1 mai 2019

Reco Mountagnole

Le 1er mai se fait dans l'Ariège cette année. 
Option vélo de route. 
On défile sur quelques cols pour parcourir le circuit de la Mountagnole.
Le minimum syndical, c'est 120 bornes et quelques 2500 m de dénivelé. 

► Strava - Reco Mountagnole

Et pour agrémenter un peu on s'autorise  quelques variantes au parcours officiel, histoire de réduire un peu la distance et pour faire selon l'envie.

9 personnes au départ. Christophe, Stéphane, J Luc, 2 Patrick, Julien, Jeff, Arnaud, et moi.
Tarascon-Sur-Ariège vers 8h30, le mieux c'est de se boire un petit café au bistro du coin. 


Le pit stop pour enfiler les tenues de camouflage, c'est sur un parking en bord de route.
Sans tarder et dans la bonne humeur gauloise, on est calé pour prendre la route.
Traversée du village, direction Foix par la petite route de campagne. C'est tranquille comme démarrage pendant une bonne vingtaine de km. Les bosses sont encore loin.

Température d'une douzaine de degré à tout casser, le soleil est présent mais un peu palot encore. La journée météo va être idéale ensuite dès le milieu de matinée, avec juste ce qu'il faut de chaleur et le plein de soleil.



Arignac, Amplaing, Prayols, Ferrières, on fait la tournée des petits patelins pour rejoindre Foix. C'est plat plus ou moins, profil descendant, et bien roulant avec deux mini côtes pour entamer à peine le dénivelé du jour.
Après la capitale ariégeoise la route poursuit son cours sur une tendance montante maintenant. C'est pas violent du tout au début.
A partir de Burret là on va grimper plus sérieusement pendant 5 km pour arriver au Col des Marrous. Pas très dur globalement, mais quand même certains passages sont rudes déjà. En tous cas ça comptera dans les jambes à la fin 😊.

Passé le col plutôt que de poursuivre sur le tracé officiel, on va découvrir une petite variante forestière. On sait pas ce que ça va donner, ou alors y en a qui savent mais qui n'ont rien dit 😊.
C'est pas du sentier ou des chemins, on reste sur le goudron quand même. 
La route étroite descend dans la forêt quelques km vers Sentenac de Sérou. On découvre cette partie inconnue.
A mandonné sur un croisement ça ne descend plus. 
Cap à gauche, il va falloir remonter vers le Péguère. Rien que le nom dans le coin, ça suffit à calmer n'importe quel cycliste, quand on connait la renommée de ce col lorsqu'on le débute sur l'autre face, quelques km au dessus de Massat. 
Nous pas si fous, on l'a pris du côté facile... ou presque. C'est plus calme ! 
Quoiqu'il faut se méfier quand même. Ça dure neuf km le bazar montant, et c'est pas une promenade pépère le Péguère de ce côté.
Route boisée plutôt sympa, mais qui grimpe régulièrement. Cinq cents mètres de dénivelé en tout. Dernier km très facile quand on revient sur la route principale.



Photo les gars. 
En haut du col c'est un joli point de vue sur les Pyrénées Ariégeoises.

50 km déjà fait. 
On file ensuite vers le Col du Portel et de la Crouzette. Pas de difficulté pour les atteindre, l'enchaînement se fait sur la même altitude à quelque chose près.
Après la Crouzette par contre ça devient dur aussi, mais en descendant. La route est pourrave, pleine de gravier un peu partout et ça descend fort sur de gros pourcentages les premiers km. 
Bon on est quand même mieux dans ce sens que dans l'autre. Grosse vacherie sur le final celui là en montant.

Arrivé au village de Biert après de longs km de descente pas simple.
Possibilité de refaire le plein de flotte devant le cimetière.

Toujours à la recherche de l'optimisation du parcours, après le village on se permet une petite incruste dans le Col du Saraillé. Eh mais juste la moitié pas plus. On va pas aller jusqu'en haut faut pas déconner !!
Ce qu'on sait pas c'est que cette moitié c'est de loin la plus dure. Enfin si y en a qui savent c'est clair, mais là encore y zont rien dit. Ah les filous ! Ça nous apprendra à suivre le troupeau.
Donc ça va monter. 
Coup de bol c'est pas long, juste 4 km. Mais les deux derniers on s'en rappelle encore ! Ça raillait pas dans le peloton !



Avant d'arriver au col, on passe le petit hameau qui marque la fin de notre montée.
La suite c'est super pour redescendre gentiment vers la vallée, par une belle petite route sinueuse de quelques km. 
Cette variante est super !

Massat Massat pas d'arrêt, on se met en appétit vers le plat de résistance. 
Le parcours officiel de la Moutagnole ira chercher de l'autre côté sur Aulus, le Col d'Agnes, tandis que pour nous ce sera plus facile avec le Port de Lers. 
15 km - 850 m de D+, ça va comme bosse. 
Un début tranquille sur cinq km, les passages les plus durs sur les six km suivants, et ensuite à partir de l'Étang de Lers il reste quatre km qui passent bien pour terminer et atteindre le col.
En grande partie boisé sur la première moitié avec quelques hameaux ariégeois à passer, le panorama se découvre ensuite pour le plaisir des yeux tout azimuts.
Très joli ce col sous le soleil printanier. On peut y voir évoluer les parapentes, dès qu'il fait beau comme aujourd'hui.
Belle bosse pour finir !

En haut sur le col, le compte est bon tout le monde est là et il n'y a plus  de dénivelé positif. Tant mieux au fond, on a bien donné, et ça suffit pour aujourd'hui.
Il reste plus qu'à dégringoler vers l'arrivée. Onze bornes de belle descente rapide pour relier le village de Vicdessos et ensuite une petite quinzaine qui filent rapidement vers Tarascon. 
Impec pour terminer sans se fatiguer !



Retour aux bagnoles vers 15h30. 
On a bien nos 120 bornes et notre dénivelé de 2600 m. 
Je pensais qu'on aller mettre cinq heures de roulage environ, mais il nous aura fallu demi heure de plus. On aura fait durer le plaisir un peu plus en somme 😉.

La faim et la soif sont les plus fortes quand on pose le vélo.
Ça tombe bien on a ce qu'il faut dans les musettes et juste à côté les tables en pierre nous invitent rapidement à entamer les choses sérieuses.
La partie vélo (ou vtt) c'est toujours super, mais l'after c'est géant ! Faut rien changer surtout 😊. 
Des bonnes choses issues de l'agriculture diététique, et des bons mots. 
Un ravito obligatoirement intense !

Bon voilà. Une belle balade de plus c'est certain, et en bon nombre c'est encore mieux. On pourrait être bien plus, y a de la place sur les routes 😊 et autour de la table.
Comment passer un bon défilé du 1er mai ? C'est facile ! Venez dans l'Ariège faire quelques cols. C'est toujours plein de surprises et de bonnes choses.
A l'année prochaine certainement.
Tchao tchao.


La courbe du jour - Sérieuse !




Départ dans Tarascon



Au Col des Marrous - Un groupe de Pamiers




Julien - Christophe - Yves - Stéphane - J Luc - Jeff - Arnaud - Patrick & Patrick




En haut du Péguère




En forêt en remontant vers le Péguère




Vers le Col de la Crouzette



Route du Port de Lers


Petit broutage en haut du Port de Lers





Gros broutage de retour aux bagnoles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire