Maxi Verte

12 juin 2011

Maxi weekend vélo encore ce dimanche 12 et lundi 13 juin.

Le dimanche un petit tour dans les vallées ariégeoises, histoire de reconnaître la cyclo sportive du même nom et le lundi, on est allé rejoindre les copains qui étaient allés rider dans le Lot du côté de Vers.

La Maxi Verte 2011 avait établi sa base au-dessus du village, pour proposer une trilogie de vtt sur le week end à rallonge de Pentecôte.


3 jours de vtt avec de multiples parcours chaque fois, pour explorer une partie de milliers de km de chemins, pistes et sentiers que compte ce département.
Samedi et dimanche j’ai pas fait, donc voyez avec d’autres personnes pour les analyses.
Lundi, après une petite heure et demi de route, nous voilà sur place. Le rendez-vous se situe au Mas de Saboth, un village vacances perché dans les bois surplombant la Vallée du Lot.
La météo du jour avait prédit quelques averses à Vers. Oui oui elle est facile celle-là, mais faudra vous en contenter.
Effectivement, ça tombe plutôt épais alors qu’on est encore stationné sur le parking.
On se prépare malgré tout. Julien déjà sur place depuis samedi nous avait récupéré les plaques.
Un grand merci au passage à trois LPIstes qui nous ont refilé leurs plaques qui couvraient l’inscription globale pour les trois jours.
À charge de revanche à l’occasion.

On était 9 du club sur la ligne, encore un bon petit groupe.
Le départ devait être groupé, en fait il était libre et on démarrait quand on voulait.
On s’élance sur les chemins balisés de différentes couleurs en fonction des parcours.
On voit rouge d’entrée puisqu’on s’attaque au plus grand circuit. 60km pour un D+ de 1600m.
Les parcours vert et bleu réduisent la distance et la difficulté mais pas le plaisir.
J’avais pris mon Single Speed pour l’occasion. Les parcours de cette région au nord de Cahors n’étant pas trop difficiles, c’est une sortie adaptée à ce mode de roulage et puis c’est la première fois que je le teste sur un parcours vraiment vtt.

Allez y a plu qu’à !!
À peine monté de quelques centaines de mètres, qu’on attrape un single descendant.
La pluie matinale s’est chargée de bien mouiller les sentiers. Elle tombe un peu encore mais c’est pas elle qui gêne le plus, c’est les petits pavés qui tapissent le sol. Jusqu’en bas de la descente, qui vous fait chuter jusqu’en bordure du Lot, c’est glissant et pas toujours simple à négocier.
Mais commencer par une descente, avec des passages très joueurs, et d’autres hyper rapides, c’est de bon augure et bienvenu.

J’avais oublié ce que c’est que de ne plus avoir de fourche à l’avant.
Les bras s’en souviennent eux, quand la vitesse se calme sur les chemins suivants.
La remontée sur les hauteurs se fait par des chemins en sous-bois, une pente pas très forte au début mais qui se redresse nettement plus ensuite.
Je cherche parfois les commandes de dérailleurs car ça tire sur les jambes au plus fort de la pente.
C’est le début de la rando et je fais l’effort de rester sur la selle mais c’est pas très bon certainement, ça fatigue plus qu’autre chose.
32x18, c’est un développement classique sur un SS, mais c’est rude quand on n’est pas trop habitué.
On traverse l’autoroute pour rejoindre un superbe sentier qui continue l’ascension.
Excellent cette monotrace, ça monte plus ou moins dur, jusqu’à ce qu’on aperçoive Cahors au fond à gauche.
Pas possible de passer sur la selle, surtout avec mon vélo, mais même avec trois plateaux et une tripotée de pignons,
JMichel et Julien sont obligés de mettre pied à terre pendant quelques mètres à deux ou trois reprises.
Passé le plus difficile de la bosse, on retrouve la possibilité de rouler et là il faut en profiter pour regarder le panorama grandiose.
La cité cadurcienne s’allonge dans la vallée et reste en visuel un long moment alors qu’on serpente sur les falaises cent cinquante mètres plus haut.
Des passages impressionnants mais pas dangereux, pour peu qu’on soit vigilants et qu’on reste bien sur la trace qui est suffisamment éloigné du vide.
Grands moments de vtt, le sentier est superbe à dérouler et le visuel merveilleux.
Tout à une fin et il faut s’empresser de redescendre.
Pour ça rien de tel qu’une petite monotrace bien tordue et pleine de sensations fortes.
C’est du grand art, et le village sur lequel vous allez dévaler c‘est Laroque des Arcs.
L’absence de suspension incite quand même à plus de prudence que d’habitude,
ça passe très bien mais ça secoue sans ménagement si on se laisse aller à vive allure.
On reprend doucement de l’altitude vers Auzole pour aller chercher un peu plus loin le premier ravito.
Avant d’y arriver vous faites le plein de plaisir sur un excellent sentier boisé.
Des enfilades rapides entre les arbres qui durent un bon moment. Splendide !
Début de parcours très bon et aussi très abordable physiquement, et en plus adapté pour mon vtt mono vitesse.
Km 22, tout proche du village de Calamane, on se restaure en sucré salé comme d’habitude.
La reprise se déroule en douceur sur un long chemin en bordure de ruisseau.
De plus le temps s’est mis de la bonne couleur et les traces sont moins humides maintenant.
Je roule avec JMichel , Julien et Guillaume qu’on a recollé avant le ravito 1 et qui nous accompagne ensuite.
J’ai un peu de mal sur les longues parties plates car mon 32x18 est un peu court pour suivre,
heureusement le trio de devant ne roule pas trop fort sur le plat sinon je les perdrais rapidement de vue.
Mais dès que ça commence à remonter, je recolle le trio en haut de la bosse.

Le Single Speed, faut que ça monte pour être à l’aise, pas trop fort ni trop longtemps
sinon il faut le prendre plus calmement, mais sur ce parcours les bosses sont pas très longues
et peu pentues donc ça grimpe correctement, bien aidé aussi par le poids réduit de l’ensemble.
En haut, chemins et sentiers en alternance, toujours au milieu du décor lotois très agréable
qui nous conduit gentiment vers le village de Maxou.
Ce patelin me rappelle de bons souvenirs du temps du Raid Lot Aventure en 1995 et 1996.
On y faisait un hébergement de qualité et très énergétique dans la maison d’un ancien du club.
Les soirées étaient d’un très grand cru chaque année.
Après le village, on poursuit vers Saint Pierre Lafeuille avant de reprendre le mode monotrace plaisir pour tirer droit vers le bas et rejoindre Valroufié.
Pas de piège ou de coup fourré dans cette descente, c’est propre et ça va vite.
Un peu de végétation qui vous piquotte les bras mais rien de bien méchant. Excellent encore celle-là.
Ravitaillement numéro 2 à 40 km environ.
On fait la fête aux rillettes. Je sais que c’est pas bien mais on a des faiblesses que personne n’arrivera à soigner.
Une fois bien rassasié, ça repart en quatuor. Un chemin pour commencer et puis à droite un single track qui prend vite de la hauteur. Portage obligé par endroit, mais rien de trop long.
Sur le plateau, on poursuit sur les pistes pour revenir vers le péage de Cahors Nord.
On enquille alors un sentier très joueur pour longer le bord de l’autoroute pendant un moment. C’est du tout bon encore.
On repasse sous l’A20, pour bifurquer un peu plus loin vers une petite descente technique et joueuse sur la première partie, elle termine par une portion plus rapide.
En bas, c’est mi chemin mi sentier jusqu’à un croisement où les parcours se séparent de nouveau.
Bleu, vert à droite et rouge à gauche pour faire deux km en plus dans un chemin très roulant.
À la fin de cette mini boucle on retrouve le parcours commun avec le must de la région certainement.

Km 53, une monotrace totalement abritée par une végétation d’arbustes recouverts de lichens.
Une fraicheur bienfaisante par grosse chaleur, une belle luminosité pleine de verdure, ce doit être ça la Maxi Verte, et on y est en plein cœur.
Une trace pure et sans obstacles tout en bordure d’un petit ruisseau asséché qu’on va traverser un peu plus loin.
Splendide et rare un tel passage.
Ce sont ces morceaux de roulage qui vous file l’envie de faire du vtt pour toute la vie.
Bon d’accord, je force un peu le trait mais c’est volontaire,
car on peut pas décrire la beauté d’un site du bout des doigts en quelques mots,
le mieux c’est de la vivre le cul sur le vtt.
Donc j’exagère un peu parfois... mais là non, pour bien situer le plaisir de l’instant.

Ce single magnifique se poursuit après la traversée du ruisseau et on attaque maintenant un retour vers les hauteurs.
Un peu de portage est nécessaire pour que j’en vienne à bout.
La fatigue et le développement trop gros m’empêche de passer partout. Je pense qu’en multi ça doit passer quand même.
La suite de cette merveille se fait sur une partie plate pour un petit moment de récupération bienvenu, avant de remettre le cap vers le haut pour ce qui semble être la dernière bosse.
On est à 59 km au compteur pour effectuer la reprise d’altitude sur une piste bien large.
Y a de la petite caillasse mobile au sol. Ça monte pas fort mais c’est rude pour les jambes,
obligé de faire quelques dizaines de mètres à pied à deux ou trois reprises.
On lâche la pente pour se retrouver dans la dernière sente qui rallie vite fait la ligne d’arrivée.
Le regroupement des Maillons se fait en chaine, à quelques minutes d’intervalle à peine.
On aurait pu rouler de concert je suppose.
Les données annoncées sont conformes, 62 km pour 1570m de D+. 17,3 de moyenne en 3h37 de roulage.

Superbe balade lotoise, encore. Mais le contraire serait étonnant dans ce département qui regorge de parcours.
Un tracé pas très dur et bien dessiné par les locaux qui ont su proposer trois jours très variés.
D’après ceux qui ont fait la trilogie Maxi Verte, ce dernier jour était le meilleur.
Dommage la petite averse du matin qui a mouillé les traces, ça aurait été le top,
mais ça reste anecdotique et ça a mis un peu de piquant à l’aventure.

Pour conclure, je dirais que je me suis régalé pour la deuxième fois avec mon SS.
Parcours idéal pour cette pratique du vtt qu’on peut voir comme un saut en arrière dans le temps ou un retour aux origines.
C’est clairement une autre façon de rouler, mais le plaisir n’en est pas moindre.
À essayer en tous cas.
Et à quand un roulage en groupe au club sur ce mode épuré ?
Et le fin du fin pour un Single Speed, c'est le nettoyage du vtt, par rapport au multi avec des amortos et des accessoires en pagaille !

Merci pour la Maxi Verte et bravo à tous


Causerie :

Taper la causette :-)