Trace du Sanglier

10 juin 2007

Toutes les années impaires on y a droit au mois de Juin, avec à chaque fois le même bonheur.
Ca se passe à Palaja, tout près de Carcassonne. 

La taille du village? Plutôt petit, mais ils savent faire les choses en grand. 
La Trace du Sanglier est bien connue de tous vu les 1400 participants qui sont venus y prendre du plaisir. Je pense que c'est la fréquentation des trois jours, car j'ai pas pu
connaître celle du dimanche encore. Mais il y avait beaucoup de monde.

Cinq MLA présent, JLuc, Patrick M et moi. Didier et Nadine prévoient d'arriver un poil plus tard. On fait la connaissance d'un vététiste qui m'avait appelé deux ou trois fois les semaines avant et qui s'est décidé pour venir rouler avec nous. On avait déjà trois Patrick, deux Laurent, on aura peut être bientôt deux Frédéric. Au fait, il roule en Vitus lui aussi, mais moins vite je vous rassure, pour l'instant du moins. D'ailleurs il n'a pas trop eu de bol pour une première avec nous, il est tombé sur les plus moisis du club question roulage. 

Comme d'habitude on arrive de bonne heure, alors que déjà les premiers prennent le départ à partir de 7h30. Une inscription rapide malgré le monde, c'est totalement fluide. On coche l'option repas en prévision de la grosse fringale à l'arrivée, on accroche la belle plaque découpée en forme de tête de sanglier qui donne une gueule d'attaque sur le devant du vtt et puis gaz vers l'aventure.
C'est 8h du mat, le temps est superbe quand on passe le pointage. Des parcours pour tous de 15 à 80 km. Tant qu'à faire on choisit le plus long.

Un départ identique à 2005 aux bords des vignes, avec quelques traces sympathiques pour se mettre en jambe. Plutôt roulant sur la première quinzaine de kilomètres avec quelques bonnes portions goudrons. Le premier ravito à 11 km. Tiens déjà? C'est un peu tôt mais on s'arrête quand même. On saura par la suite qu'en fait il y en a un tous les dix ou douze km. Bien vu, c'est très appréciable. Eau, coca, fruits secs etc tout ce qu'il faut pour bien repartir.
Le circuit continue tranquillement, pas de difficulté énorme encore, beaucoup de petites monotraces qui s'enchaînent, on a droit à un moment à une manif de chevaux. 
Un organisateur avait stopper les concurrents depuis un petit moment quand on arrive. Les bêtes se sont cavalées suite à une clôture ouverte. Pour nous l'arrêt est bref et on repart aussi sec. On trouvera plus loin, les propriétaires avec la mine des mauvais jours qui en veulent un peu, beaucoup même pour certains, à tous ces vététistes qu'ils rendent en parti responsables de leurs soucis du moment. Une dame avec une queue de cheval d'ailleurs, était plutôt furax. Elle a presque effrayé mon Giant. Bon, on en rit un peu, mais je comprends qu'ils n'aient pas été ravis de la situation.

On continue dans la ballade sportive on va dire, toujours dans un superbe parcours varié, pour rejoindre le ravito numéro deux. Alors là c'est le top car en plus de tout le reste, y a des saucisses grillées. J'y fais aussi la rencontre d'un vététiste qui est venu sur notre raid à Cahors et qui discute régulièrement sur les forums avec pour pseudo Rockrider31. On peut lire ses comptes rendus sur son site. C'était l'occasion de mettre un visage sur un nom pour le coup.

Pour la reprise, on continue dans le haut de gamme question sentiers ludiques, mais on se cogne aussi une bonne bosse bien longue. Pas des plus raide, mais bien usante surtout avec la chaleur. Quand on bascule, on taquine une superbe descente dans les bois. Très technique avec des petits virages secs et surtout bien pentue. Extra tout le long. Il nous faut bien sûr remonter en face pour en reprendre au moins autant dans la descente suivante. Les km passent et commencent à peser, une bonne portion de route au deux tiers du parcours permet de récupérer un peu et c'est pas du luxe, les crampes me pourrissent les cuisses depuis le 40ème km et j'ai du mal à suivre. 
Pas possible de les faire partir en plus. Les dernières bosses sont heureusement moins longues. Les ravitaillements très rapprochés encore sont les bienvenus. Le paysage toujours magnifique et le parcours plein de bonheur compensent la fatigue mais c'est clair que je suis pas au mieux, les jambes n'en veulent plus trop. Sur le final, on progresse sur des pistes à légers profils montants avant d'attraper la dernière monotrace. Un bijou tracé en crête, avec une plongée splendide et géniale vers l'arrivée. Dommage d'être cramé pour cette apothéose, mais bon faut assurer pour éviter les mauvaises surprises. Vivement l'apéro.

Un peu d'imprécision sur les 80 km et 1800m de D+ annoncés au départ. C'est pas très grave, j'avais mon compte largement. La ligne est franchie au bout de 73 km. 4h48 de roulage et 1950 mètres de dénivelé positif. Je rejoint JLuc qui a beaucoup mieux finit et qui patiente avec pas mal de participants en attendant qu'on soit enregistré et qu'on nous remette un diplôme. C'est le seul point un peu délicat sur ce raid, le fait d'attendre un gros quart d'heure pour être pointé. Les organisateurs bien avisés cependant, viennent vous voir pendant ce temps pour vous proposer de l'eau bien fraîche. La télé régionale est présente aussi pour recueillir quelques commentaires à chaud. Très chaud même, le soleil plombe sur l'aire d'arrivée.

Une fois le podium passé, on rejoint Didier et Nadine qui ont testé le 50km et puis là encore on a droit à de la grande organisation. La bière est offerte à volonté, des personnes passent avec des plateaux remplis de toasts à toutes les saveurs. Énorme!  Pas mal de connaissances sur les participants présents, on discute, on mange, on se rafraîchit, c'est bien quand même le vtt!! Bonheur et bonne humeur tout le temps.

La suite se passe à l'intérieur du gymnase pour nous, un repas pour se remettre d'aplomb. Plein de bonnes choses à volonté. Multiples salades, diverses grillades, fromage, dessert et glaces et le tout rythmé par une Bandas du coin. 

A l'heure de reprendre la route, si on fait un bilan de cette édition 2007, on peut dire que c'est une épreuve fabuleuse du début à la fin. Dans le cochon, tout est bon y paraît eh bien à la Trace du Sanglier, y a rien à jeter on va dire. Et puis on sent bien que ça marche tant les gens sont souriants et gentils. Il y a selon les sources de 120 à 200 bénévoles qui viennent prêter main forte au club local. Et tous en maillots jaunes ici aussi. 

Les parcours sont superbes, à la portée de tous et l'ensemble respire la qualité. Bravo, et que ça continue.

Causerie :

Taper la causette :-)