernière partie du tracé




C'est pas une journée pour rouler tête baissée. Mille et une chose à voir 




Belcastel en approche. Les bords de l'Ouysse sont un régal.
Attation ça va monter un peu par là 😀. Bientôt.




Les derniers km




Une ultime régalade dans le grand vert




Il est des moments ou des endroits, qui se font désirer toute la journée je crois.
Ça vous le fait aussi 😊?




Et voilà c'est pas compliqué.
Vincent, Jérôme, Yves, Patrick, Jérôme




Une Secteur pour bien finir 👍
Quelle belle journée !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire