28 juillet 2019

Cazavet Vtt - Terre D'Argile

Terre d'Argile, Terre d'Ariège.
C'est pas encore les vacances cette année en juillet.
Ça tombe bien pour pouvoir enfin aller faire un petit tour dans l'Ariège, où a lieu chaque année à cette période une rando organisée par le Club Couserans-Cycliste.

► Strava - Cazavet - Terre d'Argile

Bienvenu à Cazavet !
Ce petit bourg proche de Saint Girons sert de base en 2019 pour l'organisation de cette épreuve vtt, qui en est à sa septième édition.

Une heure de route tout au plus depuis le 31.
Je fais le voyage avec Jérôme pour être rendu au départ vers 7h45.

Sur place on retrouve Jean-Marc et Jean-Paul qui organisent, balisent, ouvrent et ferment les circuits, entretiennent les sentiers, et bien sûr pédalent avec ou sans modération depuis très longtemps.

Dans le village, on rejoint une petite halle qui abrite l’organisation. 
Direct au café après l'inscription. Vous pouvez déjeuner tranquillement.
A noter qu'il faut une licence ou un certificat médical pour pouvoir s'inscrire, malgré que ce soit une randonnée.


Après une semaine de très forte chaleur, la veille le temps a changé pour balancer pas mal de flotte un peu partout. Un peu de fraîcheur ça fait du bien, mais ça décourage peut être pas mal de monde pour se mettre en selle le lendemain.
Du coup il n'y a pas énormément de participants. 



Pour le choix des parcours, on peut piocher selon ses envies.
60 km costaud, 40 km plus facile, 30 km et même 10 km accompagné.
Les dénivelés positifs sont quand même importants sur les deux plus grands parcours, et j'ai pas trop la gnaque de faire le 60 km, mais plutôt d'en profiter avec un max de plaisir sur le 40 km, qui sera bien suffisant.
Un parcours 40 qui devait faire 45 km à l'origine, mais il a été raccourci un peu pour le rendre moins rude suite aux pluies de la veille je suppose.


On démarre à 8h30 avec Jérôme, Pierre et son collègue. Salut à Sophie qui passait par là 😊
Le temps du jour est impec. Le soleil sera le compagnon idéal pour éclairer les montagnes tout au long du parcours.

Une petite route s'élève gentiment et éloigne le village, pour se transformer en chemin plus loin. Un peu d'humidité encore de bon matin avec quelques flaques et des chemins un peu détrempé.
On progresse rapidement vers Prat-Bonrepaux ensuite, en profil descendant pendant quelques bornes sur ce début de circuit. C'est roulant et parfait pour une entame.

Après le village de Prat on peut cavaler dans un petit sentier en herbe au milieu des champs pâturages. Ça monte léger, parfois on est sous des tunnels de végétation, c'est sympa cette trace bien propre. 
Sur la fin respirez un bon coup, ça va piquer ! Allons y pour un joli talus. Ça se cabre sans prévenir sur un chemin gavé de caillasses mouillées. C'est costaud pour les guibolles et ça patine copieux sous la roue. C'est guère possible de passer tout sur le vélo, il y a trop de perte d'adhérence et on s'y crame.
Sur le sec on doit passer en faisant un bel effort.

C'est pas long, on rattrape bien vite la route pour souffler.



A partir de là c'est du velours à monter. 
J'ai perdu mes compagnons de roulage qui sont un peu plus en arrière. Donc je poursuit en solo.
Une petite route d'abord pour relier le hameau de Salège et ensuite un peu plus haut on se met en piste forestière pour une longue montée. 
Pas de difficulté, c'est une pente relativement douce qui se fait bien pour peu qu'on soit pas trop pressé par le temps. Certes c'est un peu long avec 10 km et environ presque 800 m de positif, mais pour monter sans se fatiguer, la piste ça va mieux que les sentiers de chèvre 😊.
Dans le final de la montée, je revient sur deux vététistes, dont Jean Paul qui ferme le parcours 60, On termine la bosse ensemble. 

Km 19 juste en dessous du Pic de L'Estelas, on bascule dans une descente piste pour un peu de récup pendant quelques km rapides. 
Les paysages du Couserans se découvrent dans cette partie.
La piste chemin se remet un peu à la grimpette pour rejoindre la ravitaillement un au km 23. 
On va d'ailleurs y passer deux fois à ce ravito, vu qu'on a une petite boucle de 4 km à faire avant de revenir ici.

La halte au buffet se refuse pas et le saucisson ariégeois attire vite l'attention. 
Sinon vous avez aussi plein d'autres choses à déguster selon les envies, en plus des boissons classiques.



En repartant, c'est une bifurcation des parcours. 
Je sais pas trop comment je me suis démerdé mais je me suis planté de direction en continuant tout droit au lieu de prendre à gauche pour la petite boucle en question.
J'ai pigé la bourde bien plus bas au km 30 au dessus de Cazavet. Alors du coup grâce au gps et avec le fond de carte de la zone, j'ai pu remonter au ravito par une piste pour revenir faire cette bouclette.

Ça ne rajoutait que 2 km de plus en tout.

Donc après le premier passage au ravito 1, on s'engouffre dans un chemin plein d'herbe à peine humide. C'est énergivore pour grimper sur le petit sommet qui marque le début de la descente. 
On est venu pour en profiter de ces merveilleux singles dans les forêts de hêtres. 
Avant de descendre franchement, on a droit à une sente très technique entre les rocailles glissantes. Bon là y a pas le choix faut piloter et jouer du cintre finement. Ça glisse, ça tortille du cul, ça secoue, mais c'est super.
A un jour près ça aurait été encore bien meilleur sur le sec intégral.


Un peu plus loin, je me suis permis un petit extra en faisant 100 m de portage vers le Roc Maléchard.
Un fois là-haut hop je redescends fissa 😊.

Allez, après les petites secousses passons dans la première descente. 
On va déguster une super trace bien ludique dans du gros dénivelé négatif. En plus de pencher très fort vers en bas, tout droit dans les courbes de niveaux, on enchaîne les virages serrés. Ça glisse de partout, les dévers sont coriaces à négocier. 
Ça passe mais c'est parfois bien limite sur cette terre encore humide. Vu ce qu'il est tombé hier, le grip est moyen moyen. 
Quelques rochers ultra glissants obligent encore un pilotage soigné pour pas se mettre en vrac un peu partout.
Pour terminer, on a un joli toboggan qui plonge sur la piste.
Super cette descente ! Elle est pas simple à négocier déjà sur le sec,mais là c'était une belle descente en luge presque. 
Bon moi j'adore ! Et je me suis régalé.

Changement de rythme les gars. Il faut remonter au ravito par la piste. Trois km c'est pas long et pas violent.
Le balisage est bon sur le parcours avec des panneaux, de la rubalise, et des tags de couleur.

Km 27 on est de retour au ravitaillement.
Il y a un peu plus de monde maintenant par ici. 



Après la pause, je reprends la rando vers la suite. Il nous reste 13 km à faire.
Un chemin bien défoncé par la rocaille ondule pendant un bon gros km, et comme il nous reste encore un peu de dénivelé à passer, on a bientôt droit à la petite surprise du Chef.

On s'engouffre dans la végétation à hauteur d'une bergerie et la trace se met à grimper sérieusement.
Un super sentier en sous bois sur des tapis de feuilles.
Deux ou trois virages en lacets, c'est du très lourd. Je pose le pied pour quelques mètres de poussage à deux reprises. Pas assez de jambes pour gravir ces raidars très costauds, malgré mon développement adapté à ce type de pente. 
C'est gaillard ! 
Mais il en faut bien un peu de ces traces rugueuses qui t'envoient chercher à coups sûr un caviar de descente un peu plus loin.

Proche du Sommet de Peyregude, à une altitude de 1100 m, ça ne grimpe plus. La forêt est bien bonne à rouler par ici, sur un monotrace régal qui va plonger et se tortiller joyeusement. Excellent ces passages ! 
C'est encore une fois de la descente bien technique, mais qui se passe bien malgré tout. Moins glissante de ce côté, le grip est un peu meilleur. Demain ce sera parfait 😊.
On poursuit les bons morceaux encore un petit peu pour retomber sur une piste qui descend jusqu'au Col D'Aban.

Km 31 faites vos jeux !
Parcours 40 km à gauche, grand circuit de 60 km en face.
J'ai pas hésité, à gauche toute. Bien que roulant globalement en montant, avec des montées sur pistes, je me voyais pas trop ajouter encore 20 bons km, et peut être 2 heures de temps supplémentaire.
Donc sans regrets je reste sur le 40.
Je reviendrai faire cette boucle peut être en septembre.



Dévalade rapide sur un chemin durant quatre km et on vire à droite dans une ultime descente qui remet une bonne dose de sensations. Pour la dernière c'est toujours superbe et très bon !
On est bien entendu, comme à chaque fois aujourd'hui, en mode glisse. Et c'est encore une descente qui demande de la maîtrise globalement.
Pas ultra difficile, même si on peut y trouver quelques brefs passages un peu enduros ou d'autres qui secouent copieusement. 
Non ce qui la rend tendue, c'est cette adhérence précaire dans le pentu, qui oblige à ne pas trop prendre de vitesse et être souple sur les poignées de freins, sinon c'est la valdingue assurée. Autant que possible faut aussi éviter les arbres qui passent et les racines qui jaillissent. Mais sinon tout va bien 😊. Parfait en tous cas pour finir !

Sur le bas on rejoint le village de Cazaux, et pour terminer en retrouvant le calme, c'est un chemin de plaine bien roulant qui permet de revenir au village d'arrivée.
Et voilà pour cette Terre d'Argile qui mérite qu'on y vienne profiter de ces trésors enfouis en forêt.

Au final 41 km et 1600 m de dénivelé. 3h20 de temps total.

Sous la halle, les tables sont mises, le ravito repas est prêt pour se restaurer.
Et juste à côté le manège carré vous attend pour savourer une bonne bière pression qui doit être locale je pense.

Bon ben qu'est ce que vous voulez de plus ?
Une belle rando pour s'amuser quel que soit son niveau. J'ai adoré ces descentes techniques et glissantes. Sur le sec ce sera encore meilleur.
Pour passer une belle journée de juillet, et vous régaler sur un vtt, venez passer quelques sommets, aux alentours de Cazavet.

Bravo et merci au Club Couserans-Cycliste, à Jean-Paul et Jean-Marc pour cette épreuve ariégeoise. Que ça continue !
On reviendra taquiner la trace sauvage !


Courbes ariégeoises





Terre d'Argile - Terre d'Ariège




Jean-Paul le traceur avec Jérôme




Le départ vers Prat-Bonrepaux




Pierre - Jérôme




Le premier petit sentier bien sympa




Le hameau de Salège




Jean-Paul freine en montant
c'est vous dire si c'est un rapide 😊




En haut de la première montée le paysage s'ouvre




On est attendu au ravito 1




Les très bons sentiers en sous bois




Balisage vtt




Deuxième arrêt au buffet




Village de Cazaux




La dernière liaison vers Cazavet




Ravito repas




Sous la halle du village




Avec Sophie et Jérôme on réhydrate
Très important !
Bonne bière (locale je pense)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire