2000 de Bruniquel

4 avril 2008

Une journée vtt ordinaire dans la vie d'un club. 
C'était dimanche à Bruniquel. Toujours de bons moments à vivre en groupe.
Concentration dense de Maillons pour les 2000 de Bruniquel. Quatre vingt pour cent du club qui se déplace en convoi ça cause. C'est le printemps on a faim de vtt, y a des montées de sève dans les jambes faut croire et ça donne seize membres actifs sur le coup.


C'est aussi une classique de début de saison qu'on revisite chaque année avec plaisir. Un site idéal pour le vtt, pas très loin de nos bases, qui retrouve en 2008 une belle fréquentation et une météo bien meilleure.
Oublié la sauce de 2007, place au terrain sec qui convient beaucoup mieux à tout le monde.
Départ libre donc on traîne un peu sur le village.
Mise en route tranquille sur le parcours qui vous emmènera au choix sur 70 ou 50 km.
Les premiers tours de roue sur le goudron pour rejoindre la première trace. Là les choses se corsent. Un bouchon épais se forme rapidement avec des dizaines de vététistes au mètre carré. Pas moyen de passer, donc faut se faire une raison et attendre que ça se décante.

Sur les hauteurs déjà ça va mieux, l'heure de pointe est passée et le trafic est plus fluide.
Le parcours du raid est toujours plutôt rude, les bosses sont fournies et bien pentues et même si je les aies fait quelques fois lors de reconnaissance, c'est gaillard. D'autant plus que je me sens pas des jambes extras tout le long. Seul la plupart du temps avec l'impression de pas trop avancer, ça te rend les km plus longs et plus durs.

Le meilleur en vtt, c'est bien sûr les monotraces. Où que ce soit, c'est toujours la qu'on apprécie le plus ce sport Y en avait encore une fois un bon paquet sur le circuit, en alternance avec les pistes et chemins.
Le top ça reste les descentes. Faut se farcir de bonnes bosses pour se les gagner, mais une fois qu'on bascule, ça décoiffe pour peu qu'on ait le champ libre. Y en avait quatre au moins au programme et de bonne longueur à chaque fois.
Allez dans les descentes tout le monde se lâche j'imagine. Sinon où est le plaisir?
J'entends des voix maintenant dans les descentes. Une d'un côté qui me dit fais gaffe ici, et l'autre côté qui me dit fait gaz là. Et alors qui croire? Enfin bon, y doit y avoir un côté où j'entends pas bien.
On n'est pas d'ici, et faut bien rentrer. Une fois passé le dernier des trois ravitos, on remonte sur le plateau pour parcourir le final superbe. Des pistes et sentiers tout en relance avant de s'enrhumer une dernière fois dans la descente finale. Sensations encore.
67 km et 1700 mètres de D+ sur mon compteur de retour au village. Ça va j'ai le compte pour cette fois.
Passage par le ravito d'arrivée pour faire descendre le sandwich et terminer la journée vtt. Une bonne sortie encore pour le club qui en appelle d'autres.

Causerie :

Taper la causette :-)