Saint Denis

24 juillet 2006

Faut bien un petit commentaire quand même sur le petit raid de dimanche dernier à St Denis. 
Je fais léger et mignon car je suis de bonne humeur quand j’y repense. 
Pour situer le décor, St Denis c’est un patelin discret proche de la Montagne Noire.

L'an dernier on a testé à quatre ou cinq et on avait vécu quelque chose de grand et du coup c’est un fourgon de treize Maillons qui s’est déplacé. 

Du jamais vu je crois au club. Plus bien sûr les deux Stones Rider Charly et Martine avec qui on est toujours ravi de partager les bonnes choses. 

On manque de superlatif adéquat pour qualifier cet épisode géantissime. 
Ca fait environ presque quinze ans que je roule plus ou moins un peu partout dans la région et je ne me souviens pas avoir autant apprécié une sortie vtt. 
Que dire de plus pour résumer cette journée. En 2005 c'était top, cette année c'est encore un cran ou deux au-dessus.
Un tracé de 50 km proposé cette année (55 en réalité), avec certainement quarante à quarante cinq bornes de monotraces. 
Un amusement perpétuel derrière les petites cotes bien raides. Le bonheur n’attend pas là-bas, c’est d’entrée le top, pas de préliminaires ou d’approche timide. A peine sorti du village que déjà tu te retrouves à mouliner dans de superbes sentiers ombragés. 
Et c’est parti pour ne plus s’arrêter. Je me souviens avoir regardé mon compteur en bas d'une descente somptueuse qui terminait par un enchaînement de virages relevés ; on avait parcouru vingt km sans en démordre. 
Le mode de conjugaison de la région c’est le plus que parfait faut croire. 

Et quand on pense qu’on va se réveiller, sortir du rêve, qu'on va se retrouver bientôt sur une route ou une piste quelconque, on a tout faux. Ça repart de plus belle en suivant et c'est même juste croyable. 
Quelle que soit la pratique de chacun, c'est du tout bon partout. On se rend compte que par endroits les traceurs sont allés dénicher des pistes splendides, plutôt que de passer sur des chemins classiques. Un gros travail de fouilles sûrement pour notre plus grand plaisir, et faut dire que là-bas y a des sentiers dans tous les sens. Quel régal ce doit être de mijoter un circuit. D'ailleurs est-ce permit de proposer tant de luxe question vtt?

Malgré tout c'est pas un raid de tout repos attention. Ça fait mal aux cuisses quand même, y a de bonnes grimpettes qui consomment du jus. Trois ravitos sont d’ailleurs bienvenus pour prendre le temps de se refaire, bien tenus par des personnes agréables. 

Le seul défaut que j'arriverai à trouver, c'est l'absence de défaut justement. On prend tout et on garde. Le parfait n'existe pas soi-disant mais là on s'en approche pas loin. Du pur vtt avec des sensations inoubliables et marquantes pour longtemps. 

50 km ça suffit amplement mais j’aurais pas trop rechigné à m’en faire dix ou quinze de plus s’il l’avait fallu car on devient vite dépendant et accro avec ce genre de ballade.
Une fois qu’on a rangé le vélo et rafraîchi le bonhomme, faut surtout pas oublier de s’installer à l’ombre des platanes sur la place pour déguster le repas complet proposé par une organisation résolument impeccable. 
Accrochez vous ça dépote; Apéro, salade, grillade, fromage, dessert et café. J’allais oublier le vin. Rien que ça oui ! 
Le tout rythmé par un jeune trialiste plein de talent qui voltigeait d’une caisse à l’autre. C’est du haut niveau de qualité à bas prix. Treize euros pour ce festival, on est loin du racket organisé de certaines grosses manifs. Splendide !

Si ceux qui l’ont déjà fait vous annonce que là-bas c'est le top, ne les croyez pas. C’est en dessous de la vérité et bien mieux que ça encore. 

Bon je termine. 
On a jusqu'alors fait plein de belles choses à vtt, dont de nombreuses qu'on a trouvées extra et d'autres qu'on a qualifié de Maillonesques tant elles nous ont plues. 
Pour ma part celle là, je la trouve Maillonissime.

Causerie :

Taper la causette :-)