Lagrace Rando

17 juillet 2011

Les plans qui tombent à l’eau, c’est pas pour nous on va dire.
Quel que soit le temps d’ailleurs, y a toujours un Maillon pour aller tenter l’aventure, et tant pis si ça foire.
Il faut croire qu’il en faut plus que quelques trombes d’eau pour rebuter les plus tenaces.
Ah… ! Le phénomène de groupe, encore une fois c’est plus puissant que tout.


En juillet, un peu comme un pèlerinage depuis de nombreuses années, on avait l’habitude d’aller taquiner le vtt à la fort sympathique Rando de Saint Denis proche de la Montagne Noire.
Sauf qu’en 2011, plus rien, finito, niente. La rando n’est pas reconduite et se délocalise un peu plus haut sur le village de Laprade.
On se doute que les parcours vont être très proches et que ce sera une continuité.
On s’inscrit donc la semaine avant, à la balade + repas.

Une tripotée de mails durant la semaine pour caler le timing et tout le bazar
et le samedi quand même, on s’interroge un peu sur le lendemain, car la météo nous la joue à l’eau claire pour la journée de dimanche.
Pluie annoncée le matin et ensuite ça devient plus clément au fur et à mesure que la matinée évolue.
Bon au club, c’est comme dans les sectes, chacun a le choix et est libre, mais seule la dictature interne fait loi et impose donc à tous d’être présent le matin.
Y a même des mails qui circulent à 5h du mat (si si véridique) pour confirmer qu’on y va.
Dingue ce club ! Va y avoir du ménage aux prochaines élections.

6h15 au rendez-vous habituel, tout le monde est là.
7 Maillons avec kways et imperméables remontés jusqu’aux oreilles. Je vous dis pas ce qui tombe.
On attache les vélos déjà dégoulinants et gaz vers Laprade.
Ça continue de tomber épais sur le trajet.
Là-bas, alors que ça devait être mieux, hum… c’est pas vraiment ça.
Et en plus ça caille un peu. Pluie, rafales de vent etc. de quoi bien dégouter tout le monde.
En arrivant, en plus on voit quelques bagnoles avec les vélos en bandoulière qui repartent déjà.
Quelques collègues courageux du club voisin de Gagnac sont là et bien entendu, peu de monde est au départ.

On commence par déjeuner avec les viennoiseries à volonté, café etc.
Pour ma part, je suis pas chaud à l’idée de partir par ce temps.
A l’inverse, d’autres sont partants et c’est assez mitigé dans le groupe.
On va dire cinquante cinquante, d’un côté on y va, de l’autre on reste au chaud dans la salle des fêtes.
Le temps passe, ça fait 45 minutes qu’on poireaute et personne ne se décide réellement.
Le club de Gagnac démarre, quand nous arrive Charly et les Stones Riders.
Eux, ils y vont pas par quatre chemins – surtout qu’il y en a beaucoup plus - ils sont venus et c’est pour pédaler maintenant.
Ça motive finalement un peu plus, la balance commence à pencher pour le roulage et on se décide enfin pour y aller.
Plutôt que de finir en poules mouillées, on va se mettre une bonne séance de vtt dans le gras et la bouillasse.

Parcours de 35 et 70km. En fait il s’agit de deux boucles de 35 bornes qui partent du village.
Vu l’heure et le temps surtout qui a rendu les conditions de roulage pas simple, on décide de faire qu’une boucle.
Après avoir discuté avec l’organisation des deux options, ils nous conseillent la partie fléchée en bleue plutôt que la rouge.
Plus amusante avec quelques traces ouvertes il y a peu dans les sous-bois, elle semble la meilleure des deux.
On fait tourner les jambes vers 9h30. Est-on déjà parti rouler aussi tard ??
On sort du village pour se mettre sur les chemins. Les conditions sont pas épouvantables, il pleut certes, mais on se réchauffe vite sous les impers et le terrain très humide ne colle pas vraiment. Il y a des projections c’est sûr, mais comme c’est bien trempe, ça roule plutôt bien.
Les premiers quinze premiers kilomètres sont très roulants, à tel point qu’on se demande si c’était bien la bonne boucle à faire.
Des chemins boisés, dans les forêts de pins tout le long.
Pas vraiment de bosses ni de descente, juste des faux plats plus ou moins longs.
Un ou deux passages intéressants quelques fois avec des brides de sentiers, la traversée de la digue du barrage de Laprade ou le cheminement au pied des éoliennes masquées par les cimes des arbres.
On les entend avant de les apercevoir dans le filtre des branches.
Passé cette première partie, on arrive au ravito 1. Deux sympathiques dames nous attendent sous le barnum avec plein de bonnes choses.
On se restaure un court instant avant de s’y remettre.
Il pleut toujours, mais ça se passe bien. On roule ensemble dans la bonne humeur.
La reprise est cette fois nettement meilleure du côté du circuit.
On commence à déguster des monotraces avec grand plaisir. Et c’est maintenant bien orienté vtt ludique.
Après une bosselette pas trop compliquée, on s’engage dans une descente du tonnerre.
Une trace fraichement ouverte qui penche fort dans le bon sens, des virages rapides à enchainer entre les pins en sous-bois.
C’est très peu humide car la végétation protège et le plaisir est au beau fixe.
Quelques passages techniques sont là également pour affiner le pilotage. Superbe !
Un bon gros dénivelé négatif qui fait l’unanimité.
Ensuite pardi, faut remonter. Et les bosses de cette partie sont copieuses. Mais superbes aussi, toutes en monotraces.
Une belle variété de sentiers qu’on a déjà parcouru lors des éditions de la rando de Saint Denis, qui sont un vrai régal à dérouler.
La pluie a cessé depuis un bon moment déjà et le soleil se fait plus gaillard.
Le ravito numéro deux vers le km 26 nous permet de faire la pause dans une ferme du coin.
C’est le propriétaire des lieux visiblement qui propose une table sucrée salée bienvenue.
On s’accorde quelques instants pour déguster, à l’inverse de Nico, qui fait une pause éclair
et s’échappe rapidement avec deux pâtes de fruits et un abricot sec.
- Dépêche-toi Nico, on va te rattraper !
On repart sur un parcours toujours aussi amusant pour boucler la dizaine de km qui nous sépare de l’arrivée  avec un retour qui se fait de nouveau en bordure de la retenue d’eau de Laprade où nous attend comme à chaque fois dans cette région, le somptueux passage des bords du lac. Excellent !
Le village d’arrivée est en vue peu après la sortie de ces sentiers.
Un joli parcours de 37km. Roulant sur la première partie et ensuite un vrai régal pour le vtt jusqu’au bout.

A l’arrivée, un repas complet et abondant vous attend. La bière est aussi à volonté.
On retrouve Charly et ses collègues qui ont testé la boucle rouge pour un résultat identique.
Super parcours aussi. Dommage le temps sinon on aurait pu faire la totale.
Enfin pour mettre une ambiance sympathique et enjouée, un chanteur audacieux et énergique pousse la chansonnette en revisitant la variété française avec talent.
Bravo, la salle est à l’écoute et donne de la voie en chœur.
C’est très bon pour une première organisation, à qui on ne peut ne que souhaiter plus de réussite côté météo car pour le reste y a tout ce qu’il faut.

Finalement, on a bien fait d’y aller. Et encore mieux fait de se mettre le cul sur la selle malgré ce temps bien pourri.
On aurait loupé quelque chose de bien une fois sur place.
Le vtt ça peut aussi être sous le mauvais temps parfois, et on y trouve toujours un intérêt malgré tout, surtout en groupe ou la « galère » est beaucoup plus souriante.
Le plus dur finalement c’est de démarrer.


Bravo à tous.


Causerie :

Taper la causette :-)