Cap Nore

17 juin 2012

Une montagne de plaisir au prix d'un bel effort, et au prix fort.
Voilà en gros ce qu'on a vécu dimanche 17 juin 2012. C'est aussi ce qui arrive tous les ans à la même époque.
La Cap Nore c'est une épreuve Ô combien connue dans la région.

J'y étais allé une première fois en 2008, et j'avais trouvé ces parcours excellents.
Cette année on y a fait un petit débarquement de 12 Maillons pour profiter de ce superbe

site, où le vtt y est un plaisir sans cesse renouvelé à chaque occasion.
Et de plus, il ne manque pas de rando organisée dans ce coin du Minervois.

Beaucoup de monde fait le déplacement, surtout que le soleil s'est enfin imposé un dimanche.
Ainsi 1300 participants environ auront roulé sur les différentes traces du raid le dimanche.
Le samedi l'organisation ATAC Vtt propose la Déval'Nore et le lendemain,
place au grand raid Cap Nore dont le plus grand parcours propose 100 km avec un dénivelé de 3500 m.
Parcours splendides et excellents pour cette nouvelle édition, meilleurs encore que celui que j'avais fait précédemment.
J'ai eu l'impression d'être tout le temps en train de me régaler sur ces sentiers.
Seule la longue montée vers le Pic de Nore peut paraitre un peu monotone et difficile car très longue,
encore que parfois on profite de morceaux de monotraces dans les forêts de pins qui à elles seules valent leur pesant de sensations,
mais c'est le tarif de l'effort pour profiter ensuite d'un super profil descendant jusqu'à l'arrivée.
De nombreux circuits plus courts sont aussi au catalogue pour que chacun y trouve son compte.

Côté organisation, c'est du très lourd et de qualité. Beaucoup de bénévoles au départ arrivée, sur les parcours, des secours nombreux,
des signaleurs sur les routes, des ravitailleurs à 6 ou 7 endroits différents des circuits.

Ça part tôt par là-bas. 6h30 vous pouvez y aller. C'est une bonne chose car, 100 km c'est en moyenne de 8 à 11h d'effort, et les jours de grande chaleur, il vaut mieux en faire un max en matinée.
Ensuite place au bonheur quasi perpétuel, du début à la fin c'est une très longue succession de monotraces.
Il y a bien entendu de longues pistes, et quelques bouts de route, mais les sentiers y sont légions.
Et inutile de dire qu'on y trouve un immense plaisir à les parcourir.
Sur la première partie, 35 à 40 km, les circuits sont gavés de sentes superbes, avec des difficultés plutôt faciles à surmonter et des descentes très ludiques.
Toute une palette de traces excellentes. Certaines sont fraichement ouvertes ou réaménagées, beaucoup de travail effectué par l'organisation qui œuvre pour un plaisir à rallonge ensuite.
Le balisage est facile à suivre et bien visible pour les différents parcours.

Le succès de cette épreuve qui attire beaucoup de monde, pose plus qu'ailleurs encore le phénomène bouchon.
Et au début, ça coince fortement. En partant pour le grand circuit, même de bonne heure,
on redouble deux ou trois fois les mêmes personnes qui font des parcours moins longs,
car plusieurs raccourcis sont mis en place sur le 100 km pour réduire la distance à 80, 60 ou 40 km.
On fait avec bien entendu, mais ça crée des longues files indiennes de vététistes à petite allure dans ces superbes sentiers.
Et sur les 40 premiers km, il y a beaucoup de monde.
Par la suite, ça va nettement mieux à partir de la boucle des 100 km et jusqu'à la fin où tout est beaucoup plus fluide.

Des ravitaillements sont éparpillés tous les 15 km environ pour permettre de se restaurer.
Pas besoin d'emmener des provisions du coup, y a ce qu'il faut en grande quantité.

Arrivé à la boucle des 100 km, la descente sur Lespinassière vaut au moins cinq étoiles.
Excellente d'un bout à l'autre.
Les successions de marches en terre entre les pinèdes sont étourdissantes de plaisir.
Descente à rallonge en plus en plusieurs temps. Et bref… faut aller la faire d'urgence. Bonheur XXXL.
Bon… derrière ensuite, faut pas rêver, même si c'est permis.
Mais la musique n'est pas la même. C'est la partie vers le Pic qui va vous occuper pendant un long, très long moment.
D'abord une petite boucle avec une bosse copieuse avant de redescendre vers le village un peu plus tard.
Et ensuite, on enquille la grande montée du jour. 16 km de pistes et chemins dans les forêts.
La température est chaude mais pas excessivement et surtout pas étouffante à mesure qu'on prend de l'altitude.
On profite de bons passages à l'ombre heureusement.
Le dernier km du Nore est à découvert avec un dernier morceau plutôt raide dans la prairie.
Le point de vue au pied de la tour est unique dans la région.
Et puis une fois que vous êtes là, c'est quasiment gagné, il reste 30 km pour redescendre sur l'arrivée.

Et quelles descentes à répétition!! Un vrai festival royal.
Grandiose perte d'altitude vers Pradelles, ça continue encore ensuite, toujours sur du très bon.
On remonte un peu pour les éoliennes sur le ruisseau un peu boueux, qu'importe, c'est pour replonger de plus belle et plus fort encore derrière jusqu'à Trassanel et même Marmonières,
en passant par le magnifique Pas de Mountserrat et la vieille voie romaine.
Que du très bon sur ce final classique mais toujours superbe.

Le soleil cogne fort maintenant dans les plaines surchauffées, mais bon partez pas encore
car il reste le super passage dans le ruisseau de la Grave, jusqu'à Limousis.
Ça abuse grave d'ailleurs dans le plaisir là-dedans. Lit de pierre ultra joueur pour finir.
Quel régal encore!!

Passé cette énorme succession de délices depuis le Pic, il reste dix bornes avec encore
un paquet de monotraces vivantes qui se déroulent de fort belle manière sous les roues.
Et le final dans le ruisseau sur les petites passerelles de bois, c'est pas du bonheur ça??
On y trouve de tout à Cap Nore pour le plaisir et j'ai été ultra ravi de ce parcours 2012.

Ravito et douche pour finir.
Le pointage à l'arrivée, me donne un temps total de 8h06mn, ce qui correspond à mon pointage perso.
7h36 de roulage et 30 mn d'arrêt. 3230m de D+ pour 99 km et 13 de moyenne (roulage)

On a roulé groupé au début et ensuite en duo pour ce qui concerne les équipes en préparation du raid des 3 Vallées,
pour rouler chacune dans son rythme.
Tiens allez! Quelques brèves du club pour cette édition.
- J'ai roulé impec avec Julien, un bon rythme tout le long sans faiblir pour le duo.
- J Luc et JeanMi, nos vieilles momies ont assuré aussi question roulage. Même pas mal!
110 ans à tous les deux (au moins) et un cent bornes au compteur.
Et ne les agacez pas car elles se rebiffent souvent.
- Christophe en garde rapprochée du duo les a accompagné tout le long.
- Alain qui fait des nuits blanches avant une Cap Nore, en bave un max mais finit quand même. Fallait le faire!
- Guillaume a passé le Cap, ça y est. Enfin un cent bornes au compteur.
- J Louis, 100 bornes, sans problème, 100 au cardio, sensass. Le tout en mode bombardier.
- Aaaaahhh!! Nico qui avance bien sur le 80.
- Benoit qui devrait prendre l'option 100 bornes vu sa forme, mais le Cannondale a fourché sur la fin.
Faut mettre deux bras de fourche Benoit :-)
- Alban n'a pas trouvé de bistrot sur le parcours avant la montée vers le Pic de Nore donc il a bien fallu qu'il grimpe.
- Stéphane quant à lui, pompier volontaire parti sur le 80,
il s'est employé à soigner un blessé le long de la voie romaine avant de finir le raid. Bravo.
- Elodie s'attaque au 60. Bravo, pas évident quand on roule très peu.
- Nicolas à court de roulage, ressort le vtt pendu depuis la Garoutade pour faire le 60.
- Et puis Martine et Ana sur le pédestre.
Super weekend pout tous.

Deux bémols et pas des moindres malgré tout.
Le tarif d'inscription. À 30€ (inscription en ligne) ça reste cher (trop) pour un raid.
Et le repas en supplément (10€) oubliez le, c'est pas bien du tout et ça ne vaut surtout pas ça.
Dommage la grillade du ravito de Pradelles, qui serait excellente sur l'aire d'arrivée
pour clôturer cette belle épreuve sans fausse note.

Superbe Cap Nore en 2012, épreuve de grande qualité qui séduit toujours autant de monde.
Bravo pour votre organisation.


Causerie :

Taper la causette :-)