Roc Trespouzien

15 avril 2018

Du sentier, du sentier et encore du sentier ! On se croirait à Trespoux ! 😊
Vous voulez un des top monuments du vtt, eh bien venez au Roc Trespouzien !

Retour dans le 46 ce dimanche, avec le 11 ème épisode de ce raid lotois.
Pour se gaver de monotraces en tout genre en surabondance et à rallonge, c'est le genre de raid à mettre sur son calendrier de roulage chaque année, disons jusqu'à la fin du siècle.

Cahors Cyclisme met en scène ce raid depuis longtemps, et tout est fait pour que l'ensemble soit réussi au niveau organisation, tracés, et que tout s’enchaîne parfaitement.

Comme d'hab par ici, et mieux que le loto des chasseurs, c'est le carton plein de participants. Plus de 750 vtt.
Le temps du jour arrange bien les choses avec un ciel de printemps bienveillant et une température chaude passé la fraîcheur matinale.
Après un hiver passé sous la flotte quasiment, on a eu enfin chaud par moment avec un beau soleil printanier.
Avec tout ça, une fois qu'on est plongé au cœur de ces singles qui rivalisent d'excellence, il n'y a plus qu'à laisser faire la musique et se laisser emporter en fanfare.
C'est top voilà !
Un pur festival de vtt !


► Strava - Roc Trespouzien                       Une belle vidéo de Corinne

Que dire de plus, après toutes ces éditions, sans risquer de répéter encore et toujours les mêmes propos ? Pas grand chose ! 
Le mieux c'est encore d'aller sur place ce jour là pour faire défiler ce très long chapelet de sentiers qui ne peuvent qu'enchanter un vététiste.
On peut dire aussi que pour la plupart des participants du jour, on attend presque impatiemment chaque année que Trespoux arrive pour venir se régaler un maximum.

Bon il faut quand même pédaler dans ces causses lotois. De ce côté là vous êtes servis !
Pour la partie de manivelles, c'est un large choix de circuits pour combler tout le monde selon l'envie.
Pour aiguiser la gourmandise, on peut se contenter de 15, 25 ou 35 km.
Pour se caler un joli menu dégustations variées, préférez un 50 ou 60 km qui propose certainement le best of du jour.
Pour les voraces qui veulent un peu se goinfrer sans bornes, partez pour un festin complet sur 80 ou 100 km.
Pour ceux qui ont oublié le vélo dans le garage, il y a aussi des traces pédestres et trails.



Au village départ le matin, une belle petite troupe de Maillons Libres se retrouve de bonne heure.
Une occasion bien sûr de retrouver un paquet de connaissances.
Petite pause déjeuner de rigueur.
Le café est là, la tireuse à bière aussi juste à côté.
Sauf que pour aller d'une machine à l'autre, il va quand même se passer un joli laps de temps !! 😊

Circuits balisés jusqu'au 60 km. Pour le 80 et 100 km, oubliez pas la trace gps. Aucun souci de navigation.
Terrain parfait, souple, avec une bonne accroche partout.

Après les préparatifs de départ, vers 7h30 allons y joyeusement pour le grand circuit.
C'est une bonne heure pour démarrer.
Un peu de fraîcheur sur le bitume nous connecte vite fait dans le premier sentier magique. Et c'est parti pour s'amuser pendant longtemps.
La sente parcourt la plaine avant de piquer dans la combe.
En bas, tout en restant sur des monotraces on remonte progressivement vers Le Bournaguet.
Et hop ça redescend aussi sec.
C'est bon pour un début, pas de grosses difficultés sur les premières bosses. C'est assez progressif, et comme la journée sera longue, on gère l'effort.



On ne voit jamais tous les copains au début, et on en retrouve avec plaisir tout le long du parcours. Au passage sur un plateau, on croise Jérôme et Adrien qui auront bouclé le 100. Bonne pioche ! 😊

Une bosse de mieux vers La Souque. Gentille aussi !
Bon gentille ça veut pas dire plate. Mais c'est pas sur des pentes où il faut s'arracher pour passer, et y lâcher déjà un paquet de jus.
Un peu plus loin dans le Bois de Rassiels on s'en met une autre couche savoureuse en multipliant les virolos sur les travers avant de finir par la belle partie descendante.
Y a de la trace toute fraîche par ici il me semble.
Comme chaque année quelques nouveautés agrémentent ou bonifient encore les parcours. Même les renards doivent se paumer dans ces monotraces sauvages ! 😊
Fléchage impec au passage. Ça saute aux yeux !

On remonte par un chemin vers Le Colombier. Le tipi indien est toujours là dans cette bosse.
Km 18 - Ravito 1.
On fait la pause photo coca etc. La charcutaille est déjà là. Pourquoi pas taper déjà dans la rondelle de saucisse et sur la rillette.
On se regroupe d'ailleurs plus ou moins sur ce ravito. Et on retrouve Corinne et Mary.

Le mouvement de troupe repart pour un très long sentier autour du Pech Dret. Trois bornes d'enfilades joyeuses.
On s'ennuie pas je vous le dis, et ça respire le bonheur à pleins poumons.
Tiens sur la fin du sentier, on a même un petit portage même pas agressif, de quelques minutes. Du velours !
Juste après la petite piste remonte cool vers le plateau.



La belle monotrace suivante fuse en profil descendant sur la Truque de Martel. Extra et très rapide !
On galope sur les contours de la plaine toujours dans du très bon sentier ondulant, avant de revenir vers le village de Les Salles.
Depuis quelques km on a quitté les parcours balisés et le gps prend le relais. Nickel le suivi du parcours !
On ne va plus trop voir grand monde maintenant sur les deux grands parcours.
Tant que j'y pense, une info piochée sur le ravito 4 avec le chef traceur. Comme on est dans le Lot, il y a 46 participants qui se sont inscrits sur le 100 km. Joli clin d’œil !

La partie à suivre sur une quinzaine de km est plus roulante qu'habituellement à Trespoux, ça change un peu et ça nous a bien plu cette escapade au calme qui permet de passer des km plus tranquillement et de voir du paysage nouveau, tout en restant sur des traces sympas.
On passe du côté de Trébaix, au bord de Villesèque, et on poursuit vers Sauzet.

Au passage du km 38 on fait une halte rillettes au ravito 2. La charcuterie est bien garnie !
Cinq ravitos en tout sur 100 km, c'est impec.
Je picore de la pâte de fruits entre les ravitaillements, alors sur la table le salé ça fait du bien.
En repartant du ravito, Arnaud nous rejoint pour un bout de raid ensemble. On est quatre désormais à rouler avec Jéjé et J Luc.



Quand on relâche la partie tranquille, c'est pour plonger direct dans la descente d'Alary. Ah ben tiens en voilà une qui est fort sympathique encore ! Y a un mini ruisseau sauvage qui se la coule douce sur la trace au début, les peneus pataugent gentiment sur quelques dizaines de mêtres. Dès qu'on retrouve du sec, on lâche les freins et c'est bien bon jusqu'en bas.
Sur le raid on a pu voir que les ruisseaux coulaient bon train cette année, et pour certains on avait des passerelles de bois pour passer à l'aise. Bravo là encore !

On est quasiment à mi-parcours maintenant.
Le profil va repasser en dents de scie. Montées et descentes vont se succéder jusqu'au bout. Il reste pas mal de dénivelé à passer.

Un peu de goudron peinard et un sentier défoncé pas peinard, nous remonte sur le plateau.
On va retrouver maintenant des bosses qui demandent pas mal d'énergie parfois pour passer en selle.

Au village de Cambayrac, salut à Eric et ses collègues qui nous rattrapent.
On file ensuite chercher la descente de la Fontaine de Saint Perdoux. Très bonne pour aérer les cheveux sous la casque. Pas de serpentin entre les genièvres ou de slalom géant, c'est du genre plutôt droit et très rapide. On cherche pas à comprendre, on trace à bloc.

Le ruisseau de Landorre tout en bas. C'est un superbe passage.
On le longe un peu et en passant de l'autre côté on revient sur les parcours communs.
Là pour le coup on retrouve du monde, et une bosse pleine de charme à passer.
Le sentier vient se plaquer contre la roche au départ et se cabre de suite avec un mini portage entre les arbres. On déroule ensuite le petit single jusqu'au puits planqué dans une mini clairière. Le final grimpe encore pas mal et rattrape la route du côté du village de Les Roques.



Le plateau longe les vignes et nous remet dans un caviar de descente sur un versant du Combel de Bigorre.
En bas c'est le ravito 3. 56 km au compteur. Presque midi à l'horloge.
Une belle pause et un paquet de monde. Ça cause et ça consomme bon train. Le sentier ça creuse !

Top départ les gars, il en reste encore !
Par ici les bosses piquantes. Celle pour atteindre Bigorre n'en manque pas. C'est coriace chaque fois celle là ! Avec un final un tantinet hostile dans la pierraille mobile 😉.
On retrouve Thomas et Benoit au passage par là.

Revenu en haut on profite d'un peu de calme, avant de se projeter dans la descente suivante. Mode accéléré là dedans. Il y a deux ou trois virages relevés sensass, c'est top !
Le single se poursuit en sous bois une fois en bas et remonte sur un chemin vers la Fontaine des Bruns.
Salut à Cyrille qui fait une petite pause avec ses collègues en haut de la bosse.

Les Travers de Glorie c'est par là ! Amenez vous qu'on s'amuse comme des fous !
Sentier à rallonge encore qui pique fort à la fin, dans une descente terreuse pour dévaler dans la combe suivante. 
Oups j'ai foiré un virage !! Je crois que l'arbuste a eu plus peur que moi 😊.

On n'est pas en bas, qu'il faut remonter. Direction Ventejouls avec la bosse de Pech Bernado. Ça monte un peu quand même et c'est longuet. 
Devinez qui on retrouve un peu plus haut, en train de profiter d'un terrain qu'il connait par cœur ? C'est l'ami Freddy !! Eh ben en voilà une autre encore de belle retrouvaille.

On passe les petits groupes de maison pour rejoindre Combayral. Les singles énergivores (4 km d'affilée) reviennent sur toute la longue plaine à suivre. Il faut s'employer sans cesse pour progresser au mieux. 
Quand on en voit le bout, c'est pour mettre du gaz dans une descente très rapide. Ça fait du bien de perdre de l'altitude. Grisant celle là !



Un peu de route et pan à droite dans le chemin. Ouais ça monte bien velu au début ! 
On arrive peu après au ravito 4 à Labouysse. Km 75. 
A table ! 
Seul le 100 km passe par ici. On est quelques uns à refaire les niveaux. On revoit Christophe du TOAC qui arrive. Un habitué des grands raids.

Depuis quelques bornes on roule à deux avec Jéjé. J Luc poursuit le 100 un poil derrière sur son rythme de remise en forme. 
Une petite liaison chemin sur le GR 36 nous positionne sur un long, non un très très long single qui sera le dernier gros morceau du jour on va dire. 
Près de neuf km au total, dont huit qui serpentent toute la steppe du Pech Saint Martin. 
C'est un enchaînement ininterrompu de torsades entre les arbustes. On multiplie les minis talus à gravir et les pierriers. Ça représente environ 200 m de dénivelé positif toutes ces ondulations. C'est bien bon certes, mais c'est du rude là ! 
Quand t'es bien frais, tu t'y régales et c'est déjà coriace, sauf qu'après 75 bornes on est moins à la fête. 
On progresse encore pas trop mal quand même, mais ça reste long et éprouvant. Bon pour le mental on va dire !
Le dernier km est sur un profil descendant très rapide pour terminer en roue libre à grande vitesse.

Km 85 les Travers de Mader. Une trace toujours extra qui s'étire jusqu'à la descente de Fontanusse. 
Ouais mon gars. En tout quelques cinq km de plus pour s'éclater. Cinq bornes pour gigoter du cintre et écraser de la manivelle. C'est bonnard ! 
La gestion impec depuis le début nous permet encore de rester sur un bon rythme, sans subir de coup de mou.
Bon clairement on est entraîné c'est certain, mais en manque de vtt cette année, je retrouve de bonnes sensations maintenant. Et sur ce genre de raid, c'est bon signe pour la suite.



Allez gaz ! On descend fissa dans la descente bien propre et ludique. Sur le final en bas foncez dans les merveilleuses enfilades entre les arbres. Put.. c'est fort ce raid !

Sept km encore. 
Le single habituel un peu plus loin est gorgé de flotte. Il faut passer par le champ et on peut pas éviter la traversée du ruisseau cette fois. Je passe en portage. Le vtt restera propre 😊.
Un peu après au bout du sentier le dernier ravito. 
Très appréciable à cinq ou six bornes de l'arrivée. Vive la cochonnaille locale !

Allez pour finir en beauté, on va encore avoir la chance de profiter jusqu'au bout de très bons sentiers. Le festival s'arrête jamais à Trespoux !

On parcours quelques zigs zags dans les combes. 
Et dans le dernier single montant, même si les jambes sont un peu en bois, on envoie ce qu'il nous reste de peps pour voir apparaître entre les arbres presque en haut, la grande tour qui marquera la fin du parcours.
Après quelques ultimes tourniquets sur le périph du village, on est revenu au point de départ.
Eh ben les amis c'était juste grandiose !



Ravi que ça se termine quand même.
Le compteur affiche 98 km. Ça suffit largement 😊.
8h pour faire le tour dont une bonne demi heure de pauses diverses. Côté dénivelé il y avait 2700 m.
On a pu rouler régulier sur un rythme parfait, qui permet de tenir la distance et surtout de se régaler jusqu'au bout sans baisse de régime.

Les bonnes choses et les belles images du jour continuent de défiler autour de la table, pour le repas final. 
On retrouve Jean Marc qui en a terminé depuis un petit moment déjà. Les Parisiens adorent le sud, c'est bien connu !
Pas vu Philippe11 par contre qui devait être présent.


La bière du brasseur local est là pour augmenter un peu plus le plaisir. Elle se fait désirer sur la fin du circuit. surtout sur les dix ou quinze derniers km. Elle n'en est que meilleure !
Bien sympathique de retrouver les copains et comme à l'accoutumée, le sentiment dominant après une telle aventure, c'est la joie contagieuse de tous.



Un grand bravo au club de Cahors Cyclisme ! Avec tous les remerciements appuyés qui vont avec.
Ils nous ont fait passer, une super belle journée encore pour enfiler ces monotraces, et faire un grand tour dans la campagne lotoise. Splendide !

On sait bien que ça va être extra avant d'y aller, mais une fois dedans en train de valser dans les monotraces, on se rend compte qu'on était encore loin de la vérité.
Des sentiers hallucinants de bonheur tout au long du jour.
Les 100 bornes réussissent bien à Trespoux. 2017 et 2018 sont excellents.
Si on veut se risquer à faire une comparaison, cette année je l'ai trouvé moins sélectif au début, plus abordable en gros sur la première moitié surtout dans les bosses, avec une belle excursion inédite du côté de Villesèque et au delà vers Sauzet, sur des parties plus calmes, qui permettaient de bien avancer sans taper dans le dur, et de pouvoir ensuite, malgré encore un gros dénivelé restant sur la deuxième moitié, de pouvoir passer en appréciant jusqu'au bout ce superbe tracé.
Quelques uns ont pu ainsi faire le 100 km, alors qu'au départ ils étaient sur la version 60 ou 80.
Bien entendu, pour enquiller les deux grands parcours et surtout le 100, il faut un minimum de forme physique ou une bonne expérience de la gestion de l'effort, si on est moins en cannes.
Ça reste très rude le Roc Trespouzien. Les jambes s'en souviennent durant quelques jours ensuite 😊.

Les descentes restent toutes dans la catégorie grosse régalade. Tellement bonnes et joueuses.
Les paysages lotois sont toujours sympas et variés. Le printemps rayonnant les rend encore meilleurs pour les mirettes. Les colzas ont chopé une jaunisse éclatante, et les marguerites, les pâquerettes, et autres boutons d'or envahissent le parterre des vignes.
C'est superbe et ajoute encore un bonus à la trace.
Et nous, au milieu de tous ça, on n'a plus qu'à se régaler quoi !
Avec un parcours bien pensé, dosé parfaitement pour se mettre bien le compte, et un plaisir démesuré au bout du compte, ben y a pas à dire, Trespoux c'est top ! Bravo !

On enchaîne les millésimes d'année en année.
Edition 2018 très réussi, c'est clair non ?!!
C'était du genre géant, et c'est pas finit !
Vivement 2019 !
Bye bye à tous.



On arrive avec le soleil 😊 




C'est pas l'heure encore, y a du taf avant d'en profiter




La troupe au départ






J Luc - Christophe




Arnaud - Jérôme - Stéphane




Facile même de dos. Jérôme et Adrien.
Une longue et belle journée de ride !!




Le résumé du raid en gros 😊




Corinne et Mary. Y d'la joie !




Ravito 1




Ravito 2 sur le plateau de Villesèque




Les colzas s'éclatent, nous aussi.




On voit du monde dans les sentiers de Trespoux !
La foule des grands jours




Benoit




Ravito 3 - Grosse affluence




Cyrille avec des collègues




Ça y est on a retrouvé Freddy 😊




Ravito 4 avec les Boss de la trace




Ultime ravitaillement.
On est bien soigné tout le long !




On touche au but




Jean Luc, Stéphane et Jean Marc bien entendu




En voilà une belle conclusion




Jérôme - Jacques - J Luc




Eric - Christophe




Féfé interrogatif sur le choix du parcours.
Circuit à trois chiffres au final. Soyons fous !




Stéphane




Jean Luc




Plein les mirettes




Causerie :

  1. Pas pu venir cette année pour cause de VTT itinérance sur la Vélodyssée.! Ton CR fait envie une fois de plus ! Faut que je m'attèle à étudier toutes les nouveautés ! Y'a du taff !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours un bon cru le Roc Trespouzien ! A faire oui sans hésiter. Freddy l'a refait en deux fois :-) le WE suivant.

      Supprimer