Rando Villelongue

5 mars 2017

Chaque année, mars c'est le mois des PO généralement.
2017 n'échappe pas à la règle. avec deux sorties vtt programmées, sur le premier et dernier weekend du mois. 


On attaque le premier dimanche par les Albères, avec la rando-raid de Villelongue Dels Monts.
Proche de la mer, le temps est correct. on aura même du soleil à partir de la fin de matinée.

Je descends au sud en duo avec Arnaud.
Débarqué de bonne heure, y a pas foule encore vers 7h30.



Autour du café, on a le choix des circuits.
C'est l'abondance habituelle. 4 ou 5 traces de 25 à 50 km.
50 c'est bien comme distance, surtout que le dénivelé annoncé est de 2000 m au moins.
Balisage classique pour les parcours communs, et une boucle au gps qui concerne seulement le grand parcours. 
Tracé sur le principe de boucles qui s’ajoutent les unes aux autres. On fait ce qu'on veut.

Les copains en stage vtt depuis 2 jours déjà, du coté d'Alénya un peu plus en bord de mer, sont pas encore arrivés. Pas grave ils feront pas le grand parcours, et on devrait les retrouver à l'arrivée ensuite.
Le temps de scratcher la plaque sur le cintre, et on profite du départ libre pour démarrer tôt vers 7h45 environ.



Les premiers chemins et sentiers en bas sur la plaine, sont chargés de flotte et de bouillasse poisseuse. Le vélo est pourri au bout de quelques centaines de mètres. 
Ça colle pas aux roues, c'est déjà ça. Les quatre ou cinq premiers km naviguent pas très loin du village sur des petites traces sympas lorsqu'elles sont bien sèches, avec des petits passages techniques et trialisants pour passer les ruisseaux 
Vu l'état du terrain mis à mal par les fortes pluies, c'est moins fun aujourd'hui, et ça glisse pas mal.

Km 5 on descend une petite passe caillouteuse vers un ruisseau, et on remonte un mini portage pour atteindre le bord d'une petite rigole d'eau qui déroule ensuite sur un bon km. Très joli ce bon secteur au calme !
Et comme on a pris un peu d'altitude par rapport au départ, les traces sont sèches maintenant.

Je chemine en duo avec Arnaud, mais on a aussi l'occasion parfois de rouler avec quelques riders qu'on rejoint au gré des montées.

Un peu plus en avant, la première bosse arrive au dessus de Laroque des Albères. Sur piste comme la plupart des montées là-bas.
Elle nous emmène d'abord sur un ravito (8 ème km). On s'arrête juste pour se déshabiller un peu car ça commence à chauffer.
Un km de plus à grimper et on s'engage dans la descente. 
Pour l'avoir faite il y a quelques années, c'est devenu très esquinté comme passage. Inondée de pierre mobiles, ça secoue plus que de raison. Pas simple de s'amuser là-dedans.



En bas on retrouve le calme des chemins vers le début de la Vallée Heureuse.
Deuxième grimpette sur piste pendant 4 km environ. Tranquille ça se fait très bien.
Le paysage est sympa tout le long de la bosse avec le Canigou qui s'incruste dans le panorama arrière.
Un peu avant la fin, on traverse une colonie de vaches en pèlerinage dans les montagnes.
C'est pas farouche le bovin, mais faut faire tout doux quand même en passant au milieu.

Descente de Notre Dame du Château.
Voilà qui tombe bien pour passer un bon moment. Un peu technique, juste ce qu'il faut pour retrouver de belles sensations.
Une bonne monotrace !

A gauche, à droite, qu'est ce que ça dit par là ?
Les flèches au sol lavées par la flotte sont pas trop voyantes, et on confie plutôt la navigation au gps avec le fichier fourni par l'organisation et retravaillé par notre spécialiste navigation au club, qui sépare les traces jumelées qui se croisent plusieurs fois sur les liaisons entre les boucles, de sorte que sur le terrain on retrouve facilement la bonne voie. 
Infaillible pour suivre un parcours sans se tromper, ou se poser des questions.
On a eu sur la fin du parcours de nombreuses fois, des passages sur pistes ou ailleurs, où on était à côté de la trace gps, c'était plutôt imprécis du coup, même si ça ne nuit pas à la navigation globalement.



Fin de la descente, faut remonter un peu par un bout de piste. Parfois on a des barrières à ouvrir ou des clôtures à traverser.
Au dessus de Sorède, on dévale un troisième secteur descendant. C'est bon pour se régaler.
Sur la deuxième partie plus basse, la trace est invisible dans une végétation qui la recouvre presque, et on la voit quasiment plus au sol. 
Sans la trace gps, on y allait pas je crois. En bas il faut enjamber une clôture pour descendre sur le chemin, pas de porte ou de passage. Bizarre ce secteur !

On approche ensuite les abords du village de Sorède, avant de poursuivre sur des chemins ou routes pour revenir et remonter un peu vers le ravito 1. Km 26.
Une pause idéale en milieu de matinée. Un peu de monde autour de la table garnie.
En plus du sucré et salé, à Villelongue, y a des carambars sur les ravitos. 
Nulle part ailleurs on en voit. J'en ai pris un ou deux pour plus tard dans les bosses. Caramel bien sûr c'est les meilleurs et de loin.

On repart dans les petites montagnes. Le soleil est pas encore sorti le bougre, et on a même quelques petites gouttes parfois qui viennent perler sur le pif. 
Ça grimpe assez fort sur un km, et ensuite on déroule plus peinard encore quatre bornes environ.



Presque 600 m d'altitude, on est au bout. Y a plus qu'à perdre du dénivelé maintenant.
La grosse descente du jour celle là. 
Du genre compliqué on va dire. Elle est bien longue déjà, et faut aimer et maîtriser la technique pour arriver à se sortir au mieux des nombreux passages délicats tout le long. Quelques petits portages ou poussages par endroits, en plus des traversées de petits torrents.
En semi rigide c'est un peu du sport de combat souvent. Dans une semaine normalement, avec la nouvelle bestiole ça devrait aller mieux ! 😊
La monotrace court tout le long, sur ou entre des chaos de rocailles, des blocs rocheux très techniques, ou des pavés XXL. C'est du genre physique pour arriver à s'amuser.
Avec du gros débattement ce doit être plus simple, de même qu'il faudrait la connaitre un peu mieux pour s'y habituer.
Malgré les tumultes j'ai bien apprécié cette descente, qui reste dure et typée enduro. 
Un mélange de plaisir dominant, et aussi de galère parfois, sur des passages damned. 

Quand ça redevient calme en bas, on est tout à côté d'un agréable mas catalan.
Pour suivre, ce sera le retour le long de la rigole du matin. Toujours aussi bon !


La trace bifurque vers la gauche un peu plus loin et recommence la grimpette sur piste.
Au bout de quelques centaines de mètres, un attroupement sonore se fait entendre.
C'est pas un ravito non, mais les copains qu'on retrouve finalement avant la fin.
Excellent pour finir la balade en bon nombre. 
Athanaël qui organise est là pour quelques photos.
En duo avec Arnaud on était bien, mais là du coup ça ajoute quelques degrés supplémentaire sur le plan de l'ambiance pure.

Allez ça repart joyeusement sur la piste. 
Et pour emmener encore une belle note de plus, le soleil qui mascagnait depuis un moment, commence à se réveiller franchement.

Ça grimpe tranquillou jusqu'à la citerne.
Et puis on s'engouffre dans la belle du jour. Un must de single en sous bois, qui défile entre les chênes lièges, c'est splendide !
Un petit saut de clôture, et hop ça commence à bien descendre, et même très très fort. 
Une sente hyper pentue qui se négocie tout en glisse, avec du super grip vu que la pluie est passé par là. Sur le très sec et poussiéreux, ce genre d'endroit c'est une piste de luge fuyante et plus incertaine, mais avec un peu de mou ça se passe impec. Superbe !!
Un peu plus bas sur un passage ultra chaud, suite à une chute il y a un participant un peu groggy qui reprend ses esprits. 
Une petite heure après, on a vu passer l'hélicoptère pour l'évacuer, mais les nouvelles sont bonnes 24 h plus tard.


La fin de la descente continue de nous régaler, avec un sentier rectiligne et très rapide.
Top descente, bravo !

Dernière côte à passer. 5 km pas très difficiles jusqu'au ruines de Mas del Pou. 
La piste est plutôt lisse sans trop de pente. La troupe s'étire plus ou moins en grimpant avant de se reformer en haut.
Allez feu pour la descente.
La monotrace file dans la prairie au départ, et s'enfonce dans les sous bois. C'est très joli comme coin, et tout bon à descendre. Un ou deux passages délicats avec un dévers sur les racines, et un torrent à passer. Pour le reste c'est du top à rider, un peu technique et très joueur. 

La descente repasse une première fois, par la piste de montée pendant quelques centaines de mètres, et replonge dans un sentier un peu plus bas pour une autre partie bien bonne sous les roues. Faut pédaler par moments pour passer des petits franchissements joueurs.  


Une deuxième fois on se retrouve sur la piste et on récupère Thierry au passage, qui peaufinait sa forme sur le grand parcours.
Dernier petit passage en descente pour la troupe. 
Ça redémarre sur un sentier de maquis, au milieu des genets ou des arbustes quelconques. 
En levant juste un peu le nez du cintre, juste en face vous avez le Canigou bien habillé pour l'hiver. Chapeau de nuages, costard blanc et pantalon noir. 
Imperturbable, il surveille certainement chaque jour et sur tous les versants, le manège des vététistes. Et avec le soleil qui enfin règle bien l'éclairage maintenant, c'est splendide !

La partie descendante s'achève, et le final du circuit se termine dans la plaine.
Depuis le début, la bouillasse nous manquait je pense 😊.
On s'y remet dedans de plus belle par endroits. Beurk ! 
Les éclaboussures du début étaient presque parties au fil du parcours, et là en moins de deux le bike est crépi de sable terreux. 
Malgré ça on fait le tour de quelques très bons sentiers pour se rapprocher du village et terminer la balade catalane.

51 km et 2000 m de positif au final. Un peu plus de 6h avec une petite heure d'arrêt en tout.
J'ai pas eu l'impression qu'il y avait beaucoup de monde aujourd'hui et c'est juste dommage le jumelage de la TransCorbières pas très loin de là ce même jour. On aurait pu faire les deux avec le dimanche suivant.


Après l'arrivée, place à la remise en forme autour des tables.
Soupe au fromage, saucisse grillée, fromage, dessert, vin café, etc, c'est complet et bienvenu. 
Encore du bon temps !
Avec une petite pression, on serait au top ! 😊

Pour le complément idéal, il y a Michel qui veille à l'approvisionnement liquide de la troupe et il n'y a jamais eu de déshydratation grave, consécutive à une balade vtt.

L'après rando se poursuit tranquillement au soleil, et avant de retourner vers la ville, on fait une étape bistro au Boulou. 
On pouvait difficilement faire deux heures de route sans déguster une petite pression en terrasse.

Voilà un peu l'aventure du jour. 
Ravi d'être descendu sur Villelongue aujourd'hui. Une belle petite balade coriace juste ce qu'il faut, pas mal technique et rugueuse en descente sur la première moitié. plus soft et ludique ensuite.
Une rando avec ses atouts plaisants pour partager un bon moment !
Bravo et merci à l'organisation.

A la prochaine donc.



Oscar - Qui nous prépare une belle balade le 26 mars dans les PO
Rdv aux Raid des Chapelles





Quelques petits portages à Villelongue
Toujours bref et sympas





Le long de la rigole. Superbe !





Montée sur piste tranquille





Quelques compagnons de roulage




Traversée d'une colonie de vaches






Le seul et unique ravito en milieu de parcours





Le top c'est le Carambar





L'équipe d'organisation





Retrouvailles par hasard avec les copains... 





... et toujours la copine





Roulage en groupe





Didier en fat et Arnaud pour l'ultime balade en 26 pouces





Zaz donne le rythme - Pas le temps de causer derrière !!





Un Caminade avec une fourche prototype





La fourche Motion





La Canigou avec son complet de saison





Momoye fait des étirements 
Isabelle prend de la hauteur pour les photos





Juste une pour la route


Causerie :

  1. Yves, Belle balade dans les PO en tout rigide, mais j'ai cru lire que tu allais rentrer une nouvelle monture un peu plus smooth !! Qu'est ce que tu nous prépares ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Patrick.
      J'avais mon semi rigide là encore.

      Mais effectivement la nouvelle bestiole est en cours de montage. J'ai attaqué aujourd'hui l'assemblage.
      Un Yeti SB45 C.
      Je pensais l'avoir dimanche 12 mais y a du retard sur pédalier non conforme, et je sais pas si j'aurais les roues.
      1er test le 19-03 surement.
      Et fin prêt pour le Raid des Chapelles.
      Ça va être un peu plus confort le roulage maintenant :-)

      Supprimer
  2. Salut Yves, Belle bête en perspective comme déjà dit sur Facebook. J'ai 1 paire de roues de chez Taupe sur le SS et une roue arrière quand je le repasse en multi et ça change quand même pas mal les choses d'un point de vue comportement du vélo de très bonnes roues bien rigides et légères. Je te souhaite beaucoup de plaisir avec ton nouveau bike. A+, Patrick

    RépondreSupprimer