Sur les Crêtes de Conilhac

4 juin 2017

Petite virée parfaite sur la balade randonnée des Crêtes de Conilhac.
On a beau connaitre le site, ça reste à chaque fois un super plan pour aller sillonner un beau paquet de monotraces sur les petites collines audoises.

La météo humide de la fin de semaine, nous pousse plus au sud pour trouver du terrain sec. 
Le temps est correct du côté de Lézignan, soleil timide certes, mais il fait bon et le vent souffle. 

Le Club Vtt Conilhac Corbières organise cette promenade depuis 18 ans.
On se retrouve une petite douzaine sur place.



La base départ sur la place du village s'anime de bon matin. 
Les futures grillades sont déjà en préparation, la machine à bière est là, les fûts aussi, et on peut déjeuner tranquillement autour des inscriptions.

3 parcours ludiques de 20 à 40 km.
40 km c'est la distance idéale aujourd'hui pour s'amuser un max et pas trop forcer.

Allez on bouge.
Circuit composé de 2 boucles. On repasse au départ après une petite vingtaine de km.
La route en sortie de village grimpe un peu, une petite piste poursuit encore la bosse, et rapidement on se retrouve à tortiller du sentier dans tous les sens, sans trop jamais en sortir.
C'est sensass à dérouler ces monotraces.


On tricote quelques enfilades le long des alignements d'éoliennes.
Les crêtes découvertes sur les hauteurs, contournent les collines avec quelques superbes visuels sur la plaine en contrebas.
Des petites côtes avec autant de petites descentes, et un paquet d'ondulations sur des talus en tout genre. Parfois de la caillasse, parfois un peu de technique, beaucoup de passages bien lisses ou moelleux dans les sous bois. 
Aucun soucis pour suivre les panneaux, rubalises, et tags de couleurs au sol. Pas possible de s'y perdre, malgré beaucoup de changement de direction. Il y a des monotraces partout et on se laisse promener de l'une à l'autre en mode balade tranquille. C'est tout bon !

La première boucle explore le côté le plus à l'est du circuit. Elle nous ramène au village départ au bout de 17 km.
Ravito 1 on fait la pause de rigueur. 
Toute la troupe est là et a roulé à l'unisson. En faisant les comptes, on retrouve bien Isabelle, Michel, Guy, Arnaud, Jean Luc, Didier, Jacques, Jérôme, et moi. 
Au départ il y avait aussi Hervé et Christy, mais il ont pris une option plus cool, ou plus courte j'en sais rien. 

En route pour la deuxième boucle côté ouest, face à l'Alaric. 
Première étape, franchir le petit Col de la Portenelle. 
Bon y a pire comme col routier. Ça dure 2 bornes et ça monte pas fort, mais quand même ça monte vite puisque c'est Isabelle qui s'est mis au commande du groupe.
Eh les mecs vous êtes où ?!! 😊


Bon sinon, même topo que la boucle une, un peu de route, un chouïa de piste, et hop insertion ludique dans du single sur un des meilleurs passages de la rando. La petite crête aérienne au dessus de Montbrun des Corbières est un passage obligé lorsqu'on va rider du côté de Conilhac.

Sur cette deuxième partie, impossible encore de poser les roues ailleurs que sur du single.
Il n'y a quasiment que ça ! Tous superbes.
Bon y a bien à une ou deux reprises un morceau de piste pour relier deux caviars de singles, mais ça compte pas tellement on se surcharge de traces extra, dont certaines sont bien longues.
Et puis le circuit est tracé par des connaisseurs qui maîtrisent parfaitement toutes les pépites qu'ils ont à disposition.
Tiens je me souviens d'une merveilleuse petite boucle d'un km à peine peut être. Après une mini descente, on remonte un peu le long d'un ruisseau asséché. C'est superbe et très technique pour le coup, faut envoyer de gros appuis sur les manivelles pour passer partout. 
On monte, on trime, on grimpe encore, et hop on bascule dans la partie plongeante avec bonheur pour revenir juste en bas, de là où on est parti trois ou quatre minutes avant. Trop fort les gars ! 
Une partie de plaisir permanente ce site de Conilhac. Foutez vous au vtt d'urgence !

Bon allez circulez, y a encore à voir. 
On poursuit les sentiers peinard, à faire des virolos incessants, et la voltige continue sur à peu près toute les crêtes des alentours. L'allure du groupe est impec depuis le début, tout le monde est encore là, ça roule coolos en discutant avec les éléments de langage habituel du vététiste lambda.


Km 28. Halte ! Tiens un ravito surprise. 
Pas trop regardé le plan au départ, et je pensais qu'il y en avait qu'un au village.
Super !! Bien vu d'en planquer un autre dans la garrigue.
On se frite un peu avec le pâté, la confiote et les oranges. Top les oranges au fait ! 
C'est pas qu'on soit affamé, mais l'appétit vient en mangeant c'est bien connu.

En selle. Il reste dix bornes environ.
Allons bon keskisspasse encore ? J'ai loupé un truc ou quoi ? Y a eu des consignes surement pour faire péter des chronos on dirait. 
Non en fait, c'est (encore ?!) la dame en rose qui s'est mis devant, et ça change clairement de rythme. C'est reparti fort et ça ne cause plus on dirait. 
Ouf Isabelle se calme peu après, en allant repousser un buisson rebelle. 
L'allure normale reprend son cours dans l'enfilade des singles. 

Etant donné qu'on a un peu semé pink panther, tour à tour c'est Jacques, et Jean Luc qui mène le bal devant. 
Sur ces sentiers pour s'amuser un max, on est tenter d'y aller de bon cœur et faut pas hésiter vers la fin, alors qu'il ne reste que quelques bornes, à rouler un peu plus soutenu. Ça fait du bien !
Une petite descente classée dans la catégorie "dangereuse" se laisse faire sans broncher.
En bas de ce très bon petit chahut, pendant que Jean Luc teste l'instabilité de son nouveau vélo, on en profite pour s'échapper avec Jérôme à la manœuvre. 
Oulà que passa ? Le Jéjé nous met le feu dans la pampa pour les six ou sept derniers km.
On n'est plus que quatre à suivre, mais là maintenant on s'éclate à dévorer les traces qui se succèdent encore tout au long de ce final bien dynamique. Splendide !


Les dernières crêtes sont avalées rapidement et largement appréciées. La petite descente finale est truculente autant que rapide.
Dès qu'on lâche les derniers secteurs ludiques, on se retrouve sur les petits chemins qui ramène très vite à Conilhac.
Fin de la balade à midi pile. Timing parfait, parcours au top !
40 km à quelque chose près, 800 m de dénivelé, et un peu plus de trois heures de grand bonheur.

Félicitations au club local pour cette trace excellente. On a beau le savoir que ça va être du très bon partout, eh bien c'est à chaque fois une nouvelle merveille, avec en prime chaque année, quelques nouveautés qui bonifient le parcours.
Distance parfaite pour tous, amusement permanent, débauche de sentiers. 
C'est tout ça Conilhac. Bravo et merci pour ces belles choses.

Bon mais partez pas encore, c'est pas finit leur histoire.
A l'ombre des platanes, l'ultime ravitaillement est bien garni. Le rouge local est consistant, les saucisses grillées sont à point, la tireuse à bière est de loin l'attraction la plus visitée, et à voir les mines réjouies de chacun, on se doute que la matinée a été excellente et parfaite.

Salut les potes que j'ai revu, à un de ces quatre dans un autre bon plan de ce genre. 



Ça démarre joyeux





En montant vers les éoliennes




Ciel bleu et grand vent




Sur les crêtes de Conilhac




Ravitaillement 1




Les couples se forment




Didier




Jean Luc - Arnaud




Michel - Jacques




Isabelle




Guy - Jérôme




Ravitaillement 2




Grillades impec




La carafe c'est mieux que le verre




2 bières plus tard, tout fout le camp !!



Causerie :

Taper la causette :-)