Guitalens Telethon

8 décembre 2013

Les randos consacrées au Téléthon sont nombreuses en fin d'année et cette fois c'est à Guitalens qu'on se dirige de bon matin. 
Dans le Tarn, juste après Lavaur, je connais même pas de nom et encore moins la région. Jamais roulé par là-bas autant que je me souvienne.


Donc c'est parti pour une petite balade tarnaise.
On se retrouve 4 au départ avec Christophe (en mode trail) FredPax, JeanBa, et moi avec nos montures habituelles.
En parlant de monture, sur cette rando c'est du multi-support. Il y a du pédestre, du trail, du cheval, de la moto, des quads et du vtt.
Un petit moins deux au mercure à 8h30, brouillard givrant, il fait pas chaud au départ. On s'empile un peu dans le hangar salle d'accueil et il fait bon d'un coup autour du café.




9h on se dépêche de mouliner en rythme en démarrant le grand parcours. Un grand parcours de 45 km était annoncé sur les pubs. Finalement il en fera que 36.
Une première boucle de 13 bornes pour commencer, qui revient au départ pour un premier ravito.
C'est la grosse pelante sur les premiers km roulants. Routes et chemins pour débuter. Vivement que ça monte. Mains et pieds quasi congelés. 
On attrape une petite bosse sympa dans le bout de bois qui se présente. Sympa mais costaud le sentier. Ça permet d'envoyer un peu de chaleur. Le changement de rythme est violent.
Petite descente rapide avant de repasser en mode frigo sur de la route.
Plus loin, la végétation nous protège un peu du froid, et surtout le profil nous réchauffe un bon coup avec une montée fumante. C'est jamais très long mais ça penche, et la température corporelle retrouve des couleurs. Ça va mieux, même si c'est pas encore tropical. 




Le terrain est plutôt gelé avec quelques passages boueux.
Sur la crête, on est sorti du brouillard et un splendide soleil nous fait la fête. D'autant qu'on se régale ensuite dans une monotrace descendante. 
Ça file vite dans les enfilades de sentiers ou de double monotrace plutôt large.
Pas simple toujours à négocier avec une ornière centrale qui attire trop souvent la roue. La roue arrière fait ce qu'elle peut pour suivre au mieux la roue avant. Parfois la roue arrière se retrouve devant, bref on s'amuse.

On roule en trio sur cette petite promenade.
Pour revenir sur l'aire de départ, chemin et route, et un petit tour de visite dans le village avant de passer au ravitaillement numéro un.
On a fait l'impasse sur celui-là. 13 km c'est pas long et rapide, autant poursuivre et s'arrêter au second.
Cap vers Serviès et les alentours du village. C'est la boucle commune à toutes les pratiques. On y doublent tour a tour des pédestres, des coureurs et coureuses et des chevaux.
Plutôt roulant encore le circuit, avec quelques morceaux de singles excellents parfois. Y en a pas des masses bien sur mais bon... on se balade gentiment dans les bois.
Dans les plateaux bas, blancs de givre, on a du mal à se réchauffer réellement, mais dès qu'on grimpe un peu, le soleil est bien là pour nous remettre de l'entrain et de la chaleur.
Quelques montées encore plutôt sévères chaque fois qu'on prend de l'altitude. De gros raidars qui demandent du petit développement. 




Km 25, ravito deux. celui là pas question de le zapper.
Une belle salle des fêtes un peu isolée dans la campagne, avec le plein de chaleur à l'intérieur. Et sur la table tout un assortiment de charcutaille. On a résisté dix secondes pas plus, le temps d'enlever les gants en fait.
Super sympa ce ravito. 


Remise en mouvement après cette belle pause. Un bout de route et pan dans les jambes.
C'est parti pour la grimpette vers les ventilateurs. Sentier de terre et de cailloux pour l'entame avec des piétons un peu partout. Faut être en canne pour tout passer sur le vtt. Ça ripe de tous les côtés sous les roues.




Je m'en fait une partie en mode pédestre trottinant. Double effet garanti. D'une part, ça passe aussi vite, et puis surtout le froid au pied en haut a quasiment disparu. 
Sympathique en tous cas cette bosse qui nous emmène sur les éoliennes. Très peu de vent pour pas dire que dalle, il y en a une ou deux qui tournent à l’extrême ralenti.
Le coin est charmant là-haut avec la mer de nuage qui inonde les plateaux en dessous.

Quelques photos et on repart en profitant du soleil.
Descente ultra rapide et rectiligne dans le bois, avant de revenir en haut sur un sentier casse pattes. Faut y mettre un paquet d'énergie à chaque fois pour gagner quelques dizaines de mètres de D+.
Les coureurs vont quasiment aussi vite dans ces parties là.

Après un petit refroidissement routier, on s'en va se faire un bonheur de trace très rapide sur un profil descendant.
Deux bornes à slalomer dans la forêt avec quelques virages relevés sur lesquels c'est extra de prendre appui. En bonus, on abuse un peu des gros freinages sur l'arrière pour remettre le vtt en ligne, quel régal !




Allez, remontez maintenant les gars !!

Dernière bosse pour revenir vers les batteuses. On est chaud, mais quand même, c'est pénible jusqu'en haut.
On fait une pause bricolage en plein sous l'hélice. Grand soleil irradiant, c'était parfait !
Il nous reste ensuite trois ou quatre km pour terminer, dont une petite descente plein gaz et le reste sur la route.



Retour rapide sur Guitalens, où nous attend encore un dernier ravitaillement bien garni.
37 km et 900 m de dénivelé. Un peu moins de trois heures de temps total et 2h17 sur la selle.

Parcours gentil sans plus. Il y a peu de relief autour du village.
Circuit éloigné de ce qu'on fait habituellement, mais avec quelques passages sur lesquels on s'est fait réellement plaisir.

Il manquerait quinze km pour la distance et des sentiers en plus grand nombre, mais ce doit être difficile de trouver une trace réellement intéressante dans ce coin.


En tous cas bravo à l'organisation, de faire au mieux pour accueillir diverses pratiques.
Bonne continuation. Merci.

_____________














































Causerie :

Taper la causette :-)