31 octobre 2021

Raid Vtt Djerba Tunisie

Une semaine vtt remarquable, pour parcourir le meilleur d'une aventure trentenaire qui a émerveillés au moins deux ou trois générations de passionnés. Et pour lesquels sans doute, le plaisir et l'intensité de tous ces instants partagés, atteint des sommets.
Cette 30ème édition résume parfaitement ce bel évènement !


◙  PHOTOS YVES         La Superbe ZAZBOX 😊👍          SUPPLEMÉNT PHOTOS

Dominique GIANELLI - Photographe professionnel
nous régale avec ces photos. Prises aériennes avec le drone splendides.
  PHOTOS RAID - D GIANELLI                            
          
Une vidéo faite à partir d'un PowerPoint https://youtu.be/bgNML9KAy-g

Comme en 2014, lors de ma dernière tournée djerbienne (CR d'époque), je me refais un petit replay à travers quelques lignes, pour marquer au mieux ces moments de vie et garder toujours au chaud ces souvenirs indélébiles.
Une appréciation personnelle du raid, qui en fait quelque chose de grand à vivre, tout en restant simple, insolite et riche en émotions.

De nombreuses photos, vidéos, textes, et autres publications vont se multiplier durant les jours et semaines à venir. Ce sera sans cesse bien bon de revivre tout ça, à travers ces contes rendus vivants par le vécu de chacun. 
Rien de mieux que de retracer tous ensemble, cette magnifique aventure humaine. 
Mais attention, c'est comme le vtt, on en devient vite addict 😊. 

Ce Rando-Raid Vtt en Tunisie, débute en 1992.
Une aventure improbable à l'époque, forgée au fil des ans et qui s'est construit son histoire, simple, chaleureuse, accueillante, et surtout très enrichissante pour ces groupes qui se forment dans une belle communion d'ensemble.
Qu'on y soit allé quasiment tous les ans comme quelques uns, ou épisodiquement à travers les années, ou encore qu'on la découvre en 2021, cette semaine à Djerba et dans le grand sud tunisien, va vous proposer un changement complet à vivre.
Ça peut se faire en solo, en couple, en petits groupes, en famille, etc. L'effet collectif ensuite fait le reste pour de belles émotions.
J'en suis à ma quatrième participation (plus la reco 2020 avec Pierre), et cette dernière escapade tunisienne parait encore toujours meilleure que les autres à chaud. En attendant la suivante 😊.


Avec les éditions qui passent et les rencontres vécues, on y retrouve avec grand plaisir de nombreuses personnes. Une belle joie de plus que de revoir tout ce petit monde, tout en liant de nouvelles amitiés.
Cette trentième aventure réunit 100 participants environ, dont une soixantaine de vététistes. S'ajoute en plus un groupe de marcheurs et marcheuses, ainsi que l'équipe d'organisation.

Du 24 au 31 octobre, la semaine dure huit jours, pour prolonger le plaisir 😊.
La destination permanente au-delà de la Méditerranée est connue. Ce sera la Tunisie et l'Ile de Djerba. 
C'est axé vtt bien entendu, mais les accompagnants qui ne pédalent pas, trouvent aussi de quoi passer une belle semaine, avec des parcours pédestres en parallèle des circuits vtt.
La trame du séjour est connue et permet de s'insérer crescendo dans ce raid tunisien. A savoir, deux jours sur l'île et les trois autres sur le continent, aux abords du désert. La dernière journée du samedi étant libre pour tous.
Djerba est adaptée pour initier le groupe, découvrir des promenades sympas et sans difficultés, prendre du bon temps tout en douceur, et profiter de journées peu chargées en logistique qui laissent du temps libre. 
Les trois jours suivants sur le grand sud tunisien, sont classés cinq étoiles 😍. Avec du vtt bien plus étoffé et généreux en sensations, tout en restant abordable à tous. 
C'est là que la magie opère et que le plaisir atteint son max d'intensité.

Voilà un peu pour le topo de cet évènement annuel.
Ok bon, mais comment ça marche tout ça ?
En fait ça roule pour tout dire 😉.


Dimanche 24 octobre. 
Plusieurs villes au départ en France. Paris, Lyon et Toulouse. 
La capitale d'Occitanie concentre plus des deux tiers des participants. C'est aussi le cœur de l'organisation historique qui rassemble autour de Pierre ROSSÉ La Cycleriele fondateur du raid, la plupart de l'équipe qui œuvre pour ce périple tunisien.

En ce début d'après midi sur Blagnac ça s'agite sur le tarmac d'entrée à l'aéroport où toute la troupe est en approche. Les chariots de valises semblant bien minuscules à côté des cartons géants qui les accompagnent. Non c'est pas des télés jeune homme 😀.
Les formalités sont toujours un peu longuettes, mais on a le temps et surtout on n'attend pas qu'on nous le dise pour afficher d'emblée le côté bon vivant qui inonde ce genre d'aventure.
Vol tranquille et rapide vers Djerba Zarzis.


Une fois sur l'île, direction l'Hôtel Hari Club. Spécialement réouvert et privatisé à tout le groupe pour cette édition. 
Tout le monde y sera à l'aise et confortablement installé dans des bungalows qui proposent tout types de chambres adaptées selon le séjour et les groupes.
Le complexe hôtelier est vaste et reste très agréable visuellement, en plus d'être bien fonctionnel.
Si les personnes sont bien logées, n'oublions pas les vtt 😊. 
Ils se portent bien (surtout le mien, il est pas lourd 😀). 
Ils ont suivi sans problème et sont stockés juste à proximité, en attendant de se mettre en action.

La soirée à l'hôtel débute tranquillement avec l'installation dans les différents appartements. Dans chaque chambre on peut récupérer un dossier complet avec la plaquette du raid et le programme complet de chaque jour.
Un peu plus tard le bar est à la fête et le repas du soir arrive en suivant. 
Une première prise de contact classique et sympathique avant une première nuit sur le sol tunisien.
Tiens au fait, aujourd'hui c'est l'anniversaire de Stéphane (Carmouze). Ça tombe bien puisqu'il y a un gâteau qui se présente vers la fin du repas 👍.
Allez hop au pieu, demain va arriver vite.


Lundi 25 octobre.
Une belle nuit passée, un petit déjeuner bienvenu, et on ne va pas tarder à entrer dans le vif du sujet.
Montage des vtt tout d'abord. Ça grouille de clés males, de vélos, de pédales, de cartons, et de mécanos en tout genre 😀. Belle ambiance !
Vous pouvez même juste à côté récupérer votre dossard, plaque et maillot du raid.
En fin de matinée le bar terrasse de la plage (proche de la piscine), nous attend pour une présentation du raid. Pierre et toute l'équipe sont à la manœuvre pour détailler l'aventure à venir.


Passé le repas, on débute la première étape vtt.
Partez pas tout de suite. D'abord il faut passer par la case signature du cahier de présence. Un devoir quotidien et normal qu'il faudra remplir avant chaque départ. 
Rassurez vous y a toujours des têtes en l'air 😀.
Une dernière chose et non des moindres avant de se mettre en selle, la photo de groupe. 
On ne devrait pas tarder à la découvrir, une fois de retour à une vie normale, après cette belle semaine.

Le programme vtt de ce premier contact avec le sable de Djerba, ce sera environ 35 km. 
Une petite liaison de 6 km en groupe pour rejoindre Chebabia. Un premier contact parfait et bien sympathique pour apprécier le groupe.
Au point de départ suivant, c'est la rando de 21 km qui démarre. Sur les chemins et petites pistes qui courent dans les oliveraies. on va progresser sur un terrain parfois sablonneux et souvent rocailleux avec un relief quasi inexistant, à l'image de l'île où le point culminant peine à atteindre les 50 m d'altitude. Vent de face sur cette première partie jusqu'à proximité de El Zhem, avant de tourner favorable pour rejoindre la vieille mosquée de Beni Maghzal. 
Une petite pause regroupement le temps que le groupe complet se reforme et le retour à l'hôtel se fait en liaison sur 8 km, avec le couchant en bord de mer qui vient colorer cette fin de parcours.
Une première journée tranquille pour cette petite randonnée découverte de Djerba et pour dérouler un groupe.
Avec un temps à peine nuageux et une température douce, tout va bien.


Pour le groupe des accompagnants pédestres qui suivent chaque jour les vététistes en parallèle, soit en 4x4, soit en bus, le programme est chapeauté par Martine et Aline. Une dizaine de km par jour, plus ou moins selon les envies de chacun et le déroulement des étapes. Il arrive aussi parfois que nos parcours se croisent sur un même timing ce qui permet de se retrouver pendant les étapes. Bien vu !

Le retour à l'hôtel en soirée reprend la même trame un peu chaque soir. 
Le point de ralliement central est sans surprise autour du bar et sur la grande terrasse, où les rencontres et regroupements se développent dans une ambiance hautement joyeuse et parfois plus qu'hilarante. Bien être pour l'ensemble de la troupe.
Après le repas du soir, un spectacle de danse ou autre est donné dans le petit amphithéâtre, et la nuit peut se poursuivre généralement en mode boite de nuit pour les couche tard.  


Mardi 26 octobre.
Le rituel quotidien reprend après un petit dèj matinal avancé à 7h30.
Signez là svp et hop en selle un peu avant 9h00 selon le timing établi. L'inertie d'un grand groupe pourtant plutôt discipliné 😊 fait que le temps s'allonge un peu avant que le troupeau se mette en mouvement.
Le programme est plus étoffé aujourd'hui. 45 km au total.
Toujours sur la plaine djerbienne, le début se fait en liaison sur une petite dizaine de km.
Une fois sur le site de départ, la partie rando nous fera parcourir 32 km pour traverser l'île vers l'ouest. Là encore le vent plus fort que la veille nous obligera à quelques jolis efforts pour progresser dans les bacs à sable ou les chemins vibrants sous la pierraille locale. Une trace meilleure et plus ludique aujourd'hui avec de petits reliefs qui nous incitent à plus d'amusements et de dépenses d'énergie.
On y trouvera de supers passages pour embellir au mieux le parcours.
Et par petits groupes la progression se fait selon les envies de roulage de chacun.


Chaque jour le suivi de l'épreuve est optimal et se fait avec toute une équipe d'organisation qui maitrise au mieux les petits aléas d'une telle gestion.
Pierre à moto sur l'avant, Olivier à vtt qui fait des runs de groupe en groupe pour filmer au plus près, l'ensemble des passages des participants ou Domenico qui chemine à vtt dans le paquet pour emmagasiner encore de précieux pixels qui vont nous régaler ensuite.
Sur les points de passages, les contrôles ou sur l'arrivée on retrouve Céline, Selena, Mohamed, Bernard (micro speaker), Ahmed et Imed.
Sur la deuxième moto Jean-Marc qui a réalisé le balisage des traces, vérifie que tout soit bien visible en ouverture des circuits et ferme aussi les parcours en fin d'étape.
Un balisage impeccable. Le bleu est mis en Tunisie, les tags sont bien visibles, suffisamment nombreux pour ne pas s'égarer, et ça permet de naviguer sans aucun problème. Pour compléter les infos, sur les traversées de route des codes rouges se succèdent pour coller avec les indications du road book qui vous est remis à chaque début d'étape lors de la signature. 
Bref vous pouvez vous perdre, mais faut le faire exprès 😀, ou alors vouloir être sur le podium le samedi soir 😃. Mais ça c'est une autre histoire, et en plus y a un sérieux client ! 😂

Pour compléter tout ça, une escorte policière est présente chaque jour sur les routes ou à proximité du groupe sur les points de ralliements. Sur le continent des militaires seront aussi présents jour et nuit, en parallèle au groupe.

Bon sinon nous, on en est toujours à mardi matin, quelque part dans les sables djerbiens à zigzaguer entre les palmiers et les oliviers. 
Km 32 pas très loin de Bou Menjel on se regroupe pour le lancement d'une petite séquence rando par équipe. 4 bons km à dérouler sur les petites dunes et les belles pistes de sable pour rejoindre le bord de mer.
Onze petites formations de six compères sont composés avec l'ensemble du groupe vtt.
Je me retrouve dans le team les "DERBOUKAS ENSABLÉES", avec Patrick (Momoye). Yvan, Vincent, Isabelle (Zaz) et Michel.
Une derbouka c'est un petit instrument à percussion de type tambour (à noter que dans certaines équipes il y a plus tambour que nous 😀), mais on se défend bien cela dit. 


Allez gaz. 
Toutes les trois minutes environ on démarre pour cette dernière séquence par petits groupes pour rejoindre l'arrivée une petite demi-heure plus tard. On a pris le temps de rouler sur les petites pistes lisses et sablonneuses du bord de mer.
L'arche d'arrivée est juste en contrebas d'une dune.
Fin de l'étape 2 pour la partie vtt.

Pour rejoindre le site du repas de midi, il nous reste une petite demi-heure de route à parcourir pour atteindre Ajim.
Le restaurant le Coucher de Soleil vous accueille sur sa belle terrasse, montée sur pilotis, dominant la mer côté ouest de l'île. C'est le début d'après midi, le soleil est encore haut. On imagine aisément à la tombée du jour, la vue éclatante et les couleurs sublimes qui miroiteraient sur la rétine. Étincelant !
Repas typique local. Idéal après une belle matinée sur la selle.

Le retour vers le Hari Club se fera en bus, alors que les vtt déjà allégés de leur pédales et avec des cintres, tordus pour le coup 😉, sont déjà tournés vers les montagnes du grand sud tunisien. Ils s'impatientent sûrement d'y être. 
J'en connais d'autres qui ont aussi des fourmis dans les jambes 😊.

La soirée est belle encore. L'apéro domine les premiers débats. Les olives se dégustent tranquillement pour tous, tandis que certains apprécient plutôt les noyaux, qui semblent ressembler à des cacahuètes 😂😂😂😂. C'est la crise... de rire.
Enfin peu après, toute l'équipe de l'hôtel nous a régalé d'un généreux buffet plein de saveurs ce soir. Le niveau est encore un peu plus à la hausse. Bravo et merci !

La nuit étoilée sera plus courte.
Demain on bascule dans l'essence même de ce raid vtt tunisien. 



Mercredi 27 octobre.
Le meilleur cette année nous attend à nouveau dans les montagnes du gouvernorat de Tataouïne. 
Lever avant le soleil vers 5h45 ou 6h00 selon l'envie. Petit dèj copieux (c'est toujours le cas 😊) de préférence à partir de 6h30.
Une heure plus tard le bus file vers la Chaussée Romaine qui relie le continent tunisien et l'île de Djerba. Puis le bord de mer en suivant et la région de Médénine, pour traverser toute la plaine recouverte d'oliveraies.
Les terres sont arides cette année, probablement plus qu'habituellement. La pluie durable n'est pas réellement revenu depuis un an et demi environ. Alors ce serait bien qu'elle arrive mais dans six jours pas avant 😉. 
Au passage bravo la météo impeccable sur tout le séjour. On pouvait craindre selon les prévisions, une fin de semaine pluvieuse, mais en fait il n'en a rien été. L'automne s'est maintenue au grand beau.
2h00 de route environ pour se rendre à destination. 
Les montagnes du sud apparaissent peu avant Tataouïne qu'on traverse sur la fin du trajet.
Enfin après une partie de route montante, nous voici à Ksar Ouled Soltane.
Village berbère situé en altitude (450 m). Une petite pause thé et pâtisserie est prévue à l'intérieur de ce magnifique ksar.


Un peu plus haut que le village, on retrouve les vtt pour un peu de mécanique de remise en ordre de marche.
Une fois que la troupe est prête, on va pouvoir s'élancer.
Le circuit du jour se sera 4o km et 500 m de dénivelé annoncé. KSAR OULED SOLTANE - DOUIRET (en passant par SEDRA).
Un parcours allégé est prévu pour ceux qui veulent faire plus cool.
Le temps passe vite, on est un peu en retard d'une bonne heure sur l'horaire prévu par les books.
Si y en a qui ont pas signé la feuille, magnez-vous on est chaud là 😃.

Un peu après 12h00 on bouge vers la première partie de cette troisième étape. 
La trace engage sur la petite route et s'enfonce rapidement sur la piste de sable pour contourner le djebel qui surplombe le village sur le versant nord.

Bien vite on retrouve le bonheur sous les roues. Un sentier de roche peu accidenté mais bien vibrant serpente sur une strate du massif. C'est excellent ! La file de vététistes s'étire et progresse durant une paire de km.
Le décor minéral et calcaire s'étend sous les yeux. On est en plein dans ce qui nous régale depuis des années sur cette aventure tunisienne. 
Ça va durer trois jours sensass 😊.


Pour continuer la trace on embarque maintenant sur de la piste en profil descendant. Plutôt en mode rapide, on savoure aussi parfois de petits passages singuliers et bienvenus qui agrémente le roulage. Une petite descente très technique vers le km cinq amène de belles secousses et à peine plus loin un petit hors trace dans un single remuant permet de shunter un bout de piste de belle manière.
Au km 7 traversée du petit village de Tamelest.
Ensuite ce sera la montée vers le sommet suivant. 
Deux km de piste-chemin avec trois ou quatre murs sévères pour passer les courbes de niveaux. Ça roulait plutôt par petits groupes plus ou moins nombreux sur cette première partie, et puis quand ça devient rude, ça s'éparpille petit à petit comme d'habitude. Mais c'est bien sympa de se mettre une belle bosse dans les guibolles.

Le long de la montée on a le temps d'apprécier le décor encore. 
Le village troglodyte de Sedra est déjà plus ou moins captivant vu d'en bas et d'assez loin. A mesure qu'on s'approche, certes on en bave encore car ça monte copieux, mais quand on y est rendu c'est encore meilleur avec la vallée qui s'ouvre largement au regard, et le visuel se déploie au loin sur les environs. 
On peut d'ailleurs apercevoir le départ du matin tout au fond du panorama.

Sur ce site historique et très ancien vous pouvez visiter ces anciennes habitations.
Un ravitaillement sera disponible en attendant que tout le monde soit arrivé. Y compris les pédestres.
Au bout d'une heure et demi d'arrêt environ on reprend les vtt pour la suite de la journée.
30 km à parcourir maintenant.
La piste perd un rapide dénivelé pour bifurquer à droite et filer rapidement sur une longue série de km en légère descente. 
Circuit bien roulant globalement, sur pistes plutôt larges et avec toujours en toile de fond ce décor ocre unique qui accapare sans cesse les regards. Impossible de s'ennuyer sur ces parties désertiques toujours pleines de charme. Outre les quelques parties grimpantes pour traverser la longue plaine, le vent ne nous épargne pas trop et on l'a bien souvent de face. 


Km 15 environ, la trace s'oriente vers le sud pour un supplément de petites pistes.
On est plusieurs à rouler sur le même rythme maintenant et la progression constante nous ramène plus loin vers les parties montagneuses de la fin du parcours.
Le passage d'un ou deux points de contrôle anticipe la venue des massifs et on va se retrouver bientôt au pied des huit derniers km. 
Une longue partie purement vtt qui régale tant par les décors que par le relief. Bien entendu ce sera pas de tout repos par là. La trace est rude comme peut l'être la vie dans ces régions reculées et très éloignées des grandes agglomérations.
Après une dernière route principale, on voit vite ce qui se profile devant nous sur les hauteurs.
Un monotrace serpente un peu sur la partie basse tout en commençant déjà la grimpette, et puis ça se cabre franchement par la suite. Des passages bien défoncés arrive sous les roues, un peu de portage est nécessaire à une ou deux reprises, mais avec de l'énergie et de la volonté on peut quand même en passer beaucoup sur la selle. 
Tout en haut un ancien village vous attend patiemment, alors que vous trimez dans les rocailles. Ouvrez les yeux un peu partout et à tous les étages, c'est splendide.

Finit la bosse, vive les parties descentes.
Ah les joies du vtt tout rigide 😀! C'est pas le vtt idéal par ici c'est clair, mais ça permet de passer quand même avec de bons massages appuyés sur l'ensemble du corps. 
La trace va ainsi continuer sur des parties accidentées et bien bonnes. Succession de petites montées gaillardes et replongée dans les oueds ultra secs. N'espérez pas trouver de l'eau pas ici. 
Les enchainements de sentiers rocheux sont permanents, tout comme le plaisir qu'on a à les faire défiler, malgré la rudesse du circuit maintenant.
Dans mes souvenirs passés par ici, je ne me souvenais pas que c'était aussi long. Le village d'arrivée n'est pas pressé de se montrer donc on continue. 


Enfin la dernière difficulté est gravie et la magie visuelle enflamme les pupilles.
Douiret apparait plaqué sur la montagne opposé, et en dessous l'arche boudin qui matérialise la fin de l'étape. Un km encore, et en plus ça descend quasi tout le temps. Super final !
Après quelques photos, ça va swinguer sous les roues. Pas trop vite quand même vu que c'est bien esquinté. et puis faut bien lever les yeux au large pour profiter de toute cette beauté dorée sous le soleil.

Fin du parcours tout en bas après la piste.
41 km de paysages, de belles traces, de bons moments, et de vibrations intenses. Bravo ! Demandez pas aux autres, ils ont trouvés ça encore mieux 😀.

Le regroupement se fait petit à petit avant de reprendre un peu d'altitude pour arriver au village juste au-dessus.
Les vtt sont stockés contre les premières habitations et un dernier effort vous attend pour hisser les valises au cœur des habitations troglodytes via un long escalier.
Ensuite c'est que du bon à découvrir ou redécouvrir pour ceux qui connaissent.
L'intérieur du village restauré abrite des chambres creusées dans la roche. C'est le meilleur des hébergements pour moi. Loin des confortables hôtels habituels, ici on refait un retour vers le passé pour composer une superbe soirée.
Certaines habitations sont carrément des petits appartements splendides.
Raouf vous accueille dans ce haut lieu historique qu'il restaure chaque année un peu plus.
L'installation se fait par groupes dans ces petites demeures pleines de charme.
Sur le soleil couchant c'est toujours des instantanés géants. 
Le lever du jour le matin y sera encore plus magique.


Avant la soirée, installation de tous, suivi d'un bon coup de toilettage pour retrouver de la fraicheur. Le repas typique nous attend peu après dans la cour principale ou dans les salles attenantes. En cherchant bien on peut même trouver de quoi boire un apéro 😊.
Et pour continuer ensuite la belle soirée étoilée en chantant, vous pouvez profiter de deux mini concerts improvisés qui doivent probablement résonner un peu partout dans les montagnes. 
J'y pense maintenant, mais une petite excursion en dehors du village aurait été judicieuse pour vérifier tout ça. J'en prends note pour la prochaine 😊.
En tous cas dans cette soirée formidable, on y a vu beaucoup de chaleur encore et une grande et belle joie communicative pour tous.
Les photos montreront certainement de belles prises, mais les vidéos en diront assurément bien plus 😀. 
Et la nuit sera bonne sous les roches millénaires. On est bien partout au fond, mais là on est encore mieux !
Douiret j'adore. Les autres aussi 😎.


Jeudi 28 octobre.
Quatrième étape - Jour 2 sur le continent.
DOUIRET - CHENINI. Toute une histoire et une grande classique incontournable du Raid Vtt Djerba Tunisie.
Le lever avant l'aurore est impératif déjà pour assister à la montée en flèche du soleil. En fait on sait bien qu'il ne monte pas hein, pas plus qu'il descend d'ailleurs. Mais pas grave c'est toujours l'impression qu'on en dégage et l'imaginaire fait le reste.
En tous cas l'apparition est toujours spectaculaire. On en voit un peu partout des levers de soleil splendides, mais là ici et maintenant disons qu'il n'y en a pas de meilleur.
L'intérieur du village s'illumine alors que les montagnes environnantes retiennent encore un peu la lumière derrière les sommets le temps qu'on finisse de déjeuner dans la cour intérieure.
Ensuite on pourra apprécier ce lever intégral en visitant les ruelles et les accès extérieurs.
On va bientôt laisser Douiret derrière nous en emportant encore une fois des images et des instants uniques.


Vers 8h30 on redescend les bagages et la troupe de vététistes et pédestres. Les vtt attendent une belle journée de ride. Pareil pour nous.
Déjà oubliez pas l'autographe avant que Céline devienne insistante 😀. 
Peu après 9h00 ça démarre. Descente par la route jusqu'au point bas pour un bref rassemblement qui va lancer le parcours du jour.  
Au fait on fait quoi two day 😉 ? 
28 km mes amis. D+ prévisionnel de 300 m environ.
Allez top départ.
Le début du parcours repasse dans le haut du village. Ouais c'est clair qu'il va falloir monter d'entrée. La beauté de l'ascension efface en grande partie la difficulté croyez moi (ou pas 😀). Bien vite on retraverse ce charmant village une dernière fois avant de s'échapper sur un bonheur de sentier qui excelle partout. Là encore les yeux autant que les sensations sont à la fête.
Les passages en balcons tout le long des habitations ou des vieilles bergeries sont parfaits et se prolongent encore longtemps sur un monotrace extra et parfois bien technique, qui s'engouffre petit à petit dans un superbe canyon. 
Au passage à la sortie du village on a même eu droit à une ola des pédestres qui empruntent le même début de parcours. Bien cool tout ça !

Pour sortir du canyon, un mini portage de quelques dizaines de mètres. Admirez la vue et les décors.
Quand le parcours devient plus roulant, les groupes se reforment et on peut rouler une bonne dizaine environ en compagnie de Jean-Christophe et Baptiste PERAUD. 11 ans et déjà en piste vaillamment sur le même programme que des adultes, ça promet pour l'avenir. Bravo le minot ! 


La plaine tunisienne en hauteur offre de belles pistes pour continuer ce tracé vers Chenini. Le vent est encore parfois en face mais moins gênant globalement que la veille sur les parties plus basses.
Le circuit du jour ne présente pas de grosses difficultés à monter, c'est assez progressif et passe bien. 
Km 10 environ, on recroise les marcheurs marcheuses lors d'un pointage kilométrique. 
Par la suite vers le km 16, le profil devient montant après une traversée de piste.
Ça continue de rouler grouper durant de longs moments.

Km 18 on coupe la piste vers Guermessa. Les passages s'élèvent encore sur les étendues désertiques et vierges d'habitats.
Km 22 c'est maintenant que le parcours devient plus difficile. On retrouve Pierre lors d'un contrôle de passage par ici, alors que les sentiers rocailleux reviennent mettre un peu de piquant pour gravir quelques collines. C'est bien bon à passer tout ça !
Il nous reste environ quatre bornes pour arriver. Les petits monticules se succèdent pour accéder au point haut. Quand on y est, un petit monotrace joueur achève l'approche pour accéder à la descente finale. Parfait tout ça sous les roues. 

Enfin on y est. La descente mythique de ce raid tunisien. Chenini est en bas.
Un kilomètre virgule cinq tout en descente pour secouer plutôt fort les bourrins et les montures.
Allez gaz mais pas trop, ça va balloter très vite. 
Deux ou trois virages serrés pas faciles, et vous accédez à la partie plutôt rectiligne qui descend contre les blocs rocheux d'un coté et le vide du défilé de l'autre. Bon c'est méchamment agressif par endroits et tout le temps bien tapageur. Des marches plutôt hostiles à quelques reprises, une ou deux failles dans la roche, du gros pavé marteau piqueur, et sûrement quelques belles petites vacheries dont j'ai déjà oublié les misères. Par moments on peu relâcher un peu les freins pour prendre de la vitesse mais ça dure pas généralement.
Pas question de prendre une photo en roulant par ici. Pour ça, je fais un arrêt au milieu pour couper l'effort déjà et profiter de la vue ouverte sur un plan très large qui expose toute la montagne soutenant Chenini et son vieux village surplombant les habitations nouvelles. Bien joli encore aujourd'hui ces visuels pittoresques !


La deuxième parti de la DH est un peu meilleure. Le sentier se fait moins agressif et laisse la place pour une belle séquence technique qui, bien que ça demande de la maitrise, on peut malgré tout progresser convenablement. Les épingles passent quasi toutes sauf une ou deux un peu trop esquintées et encombrées. 

Là encore, dans cette grosse descente en tout rigide, c'est plus que rock'n roll. Tendance hard rock plutôt 😊. 
Avec une fourche et un tige de selle télescopique y a pas de doute c'est bien mieux. Un tout suspendu (comme j'avais en 2011) étant encore meilleur pour apprécier ce gros morceau bien costaud.

Tout en bas vous y êtes. Trois cents mètres plus loin sur la bute en contrebas de la route voilà la ligne d'arrivée.
28 km sur cette étape historique, c'est toujours impec. Très agréable au départ, bien plaisant sur la majeure partie et bodybuildée sur ce final grandiose en visuel autant que rugueux en sensations. 
Parfois, souvent même, on aimerait remonter de suite pour refaire une merveilleuse descente qu'on vient tout juste d'achever. Bon... pas cette fois et pas ici. Merci 😀.

Le soleil arrose copieusement l'arrivée. Ça chauffe en attendant que tout le monde rentre. 
Il nous faudra ensuite reprendre les vtt pour s'élever quelques centaines de mètres plus haut et ranger les bécanes sous le restaurant Mabrouk. 
Bien installé en salle à manger, un bon repas à suivre complètera parfaitement cette belle matinée.


En milieu d'après midi, reprise des vtt pour quelques quatre km supplémentaires et atteindre sur le versant opposé le site historique des Sept Dormants autour de la petite mosquée troglodyte.
Une visite à faire lorsqu'on est de passage à Chenini.
L'excursion se termine vers 16h00. 
Rassemblement de toute la troupe à vtt et 4x4 pour achever de se rendre sur le lieu du bivouac cinq km plus bas, dans un oued où se situe le site pour ce camp de base.
Cet hébergement typique va apporter la touche finale à cette ultime nuit dans le grand sud tunisien. 
Accueil en musique locale par une troupe de musicien avant installation dans des petites tentes rudimentaires pour la plupart. 
On va radicalement sortir de nos zones de confort habituelles pour vivre là encore dans un autre âge, très très loin de nos vies occidentales. De fait il va falloir composer avec le strict minimum. 
Il manque juste une toile de fermeture, mais on y est et on va s'adapter au mieux pour cet épisode insolite. J'en ai déjà fait deux par le passé, je suis avantagé donc, et une nuit n'est pas coutume 😊.

Un petit toilettage frugal avant la nuit qui tombe rapidement sur les montagnes.
Le repas du soir en plein air se passe bien, l'ambiance joyeuse prend vite de l'ampleur et le feu de camp bien nourrit lui aussi, commence à crépiter vaillamment peu après. 
Les chants et autres musiques d'ambiance ne vont pas tarder à démarrer jusque vers minuit.
Ensuite dans la nuit fraiche, où les étoiles filantes ont parait-il parfois cisaillé le ciel, le calme relatif est estompé par le ronflements de mobylettes, qui tournent un peu partout entre les tentes 😊.
Le froid au ras du sol est parfois perceptible, même bien habillé. Un petit lit de camp ou une couverture de plus seraient pas du luxe.


Vendredi 29 octobre.
Une grande et belle dernière journée ! 
CHENINI - TATAOUÏNE - KSAR HADDADA - 65 km
Au petit matin, la température augmente rapidement avant les premiers rayons de soleil. Le lever se fait bien avant l'aube pour la plupart à partir de 6h00, et on retrouve du monde autour du feu qui a été entretenu toute la nuit. 
Vers 7h00, le petit déjeuner chaud, bien garni et de bonne qualité est parfait pour débuter cette dernière étape continentale. La cinquième et dernière du séjour en même temps que la troisième sur le sol tunisien.
Le soleil se fait pas prier longtemps pour entamer son tour de chauffe. Lumineuse et brillante, l'aurore nous offre un deuxième jour éblouissant.

Une nuit au bivouac c'est rude certes, celle-là aura été marquante et plus ou moins bonne selon les personnes et les sensibilités. 
Moi ce que j'en retiens c'est que ça fait partie intégrante de cette aventure voulue telle quelle, et qu'au final les souvenirs de cet expérience insolite n'en seront que plus positifs et feront partie de souvenirs mémorables, bien plus beaux que ceux auxquels on a l'habitude de vivre au quotidien parfois. 
Douiret et Chenini, deux étapes significatives et révélatrices du Raid Vtt Djerba Tunisie. Bravo encore !

Alors quoi de neuf aujourd'hui sous le soleil de 8h00 ?
La feuille de présence est déjà remplie de griffonnages et tout le monde est prêt on dirait.
Paré au départ pour la compagnie Rossé au complet, la colonne de marcheuses et marcheurs, le bataillon de vététistes et les quelques blindés de transport de troupes. 


Le campement s'éloigne tandis qu'on descend le chemin d'accès. 
Direction Tataouïne en convoi routier, avec un dernier passage par Chenini pour saisir encore de belles images de cet antique village berbère. 
L'allure est sénatoriale pour permettre à Isabelle de faire de nombreuses pauses photos 😃.
Le peloton poursuit sa route facilement sur 17 km au total, pour relier le site de départ proche de l'Hotel Dakyamus au nord-ouest de Tataouïne. Les deux derniers km se font sur piste.

Dernier regroupement avant lancement.
Ce dernier raid est le plus long avec 48 km. Le dénivelé positif est d'environ 550 m.
9h20 ça sent le départ. 
Compteur à zéro, effectivement ça bouge peu après. 
Le tout début est super bon, mais il faut être devant pour en profiter au mieux. Une trace sentier ludique sur quelques talus tout d'abord, et puis la remontée sur la hauteur arrive vite via une passe très rocailleuse. Ça monte plutôt raide sur la caillasse mobile pour finir ce premier km bien joueur.

L'allure un peu vive de ces passages techniques crée quelques petits écarts. Ils sont comblés rapidement en adoptant une conduite plus tranquille sur les pistes montantes qui cheminent durant cinq ou six km. Ainsi c'est avec Yvan, Walter, Patrick, Didier, Manuel, Vincent et Fabrice que se forme un petit peloton qui va rester ensemble sur 35 km environ. Le vent nous pousse sur ces premiers km en plus.
On aperçoit Tataouïne en passant sur les sommets. 


Km 7 un portage en descente est indiqué sur le book. On l'a pas vu 😉. Ça passe sur la selle. C'est rude et très agité mais ça se fait. Ensuite un peu plus bas on retrouve des parties sur pistes roulantes et descendantes jusqu'à atteindre le village de Tlelet.

Plus en avant, la trace se bonifie encore. Un petit monotrace se faufile en souplesse dans les oueds sablonneux avant de gravir un talus à l'aide d'un mini portage. On retrouve Jean-Marc à moto par ici, qui suit la progression des groupes.
Traversée de route au km 15 où on revoie un groupe de pédestre.
Le paquet de huit vtt poursuit son périple à travers les segments de petits chemins ondulants. Après un passage à côté de quelques petites cavités troglodytes, un long monotrace sensass se profile sous les roues. Il va nous faire naviguer tout au long d'un oued sur la partie basse, dans des passages très sauvages, et plus loin commencer à s'élever dans une sente calcaire. C'est sportif et ludique par là et on se régale à passer à côté des murs barrages qui longent cette progression. Top !
Le final toujours très bon termine cette phase montante. Superbe ce qu'on vient de franchir !

Descente rapide sur Mrabtine maintenant, qu'on rejoint au km 23 pour la pause ravitaillement.
Le temps de grignoter quelques denrées, de refaire le plein de la fiole et on repart tranquille pour dérouler un peu de goudron. Vent dans le dos ça va tout seul sur des pistes qui deviennent bien roulantes et accélèrent le rythme sans trop forcer. 


Vers le km 30 on revient sur des parties montantes avec de la piste ou du chemin un peu plus gravel. Le vent recommence à venir chatouiller les narines, ce qui procure encore un peu plus de difficulté. Les VAE sont efficaces par moments pour nous amener un peu plus vite que nos capacités propres. Le rythme est moins soutenu, même si tout va bien encore sur ce troisième jour intense. Le groupe s'éparpille un peu au gré des passages montants, des relances et du relief. 
Le point haut suivant est atteint au km 36. on y fait une petite pause photo histoire de zieuter les panoramas environnants. 

Allez hop on descend fissa sur une paire de km vibrants. Ça castagne pas mal sous les gommes.
Et on entame bientôt les dix derniers km avec un fort vent de face. Ça nous manquait depuis le temps 😀. A cinq encore ça permet de gérer l'effort durant cette dernière petite heure de roulage. 
La longue traversée de la plaine est plutôt rude grâce au zef qui souffle de plus en plus.
Enfin on aperçoit au loin sur les hauteurs les habitations proches du village d'arrivée, qui apparait peu après. On devine même l'arche qui va marquer la fin d'étape. Elle est encore loin et surtout on va arriver au pied de la dernière belle bugne du raid. 
Pour finir au sommet, Ksar Haddada est l'endroit idéal 😊.

Cette montée finale se passe quasiment partout en selle, avec un peu de poussage à un endroit. Le premier virage en épingle est infaisable à moins d'être trialiste et d'avoir encore la pèche. Cette ancienne voie romaine est sensass pour finir. 
Pour le reste de la bosse, il y a encore un peu de jus dans les gambettes alors ça passe pas mal et on surgit peu après sur la ligne d'arrivée.
Le compte est bon. 48 km. 
Fin de la partie vtt de ce trentième raid. 
Ces trois derniers jours auront été intenses, splendides, ludiques, physiques, grandioses en permanence pour admirer les visuels, et ont permis de revisiter le meilleur de cette région de Tataouïne.


Tout le monde se retrouve peu à peu sur l'arrivée. Sur ce final en hauteur, surplombant un grand cirque naturel, on peut voir les deux derniers km du circuit et suivre la progression de chaque participant sur le grand parcours.
Dès que chaque concurrent a passé la ligne, les vtt sont préparés pour repartir dans les camions.
Les bus sont là pour nous amener au village. Le repas de midi nous attend dans les anciens greniers restaurés et qui abritaient il y a pas si longtemps un hôtel restaurant. 
C'est aussi sur ce village qu'ont été tournées quelques scènes de la saga Star Wars - Episode 1.
Après un bon repas à ciel ouvert et sous ce bon soleil tunisien qui nous aura illuminé la semaine, le trajet retour vers le Hari Club est enclenché vers 16h00.

Retour au bercail peu avant la nuit. 
Deux urgences absolues à venir (à vous de choisir l'ordre 😊). D'abord se refaire une petite beauté, et ensuite réhydrater les bourrins avec de bons produits liquides en terrasse ou au bar, après ces trois jours plutôt sobres dans les montagnes. 
La soirée classique se profile pour rassembler tout le monde autour du sympathique buffet. Une belle soirée pour refaire le film de ces trois superbes journées.
La nuit sera longue cette fois, on a un peu de sommeil à rattraper 😊.



Samedi 30 octobre.
Journée off. Quartier libre pour tous.
Roulage pour certains, farniente, plage, piscine, massages, ou visite des souk de Midoum et Houmt-Souk. Il y a aussi sur la plage des séances de yoga très matinales, sous la conduite de Sandrine pour les volontaires. 
Pour moi les yeux sont déjà en mouvement dès 5h30 du mat comme chaque jour depuis le début de la semaine. Vers 7h00 démontage et emballage du vtt. 
Après le petit déj et les derniers rangements de sacs, les taxis nous attendent pour la capitale.
La journée va se passer dans les souks pour faire quelques emplettes.
Le repas du midi se fera au restau Essofra à Houm-Souk. Une bonne adresse pour manger, un bon accueil de la clientèle, et un sympathique décor ambiant. Bien vu !

De retour à l'hôtel, la cérémonie de clôture du raid est prévue pour 18h30 dans l'amphithéâtre.
Une belle manière de terminer ce séjour.
Sous la conduite de Pierre et Céline, on parcourt la vie de ce raid à travers son historique, de la naissance à ce trentième épisode qui va se conclure de façon merveilleuse. Et ce malgré plein d'aléas et de coups durs, imperceptibles de l'extérieur pour les participants. Bravo pour tout ça !


Cette réunion finale donne aussi l'occasion de récompenser quelques participants pour leur sens de l'entraide ou leur bravoure à l'effort, pour leur résistance aux contretemps ou à leurs phobies. Tout ça nous donne des bons moments de vie tout simplement.
Enfin pour le côté festif, cocasse et clownesque du séjour 2021, un dernier compte rendu est proposé en suivant. Comme d'hab on va y retrouver les anecdotes, blagues, échos, et autres gaffes épaisses, qui rythment la semaine et recense un petit peu tous les travers des participants.
Tout ça est religieusement griffonné sur le cahier de textes de Céline (bien aidée par des indics de tout genre 😀) et suite à la mise en scène des gags, chaque gaffeur est prié de passer sur le podium pour recevoir son prix. 
La course à la plus haute marche du podium est rude, mais le vainqueur toutes catégories est comme prévu intouchable et inaccessible. Félicitations le Dide t'es le meilleur ! 😂😍😎 Déjà à Toulouse avant le départ, moi et d'autres auraient sans aucun doute mis un paquet de dinar sur ta victoire 😀.

Pour terminer, quelques derniers mots de Pierre pour souligner le déroulement compliqué jusqu'au bout de cette édition, et même dans la semaine en cours parfois. Mais ce qu'il en ressort c'est que tout s'est formidablement bien passé encore, et que ça va continuer dans le futur. Grand merci pour tout ça. 
Ça mérite une belle ovation oui 👋👋.

A suivre un bon cocktail apéritif, suivi du diner spectacle. Tout bon pour la dernière journée. 
Pour prolonger la soirée, ce sera les derniers petits rassemblements groupés en terrasse avant une dernière nuit tunisienne. 



Dimanche 31 octobre.
Trajet retour en France. Envol vers midi. En soirée dans nos chaumières. 

Remerciements appuyés pour Pierre ROSSÉ et toute l'équipe d'organisation citée plus haut, ainsi qu'à l'Hôtel Hari Club et tout son personnel. 
A une prochaine avec grand plaisir.

Salut à tous et merci. 
Ravi d'avoir revu plein de connaissances et fait de chouettes rencontres. 
Au plaisir.
Cette grande aventure tunisienne est toujours aussi belle à vivre. 



Lundi matin à Djerba




Présentation du raid




La plaque de cette trentième édition




Oubliez pas les autographes chaque jour 😊




La marche en avant - Ana Sandrine - Sandrine - Virginie - Sylvie - Marie Pierre - Pascale - Francette - Sandrine - ??




Lundi après-midi - 1ère étape à suivre




Les plus sérieux devant 😀




Départ de rando




Jean-Christophe et Baptiste PERRAUD




Final d'étape à la mosquée de Beni Maazghal




Yvan - Patrick - Vincent




Félix - Didier - Manuel




Alain - Isabelle




Walter - Valérie




Pascal




Didier




Francis




Vincent - Patrick




Isabelle Michel




Marc - Stéphane - Patrick




Jean-Marc à moto - Balisage - Ouverture - Fermeture - Suivi de l'épreuve




Fin de balade en soirée




Le rituel classique de chaque journée 😊




Mardi matin journée de vélo plus complète sur l'île




André - Alain - Isabelle - Jacques




Pascal & Pierre - Très concentrés 😊




Manuel & Olivier (caméra mobile)




Ouais c'est chouette ! 




Y me surveille tu crois le motard 😀




Dans la campagne djerbienne




Chemins et pistes de l'île




Vestiges de je ne sais quoi




En danseuse pour un petit peu de relief, sur cette étape traversant l'île




Un bon sentier rocailleux à gravir par ici




Départ de la séquence par équipe




Les Derboukas Ensablées - Michel, Vincent, Patrick, Isabelle, Yvan et moi




Arrivée dans les dunes vers Bou Menzel




Pascale & Stéphane




André et Jacques




Benjamin et Jean-Marc




Le restaurant le Coucher de Soleil




Mercredi sur le continent - Ksar Ouled Soltane - Etape 3




Visite du Ksar




Préparatifs de départ




Le CPRS en bon nombre




Début de parcours sensass dans les sentiers rocailleux




Roulage groupé




Fin de petite descente avant Tamelest




Début de la montée vers Sedra




C'est là-haut qu'on se retrouve bientôt 😍




Stéphane & Marc




Une belle grimpette par endroits et Le Dide (à droite) est en grande forme
Faut dire qu'il a la pèche depuis qu'il bouffe les noyaux 😂😄




Les marcheurs droits dans la pente au-dessous de Sedra




Deuxième partie d'étape dans l'après-midi




On approche à nouveau des montagnes pour le final




Douiret en face - Y a plus qu'a descendre




Sous le soleil de Douiret en fin d'après-midi




Repas du soir typique




Une bonne table pour la soirée 😊




Soirée animée




Jeudi matin c'est splendide




Départ bientôt pour une autre belle journée




A fond la forme !




Mini liaison pour rassembler tout le monde




Départ imminent




Remontée vers le village pour un dernier passage superbe




Ola matinale




Superbe canyon pour débuter cette 2ème étape continentale




Point contrôle de passage - Daniel - Imed - Bernard




Un bon groupe de roulage - Le père le fils, et tous les saints d'esprits derrière 😀




Sur la fin du circuit quelques collines à passer




Chenini - Grosse descente à venir




Bien costaud à descendre tout le long




Juste avant la ligne d'arrivée




Après le repas, retour en selle pour un peu de tourisme




Panoramas tunisiens




Arrivée au bivouac




Accueil en musique




Ça vous tente ?!! 😀 
Soirée bivouac à Chenini




Camp de base




Repas sous les étoiles




Le feu est un élément rassembleur durant la nuit




Le feu toujours bienvenu dès l'aube




Encore une aurore rayonnante




Instantané du matin




Départ du bivouac - Ultime étape - 65 km à venir 👍




En route vers Tataouïne




Deux Pierre qui roulent 😊




Ultime départ pour l'étape marathon du raid




Tataouïne dans le viseur, depuis les hauteurs




Manu en 26 pouce 👋👍




La marque de Jean-Marc 😉




Merveilleux sentiers qui sillonnent les massifs. Un régal à rouler, une beauté à zieuter 




Toujours en cavale sur ce long monotrace




Ravitaillement à Mrabtine




Une belle partie de manivelles pour la dernière étape




Photo sur un point haut du côté de Ksar Ababsa




La montée finale pour accéder à Ksar Haddada




Félix sur les derniers mètres du raid









A l'intérieur du ksar




En place pour le repas




Après l'effort...




Sur les toits des ksour




Retour sur l'île au couchant




Soirée de retour à l'hôtel




Journée off




Séances de yoga matinale




Restaurant Essofra à Houmt-Souk - Bonne table et bel endroit




Cérémonie de clôture - Un dernier grand moment du raid 👋




Félix fait le spectacle



Rester c'est exister, mais voyager c'est vivre
Vive ce voyage !




Premier prix dans la catégorie fou rire. Vainqueur avec plusieurs longueurs d'avance
SplenDide ! 👍😎😂




Merci pour tout Pierre 👋




Une dernière soirée pour se rassembler




Une aventure à vivre 



2 commentaires:

  1. Merci Yves pour ce compte rendu magnifique
    Mais je le trouve un peu court!!!
    A bientôt de se revoir
    Je vous embrasse à tous les deux
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Pierre
      Au plaisir de rouler par ci par la, et de boire un verre ensuite :-)
      Grosses bises.

      Supprimer