Essai VAE - Cannondale Moterra

7 décembre 2016

Tant qu'on est sur un vélo, surtout un vtt, c'est plus belle la vie ! 
Cette fois encore je dirais le plaisir en grand, et le plaisir autrement aussi. Et peut être en plus grand encore, quand il s'agit d'une splendide découverte.

Le petit retour de manivelles du jour nous emmène une nouvelle fois vers une échappée festive et joyeuse.
En prenant la route le matin, on laisse vite fait la brume toulousaine pour le grand soleil du jour.
Au chaud dans la bagnole, quatre types pas des plus jeunes mais encore bien verts.
Christophe, Charly, Jean Louis et moi.
L'ambiance est vite orientée vers la déconnade, avec entre autre un point culminant quand arrive la blague de Charly. Grand moment !


Et en bonus le CR de Charly - Détail et analyse passionnée

Une heure plus loin à peine, la pancarte routière indique Bruniquel.
On est en place, en compagnie de Laurent et Gilles qui viennent compléter le groupe
9h30 du mat, un mercredi de décembre, qu'est ce qui se passe, d'où ça sort, c'est quoi donc ?

Dans ce coin du Tarn et Garonne, quand on y va c'est surtout pour faire du vtt. Donc sans surprise, on va pédaler.
La température reste fraîche encore sur la petite place en bas du village. C'est ici depuis presque 25 ans bientôt qu'à lieu le départ des 2000 de Bruniquel. On n'est pas trop dépaysé !
Des vététistes sans vtt qui débarquent c'est pas courant. Pas la peine de chercher les vélos, on les a pas pris.
Aujourd'hui, l'artillerie lourde est déjà sur place, avant qu'on arrive. Sur le camion et la remorque stationné sur le parking, c'est marqué en gros Cannondale.

Une première pour moi de rouler avec un Cannondale.
Mais mieux que ça encore !
Au lieu des vtt classiques de la marque, on est carrément autour du vtt 2.0, ou encore du type de vtt qui va certainement inonder le 21 ème siècle.
Bref, le dernier né de la marque américaine sur le segment VAE, est juste là devant nous.
Sept ou huit Moterra sont alignés sous le barnum.



J'avais reluqué quelques photos sur le net avant de venir, et au premier coup d’œil c'est assez radical et singulier comme look.
Les VAE sont tous plus ou moins baraqués, en fonction des marques et des intégrations, et le Cannon fait bien massif ou trapu en photo.
Quand on se retrouve à côté, c'est beaucoup mieux en fait. Même si c'est pas commun, ça frappe moins en live. Et selon les couleurs des modèles, les lignes se bonifient même. Le noir bien entendu étant celui qui semble le plus affiné.
Sinon faut juste s'habituer un peu au physique bodybuildé du ventre de ce modèle.

Petit tour de présentation avec Guillaume et Yann qui représentent Cannondale au niveau Français et Régional.
Avant d'aller cramer des watts, on a d'abord une séance petit déjeuner impeccable. Rien ne manque, ça commence fort !
Après l'enfilage de l'équipement et le réglage des vélos, Guillaume nous fait un petit topo sur le fonctionnement des machines.

2 modèles à l'essai.
Le Moterra All Mountain 27.5 Plus avec 130 de débattement, et le Moterra LT 27.5 enduro avec 160 de débattement.
Cadres alu bien costauds, moteurs Bosh Performance CX, batteries 500 Wh, fourches Fox en 34 et 36 optimisée E-Bike, des roues boostées, cassettes 10-42,  et pignons de sortie moteur de 15 dents. La démultiplication se fait dans la boite. Ça équivaut à un plateau de 37 dents.
Entre 22 et 23 kg ça fait son poids . Le top pour les portages 😊



Fonctionnement aisé. Un large cadran compteur ordinateur central sur le potence, qui gère toutes les données et paramètres classiques (distance, temps etc), ainsi que la gestion complète de l'assistance. Une commande déportée à main gauche est impec pour actionner les différents modes.
4 modes en tout, Éco, Tour, Sport et Turbo.
On peut aussi mettre en mode off bien sûr si ça nous tente.
Les premiers tours de manivelles sur le parking, je les fais avec le moteur coupé. Ça roule bien sur le plat malgré le poids, et ça reste très maniable même à basse vitesse, pour tourner sur place.

Je suis sur le Moterra LT en pneus Magic Mary en taille 2,40 bien cramponnés.
Allez moteur, on est impatient de s'échapper vers du concret.
C'est Yann qui pilote la sortie du groupe.

Jamais roulé en VAE et sur le premier coup de pédales, la découverte est comment dire... Waouh !! Ça file tout seul le truc dès qu'on enclenche le mouvement. Terrible !
On démarre sur le mode Éco, et ça part avec une aisance dingue, Ce mode est idéal pour les parties plates ou faux plat montants. On peut jouer du braquet et le moteur fait le reste. Il apporte 50% d'assistance en plus, et tout devient plus facile. Oublié la masse, c'est top comme sensation.
Si on y prête attention au début, on entend le petit bruit de fonctionnement du moteur, mais en roulant on y fait plus gaffe.



Au bout de cinquante mètres, on attaque la première bosse (faite en 2013 pour les 2000 de Bruniquel) juste derrière le départ.
Le chemin monte sur le plateau.

Les bosses en vtt classique, ça reste rude pour la plupart. Là avec ces outils survoltés, je te dis pas la perception du plaisir qui s'en dégage quand tu tournes la manivelle sur les premières parties grimpantes.
Commencer le vtt avec un VAE, c'est bien surement, mais rouler avec après 25 ans à peu près de vtt, c'est une super sensation.
Sur le premier mode, le moteur vous propulse bien tant que la pente est pas trop importante. Ensuite, en passant au mode Tour, qui sera le mode le plus adapté à la plupart des bosses, là encore on grimpe d'un bon cran dans l'assistance avec 100 % de puissance en plus. C'est très net la différence.

Le comportement du vtt est impec, que ce soit en adhérence, maniabilité etc. J'ai un taille S et la position est parfaite du premier coup. La motricité est hallucinante sur le terrain humide. Gros pneus en basse pression (dommage les chambres à air) et super équilibre de l'ensemble.

Dans la partie la plus technique (caillasse mobile) et difficile de la bosse, on fournit le mouvement, et le moteur fait tout le reste. Superbe !
Un conseil déjà là en n'ayant fait que quelques tours de roues, n'essayez pas trop ce genre d'engin. Vous allez vite vous interroger sur le prochain modèle de vtt à acheter.

On termine la longue bosse qui se poursuit encore en profil montant sur le plateau dans la joie, la bonne humeur et la fraîcheur physique.
Discuter en montant c'est pas fréquent en vtt. En VAE, avec un plan de roulage en mode cool, ça va être aisé.




Bon mais ça reste bien sportif.
Si vous voulez faire exploser le cardio, ou que ça tire sur les jambes, vous allez aussi être servi.
Sans condition physique, vous allez pédaler certes, mais ça restera rude dans les bosses, même avec une super assistance, et vous ferez pas 30 bornes facilement.
Ce qui est très bon comme sensation, c'est le phénomène d'assistance qui s'adapte au braquet et à la cadence que vous emmenez. C'est assez bluffant le ressenti. Je trouve ça un vrai régal de plus dans cette pratique.
On peut rouler en mode sport, avec de la dépense d'énergie, de belles suées, et avec des sorties bien physiques pour bouger la machine si on veut la pousser au max des capacités physiques du bonhomme ou de sa forme, ou alors se faire de la balade en mode tranquillou Billou, en sifflotant, sirotant une 1664 et apprécier pleinement.

Sur la plaine un peu plus haut, on s'engage dans un sentier technique et plutôt glissant, avec des plaques de pierres ancrées au sol, qu'il faut enrouler ou passer plus ou moins en travers.
Au passage, on a droit à un super visuel sur le village tout en bas.

La motricité reste toujours extra et la progression facilitée par le moteur. Il faut juste trouver le mode qui va le mieux dans le technique remuant. Entre Éco et Tour.
Je reste la plupart du temps sur le premier mode qui me semble plus adapté en mode tranquille. La maniabilité reste parfaite dans les enfilades, et pour un enduro de plus de vingt kilos, ça se manie facile. 160 de suspensions, autant vous dire que c'est moelleux, surtout qu'elles sont réglées souples.
En mode Tour, c'est un peu plus brusque je trouve. Et si on adopte ce mode, c'est pour s'amuser avec la vitesse de passage, et ainsi piloter la machine. Mais gare à pas se faire emmener à l'extérieur.
On mouline pas toujours dans un sentier, et quand vous réenclenchez le mouvement, ça booste.



Les quelques raidars ou talus à grimper sur ce single, ça passe bien en mode 2. Au besoin, on monte un cran avec le mode 3 (Sport) et là c'est magique. Faut pas trop délester l'avant, vu que ça motrice fort derrière.
Et puis si on veut jouer un peu dès que ça monte, mettez les watts au max et il bombarde le Canon !

Certaines parties sont assez humides au sol, mais l'accroche du vélos et des pneus est fantastique. La moindre marche s'enroule avec le même technique qu'un vtt classique, mais avec plus de facilité.

Lorsque le mouvement du pédalier cesse, la coupure est instantané et quand on s'y remet, c'est une mini fraction de seconde avant que les watts arrivent. Aucun souci pour s'habituer au système, et on a vite fait de prendre l'habitude.

Par ici la descente du côté de Brian du Causse.
Une sente boisée qui se torsade entre les arbres. Ça descend bien avec une super accroche. Pas de sensations de lourdeur ou d'effort particulier à faire. Le grip est extra, on laisse filer. Aussi à l'aise que sur mon vtt ou presque. 
Dans les parties rapides et pentues, c'est sensass, le vtt prend de la vitesse et garde la trajectoire voulue. J'ai presque la sensation qu'il accélère tout seul parfois.
On sent la grande rigidité de l'ensemble, ça reste très précis, et avec le poids ça glisse bien moins qu'un vtt normal. On est toujours bien calé au sol.



Plus bas dans la descente, on entre sur une partie esquintée, et là encore c'est top.
Caillasses pavés blocs, tout se qui passe sous la roue est effacé. Pas de soucis sur les appuis, une petite relance sur la manivelle et ça repart.
On est en ligne donc pas possible d'aller trop vite, il faudrait tester avec la voie libre, mais le plaisir de rouler est toujours très agréable.

Regroupement en bas pour vérifier des impressions qui se recoupent. Toute la troupe se régale.

On poursuit un peu la fin de la descente sur la route avant de prendre un chemin vers Brian de Vère. Ça roule tout seul sur le plat le Moterra, et dans la premier mode d'assistance, c'est largement suffisant.
A venir la longue montée très rude du GR46 vers le Pech Trégon. MIAM !!
On l'a faite quelques fois celle là, et c'est du lourd sur presque deux km. La pente est du genre raide, et pour bien te pourrir la vie, la caillasse tient pas en place sur pas mal de portions en montant.

Vive le VAE.
Mode Éco sur la premier tiers, faut pédaler et à force le cardio commence à taper dans le rouge. Même en adaptant au mieux le braquet, qui est très bon au passage, ça reste bien physique.
Passage en mode Tour, là c'est idéal. Il faut de l'énergie, mais ça grimpe très bien et ça permet de passer la bosse sans difficulté, mais sur un temps bien moindre.
Et si vous voulez jouer avec la vitesse, plus vous y mettez du cœur, plus il vous file un coup de main le tracteur intégré.
Euh Bosch c'est bien ! Je sais pas si je l'ai déjà dit, mais je confirme.
Je fais pas de photos d’habitude en roulant dans ce genre de bosses. Ben là oui !
Dans la pente raide, vous pouvez vous arrêter, et repartir sans problèmes. Un coup de manivelle et gaz !



Sur la longueur de la montée, on peut aussi s'amuser avec les deux derniers modes.
Passez en mode Sport et vous prenez un joli coup de boost qui décuple vos forces. 
J'avais presque les lèvres qui se gondolent et les oreilles plaquées.
Bon sans déconner, en gardant le même rythme ça pousse encore beaucoup plus, et là y a plus qu'à alimenter la cadence et tenir le cintre. Les petites marches en travers sont avalées avec une impression de facilité hallucinante. Quel jouet du coup !
Le mode Turbo produit encore une décharge de watts supplémentaire pour envoyer 300 % de puissance. 
Cancelara, Armstrong, et tous les autres sont déjà loin derrière maintenant.
Ça pousse tout le temps, j'ai la patate comme y a 20 ans !! En mieux s'il vous plait !

En vtt, s'amuser en descendant on connait, mais là se régaler ou faire de la récup en montant, en voilà des sensations auxquelles il va falloir s'habituer maintenant 😊.
Un vélo idéal pour se traîner, comme un boulet de canon. Et grisant... Comme des gamins qui s'amusent !

L'ordinateur affiche l’autonomie en permanence et recalcule en fonction de la puissance engagée. Au départ mon compteur affichait une estimation de quasi 80 km. Ça reste théorique.
En mode Éco et Sport, on doit pouvoir faire un bon quarante bornes environ, plus ou moins selon comment on gère.
Sur les deux modes les plus puissants, dans les bosses ça diminue vite de plus de la moitié en gestion instantanée..
En descendant sur les parties roulantes, je coupais l'assistance totalement et avec le poids ça avance bien.



Le VAE c'est un plus pour augmenter le plaisir et diminuer grandement les efforts à faire, mais il faut apprendre à gérer.
Une batterie de secours (environ 3 kilos) sera pas du luxe avec ces vélos.
En mode off sur le plat, ça va on peut rouler normalement. Ça pèse mais c'est jouable si on se retrouve à court de jus pour rentrer. Mais dès que ça monte vraiment, c'est plus pareil.
J'ai pas penser à essayer le mode poussage qui vous facilite la tâche dans les parties trop pentues pour passer sur la selle, ou quand on n'a plus assez d'adhérence.
Le mode portage quant à lui, ce doit être infernal avec le vélo sur les épaules. J'ai même pas essayé de le soulever. Juste en le soupesant, ça calme.

On est sur le plateau pas très loin des Abriols, et on retourne sur Bruniquel. La descente à suivre s'appelle "Les Gorets".
Une monotrace bien sèche avec quelques petits dévers faciles sur le début, quelques relances ou le vtt se régale, et puis plus bas une partie plus pentue et un poil technique.
Le Moterra est à l'aise, toujours impeccablement stable et accrocheur. On peut s'amuser à le balancer dans chaque virage, ça tient sa ligne au millimètre.
Avec 160 de débattement dans cette descente facile, c'est un pullman le bike. Le poids me gène pas quelle que soit la vitesse ou le degré de pente.
Dans un virage épingle à droite, ça tourne tout seul sans perte d'équilibre. un petit coup de manivelle et on remet des watts pour se propulser plus bas. Très bon et facile !



Après la première moitié de la descente, on a un raidar bien costaud d'une vingtaine de mètres. Avec le bon braquet et en mode 3, ça s'avale presque tout seul.
Ensuite le final devient très rapide dans la monotrace, et je retrouve là un peu le comportement d'une moto, avec un super grip sous les roues et une belle impression de vitesse dans les enfilades. Un pur régal. Moterra power !

Au milieu de la descente, suite à deux crevaisons (pincement), je me suis amusé à remonter le sentier.
C'est top là encore de passer une pente bien raide en monotrace, même humide. Le moteur fait le taf sans rechigner et tu adaptes le braquet et la cadence de manière à avoir de la marge, et ça s'élève étonnamment bien, malgré que ça reste tout de même physique.
C'est vraiment exaltant de découvrir ce joujou ! Et on aurait envie de prolonger l'utilisation à outrance presque.

En bas, on rejoint la route au hameau de Payssel. On longe le bord de la Vère sur une petite route pour rentrer à Bruniquel. 
L'assistance se coupe au bout de 25 km/h. C'est pas prévu pour ça, mais je tente de pousser la machine au max au delà, mais difficile d'atteindre les 40 à l'heure sur le plat. 
En montant sur la dernière route, ce serait intéressant de pouvoir être en mode débridé et de mettre le max de vitesse.




On rentre au village vers midi, après une quinzaine de bornes de plaisir complet et spécial. Superbe essai pour une première avec un VAE !
Un petit galop d'essai qui en dit long sur les possibilités de cette pratique, qui reste bel et bien du vtt, physique et technique. 
Quand est ce qu'on recommence t'as envie de dire !
Vélo Avec Élan. Que du bonheur celui là aussi, et plus encore !

On retrouve Guillaume sur l'arrivée qui assure l'intendance au max.
La table est déjà garnie avec de la bière, du vin primeur et des amuse bouches salés. 
Et juste à côté le barbeuc qui va bien, est en train de griller quelques mètres de saucisse et de la merguez. C'est géant la réception !
Deux heures de vélos à se régaler et au moins deux heures de récup près du barbecue.
Excellent la troisième mi-temps avec une ambiance survolté autour de la table.

Encore une journée où on a tout eu en grand. 
Météo, vélos, apéro, accueil, balade splendide, partage de bonheur, fiesta, etc, etc. Tous les ingrédients qui reviennent sans cesse tout au long de nos virées diverses, qu'on retrouve chaque fois avec plaisir sans jamais se lasser.

Bon faut bien conclure, sinon je ferais encore deux heures (sur le vélo et au clavier 😊), 
La VAE oui sans réserve. 
Ce Moterra est un excellent petit joujou qui se sort de partout très certainement. 
Sur ce petit essai en tous cas, il est impec. Il faudrait tester un autre modèle pour avoir un élément de comparaison, mais le Cannondale a été très apprécié aujourd'hui.
Un essai sur un terrain qui correspond plus au format et à la pratique de ce modèle serait aussi très bon pour l'apprécier un peu mieux, mais déjà ça vaut vraiment le coup. 
On le lâche avec regret presque, mais d'autres groupes s'en vont pour tester pendant qu'on refait le plein d'énergie.

Je pense que à terme, on y viendra tous au VAE. Même les plus puristes ou intégristes devraient pas rester insensibles au phénomène.
C'est pas encore pour moi je vais dire, même si je dois me trouver un bike dans l'avenir. Et ce n'est pas le manque d'envie non plus, surtout après ce test. A chaud c'est tentant, car je me suis régalé tout le temps.
Mais je vais rouler encore classique pendant pas mal d'années certainement, mais ce premier essai avec le Moterra m'a enchanté direct et j'en referai volontiers si l'occasion se présente.



Cette pratique ouvre une plage d'utilisation très très large, en s'adressant à un public extrêmement varié.
De débutant à top pilote, jeune, senior, âgé, vieux, 4 ème âge ou pré déambulateur 😊.

Accompagner des gars ou un groupe qui roule classique, sur des sorties longues ou dures que vous n'auriez pas fait autrement, accéder à des spots bien trop rudes ou longs avec des grimpettes à rallonge, se balader en famille etc.
Chacun pourra rouler en fonction de sa forme, et y trouver son compte.
On peut presque faire un parallèle avec le ski alpin et de randonnée.
Au final, c'est très bien le VAE, et il faut pédaler encore. 
C'est une autre façon de faire du vtt qui m'a réellement enchanté, et ce sera le cas de tous les vététistes je pense.
Bon en tous cas aujourd'hui, une très belle découverte de plus.

Un conseil si vous êtes sujet à la tentation, n'essayez pas. 
Vous risquez de pas le lâcher ensuite, et c'est Madame qui va encore vous bénir un peu plus chaque jour.
En plus avant Noël c'est vraiment pas bon 😊 !!

Grand merci à Guillaume et Yann de chez Cannondale pour leur accueil. Ça a vraiment été parfait ! Au plaisir de vous retrouver un de ces jours.
Un autre merci très appuyé à Christophe de Culture Vélo Blagnac. Une superbe invitation que chacun a grandement apprécié.
Et ravis d'avoir été avec des amis avec qui j'ai partagé cette matinée surprenante et extra.
Merci à tous.

Je reviendrais à Bruniquel comme chaque année fin mars ou début avril pour les 2000, et avec en plus la prochaine fois, le magnifique grand souvenir de cette belle aventure.



► Strava -          Essai Cannondale Moterra - High Voltage




Cannondale Moterra bientôt prêt pour une partie de plaisir





Petit déjeuner complet, ça commence on ne peut mieux





Contrôle de pression





All Mountain 27.5 Plus - 130 de débattement





Solide la charpente





Pignon de 15 = plateau de 37





Du costaud à tous les niveaux





Je veux celui là 😊 - Moterra LT - enduro 27.5 - 160 de débat





Guillaume nous fait un topo au départ





Tout est là. C'est magique ensuite !





Première bosse. Même pas mal !





Jean Louis - Jamais vu grimper aussi vite - Et aussi roupiller aussi tôt au retour !





Yann - Cannondale au niveau région, qui pilote le groupe





Charly (Les 2000 de Bruniquel) - Laurent





Christophe - CV Blagnac - Merci pour la très belle journée découverte





Gilles





De retour d'une splendide virée





Apéro à l'arrivée 





On vient pas pour le vtt nous ! 





Guillaume - Cannondale France - Grand Chef de la journée 





2 heures plus tard, encore à table !! 





Superbe journée tout le long - et super équipe



Causerie :

  1. Salut Yves.
    toujours dans les bons coups. ça donne envie c est clair. les 100 bornes de Trespoux avec la bête plus deux batteries.
    fingers in the noise ou presque !!!
    mais bon je suis de ton avis ,le plus tard possible.
    certainement incontournable dans quelques années. une photo m interpelle.
    la bière en compagnie des deux tomates cerise. une erreur certainement ou pas ??? (lol).

    A++.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yo salut Freddy.
      Un vrai bon coup oui le Moterra ! Ça viendra notre tour quand on en aura envie. Ça reste sensass la première fois, et ça donne envie.
      Pour la photos avec les tomates, c'est bien évidement une erreur au montage... ou pas !!!!!

      A bientôt

      Supprimer
  2. C'est exactement pour ça que j'essaye pas, parce que c'est sûr que je vais craquer !! A 64 ans bientôt 65, je peux encore me faire plaisir ou mal, je sais pas comment il faut dire, mais j'aime encore ça !! Après libre à chacun de franchir le pas quand c'est SON bon moment ! Donc Yves, je ne te remercie pas de faire des CR comme çelui là qui donnent une putain d'envie de sauter le pas ! Non je déconne bien sûr, ça permet d'avoir un avis éclairé d'un pratiquant avisé ! Merci bien encore. Patrick de Cours VTT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au delà de la tentation, ça vaut vraiment le coup d'essayer.
      Et je suis pas persuadé que tous ou même bon nombre, vont changer leur pratique ensuite.
      Ceux qui font du vtt classique, depuis un paquet d'année ont le recul et savent ce qu'ils veulent généralement.

      Pour ma part, c'est quasi certain qu'un jour j'en aurais un. Et je pensais ça avant d'en essayer un, même si je me dis que c'est pas encore pour moi.

      Supprimer
  3. Ah ! le VAE !! Ça fait longtemps que je suis convaincu !!! Si !Si ! Même si je viens de craquer très récemment pour un nouveau vrai VTT !! Envie encore de me faire mal ou plaisir pendant quelques années encore si je peux comme dit Patrick !
    Ce qui me convainc le plus avec ce genre d'engin c'est la nouvelle fantastique possibilité de se faire plaisir en montant sur des portions techniques à des vitesses inconnues ! Et ton CR fait bien ressortir ça !
    Vous avez dû vous régaler .....mais attention ! la tentation est grande de franchir le pas ! Hier am sur St Michel de Cours, on aurait bien apprécié un Moterra !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut pas hésiter à franchir le pas, si on en a envie et sans avoir besoin de se retenir forcément. Il faut se faire plaisir pour soi même.
      Cette pratique apportera beaucoup certainement et à plein de personnes qui ont beaucoup pédaler avant, et qui continueront ainsi.

      A savoir si des vététistes alternent les deux pratiques ? Ou si parmi ceux qui ont commencé en VAE il y a pas longtemps, se sont trouvés un vtt normal ?

      Supprimer