Journée vtt

25 octobre 2003

Actualité vtt peu florissante en cette période, on va faire court. 
C'est pas que j'ai pas envie, mais ça va pas être commode de meubler (oui bon c'est un calembour à 2 balles, mais chavait pas où le mettre).


En plus, j'ai pleins d'idées pour la semaine prochaine, du genre vous parler peut-être du calendrier, d'une sortie quad, d'une ballade dans les arbres du coté de Rieumes, du mois Carrefour qui se termine où pourquoi pas d'une journée type pour un vététiste, mais bon là cette semaine je sèche un peu.

Et d'ailleurs tiens pour une fois, on va mettre tout le monde à contribution, à propos d'une journée type pour un vététiste, qu'est ce que ça pourrait être pour chacun de vous?
J'attends vos réponses si ça vous tente. Pas dans 10 jours hein!!
Je vous imagine la mienne pour ouvrir les débats (faut toujours montrer l'exemple y parait)

Une journée vtt type pour moi, tu te lèverais peinard un dimanche, 6h du mat par là c'est honnête, après avoir dormi peut-être un peu plus que d'habitude dans la nuit (heure d'hiver oblige), tu attaques donc ta journée en forme (de quoi on sait pas, mais en forme).


Ensuite le truc habituel de chacun, tu bouscules 2-3 assiettes histoire de pas faire de bruit, tu prend ton kawa et ton p'tit beurre, quelques brassées d'eau froide sur le tarin, un coup sur les chicos et t'es déjà mieux non?
Tu passerais prendre ta panoplie complète, ton nécessaire de réparation avec l'indispensable cartouche de CO² pour éviter les coups de pompe et ton bike bien sur, puisque c'est quand même une sortie vtt.



Dans la minute, tu sors de chez toi, il flotte un peu mais rien d'inquiétant t'en as vu d'autres.
Le truc pas mal serait que t'es deux potes qui arrivent, histoire de pas être seul et hop direct tu désosses rapide les bécanes, tu charges le van et tu tailles la route.
Tu sais pas où tu vas, mais tu sais par contre qu'en France en général et même guère bien loin de chez toi, il y a toujours un coin approprié et accessible à tous pour une virée sympa.

Ça roule bien, t'as déjà fait une bonne centaine de bornes, il pleut presque plus et tu aperçois même un coin de ciel clair un peu plus loin. 

Tu avances encore un poil et tu te retrouves vite dans le paysage idéal. Des grandes plaines avec quelques grosses collines alentour et tu te dis certainement "là y a à faire". 
Tu fous le cligno vers le premier patelin.
T'aurais pas passé le panneau du bled que tu remarques que les seuls passants que tu vois se dirigent tous vers la boulangerie. Je me vois déjà le sourire en coin et comme le café du matin est déjà loin, tu fais de même. 

Bon la boulangère serait peut être pas terrible, mais bien sympa et les croissants sont chauds.
Tu te gares un peu plus loin sur le terrain de foot, tu descends et oula, ça pique un peu. L'automne est là c'est sûr. Vu que t'as des potes toujours prévoyants, y en aura bien un qui aura pensé au thermos de café. 

Croissant et café, le tout bien chaud, de suite ça va mieux.




Les bonnes idées tout le monde en a, alors il se peut que d'autres gars aient eu la même que toi ce matin, le vtt c'est rassembleur en plus et pendant que tu termines ton nectar sans en tomber une goutte bien sur (désolé Jean-Louis), quelques gars du voisinage et de la région se pointent sur leurs vélos.
Bien sûr, ils connaissent parfaitement le site et te proposent direct de te le faire découvrir.
Bon à ce stade là, je la sentirais bien moi la journée!

Pendant que tu finirais d'enfiler tes manchettes, ça discute matos, match de la veille, on regarde les différents bikes.
Dans le groupe, y aura toujours un gars avec son appareil photo pour fixer l'événement.
Et enfin, tu démarres. C'est la ballade donc ça roule peinard sur les chemins en bordure des vignes, mais vivement que ça monte un peu pour augmenter la fièvre.



Après quelques bornes, je me vois bien arriver dans les premières pinèdes qui annoncent le pied de la bosse qu'on a repéré un peu plus tôt. 
Une première pause pour permettre à certains d'évacuer un léger trop plein, et ça repartirait plus volontaire dans une première montée technique, pas franchement difficile mais copieuse quand même. Là tout de suite c'est net, moins de bavardages et plus de concentration, mais on garderait le sourire tout de même pour notre photographe toujours idéalement placé. Au bout de quelques hectomètres, y aurait bien un replat ou un croisement pour reformer le groupe. 
Dès que ça monte, même en ballade les écarts aussi grimpent.



A moins qu'on puisse faire une variante, genre un magnifique singletrack en sous-bois (toujours magnifique le singletrack en sous-bois), ce qui permettrait aux autres de nous rejoindre un peu plus haut par la piste normale. L'ascension se poursuivrait tranquille pour chacun, sans oublier toutefois de profiter du point de vue qui se dessine à mesure que l'altitude augmente. 

Et qui sait si en prêtant l'oreille, on percevrait pas un bruit de cloches porté par le vent, de même qu'on entendrait à coup sûr quelques dérailleurs réticents à remonter la chaîne ou quelques v-brakes qui couinent.

Bon depuis le temps qu'on monte, je voudrais bien arriver au bout quand même!! Là on respire, au point le plus haut, en plus de la vue à 360°, on aurait une bâtisse peut-être, une vigie, une tour ou encore une cabane avec un parterre de cailloux etc. 

Par contre on éviterait de s'éterniser car déjà en bas ça pelait alors en haut les extrémités seraient pas fières.
Et puis, je verrais bien une pure descente avec du single technique, de la caillasse qui te bouge grave, des portions rapides, des morceaux à 75%, des arbres qui traversent et bien sûr toujours notre paparazzi en grande forme dont l'unique objectif serait de saisir les vautrages des quelques optimistes qui défient les lois de la physique.

Le temps passe vite quand on se régale, et certainement qu'au bas de la descente il faudrait songer à rentrer car mine de rien on pourrait avoir fait une petite quarantaine de bornes une fois rentré. 




Certes ça ferait pas lourd pour des assoiffés de raid comme nous, mais dans ce genre de rando, les kilomètres convertis en plaisir c'est énorme.
Allez, un retour rapide par les pistes et les routes, nous ramènerait ravis au point de départ, pour clôturer cette sortie que même un petit crachin récurrent n'aurait réussi à gâcher.

On peut toujours se prendre à rêver d'un complément idéal à cette sortie. 

Du genre une bonne douche bien chaude dans les vestiaires d'un stade (y a toujours un stade dans chaque village). L'ambiance vestiaire vous connaissez tous et ainsi quelques vannes biens grasses plus tard, on pourrait rentrer carrément dans le rêve pour se retrouver dans la cave d'un domaine viticole et là ce serait le bonheur.

De gigantesques cuves pleines de vin adossées à chaque mur, divers instruments de torture-vendange, un chai et au milieu de tout ça une table sur toute la longueur. 

A ce niveau là (dans les cuves) tu vas vivre sûrement un grand moment.
Apéro du maçon le vrai avec le rosé maison, charcutailles, causeries sur le vin et le domaine, observation de la bâtisse etc. 




Quelques bouteilles plus tard, on prendrais place autour de la table où les discussions reprendraient bon train entre deux morceaux de pâté. Journée presque royale déjà, mais le grand cru du jour ne tarderait certainement pas à apparaître sous la forme de deux immenses poêles spéciales paella.

Un coup comme ça, t'as toujours le téléphone qui sonne ou ta femme qui t'appelle pour te sortir du rêve. Non surtout pas, tu te pinces pas, rien, nada, tu vas pas te réveiller maintenant.
Inutile de préciser que la paella serait un enchantement, un délice, le genre de plat qui fait qu'on se retient difficilement d'en reprendre trois fois pour certains. Et tout en continuant le repas, le proprio himself (surement très à l'aise sur un vtt au demeurant), nous ferait peut être déguster les différents vins de sa production.
Ainsi les verres continueraient de se vider avec modération mais grand plaisir, autour du fromage et jusqu'au café.

Les rêves ayant quand même une fin on pourrait ramener quelques bonnes bouteilles pour en profiter avec le club autour d'une table bien réelle cette fois et conclure en saluant toutes ces personnes qui nous auraient rendus ce dimanche pas comme les autres.
En souhaitant bien évidement en vivre encore.

Voilà un peu le genre de journée type que j'aimerais faire à vtt, et après une telle aventure, il peut bien tomber un déluge, rien ne vous enlèvera tous ces instants.




Alors, si jamais un jour vous recevez un mail, ou une invitation d'un gars agréable, d'un autre club sympa, et qui vous propose ce genre de journée, bah moi je sais pas vous, mais j'y vais direct et j'espère ne pas être le seul !!

C'est tout pour cette semaine, bon vtt et à bientôt.

Ah !! J'allais oublier, dimanche dernier, la ballade vtt dans les Corbières. C'était bien.
Vraiment!!


Je vous en parle bientôt promis.

Causerie :

Taper la causette :-)