Cotes Gasconnes

27 mai 2007

Ça remue pour ce weekend.
Certains sont déjà partants pour Gruissan alors que d'autres pointent le doigt sur les Kmaz.
Dans les deux cas ce devrait être une réussite question vtt si la météo est bonne.
Je pensais pouvoir partir sur les Cammazes mais c'est manqué pour moi. Pas de vtt ce dimanche.

Dimanche dernier, j'ai testé les Côtes Gasconnes avec Momoye et Patoche. Ça n'a échappé à personne, il avait un peu plu la veille.

Un bon gros déluge avec une cinquantaine de millimètres de flotte. On manque d'eau y paraît, eh bien c'est pas à Fontenilles maintenant en tous cas.
Malgré tout, 250 vététistes environ étaient présents. Beaucoup moins que prévu sûrement, mais quand même c'est pas si mal. Heureusement pour l'organisation, la météo s'est remise dans le bon sens le dimanche jusqu'en fin d'après midi.

Un petit déjeuner avant de se préparer et on prend le départ pour 45 ou 70 km vers les coteaux gersois. On savait où on allait donc pas de surprise sur les premiers sentiers, ça colle pas vraiment mais c'est bien trempe. Malgré les pneus adaptés, c'est loin d'être évident. Le rendement sous la roue n'est pas terrible, les bosses habituelles de la région sont pas simples à négocier. Quelques traces dans les bois ainsi que quelques chemins permettent de rouler plus aisément, mais la plupart du temps c'est très rude.
L'eau qui ruisselle un peu partout permet heureusement de nettoyer les pneus, on est trempé depuis le départ donc lorsqu'on a droit à quelques traversées de ruisseaux en cru, on n'hésite pas une seconde avec de la flotte jusqu'au genoux la plupart du temps. Le long du parcours, on revisite tous les petits sentiers disponibles. Pas de souci dans les descentes, ça glisse trop fort même dans certaines. 

Au premier ravito, on en est à une quinzaine de km et ça fait une heure quinze environ qu'on patine. Vu la distance ça risque d'être long, et surtout de faire un peu tard pour moi. On opte donc pour le 45 km et on prend le temps de se restaurer. Si on était loin de se régaler sur le terrain, c'était tout l'inverse au ravito. Tu sais pas trop par où commencer. Le thème principal c'est les crêpes comme on le sait. De toutes sortes et à pleins de parfums différents. Un vrai festin qu'on prend le temps de déguster cette fois. Bravo c'est une réussite, dommage presque qu'il faille repartir. 

La suite du circuit négociée aux mêmes conditions et payée au même tarif. Dur dur le vtt. Une grosse quinzaine de bornes à manger gras. Je ne sais pas si c'est l'état du terrain ou une petite forme, mais j'avais l'impression de ne pas avancer.
Le ravito deux se profile au sommet d'un bout de route. Pas très français ça!! Bref, en haut d'une bosse plutôt terrible. Allez on fera bien dix minutes d'arrêt pour reprendre la dégustation de toute à l'heure. Et il faut savoir que y a des mecs qui s'arrêtent même pas. Les cons! Enfin bon, c'est pas ce que je voulais dire, moi aussi parfois je m'arrête pas aux ravitaillements. Mais là ça abuse.
On finira de se rincer sur la dernière partie. C'est un peu moins rude il me semble bien que je soit plutôt cramé et ravi de voir la ligne. 

Un peu de toilette et rangement du vélo. Le pauvre, dans un sale état lui aussi mais il s'en sort toujours bien. Un bichonnage soigné et il va repartir de plus belle bientôt.

Avant de partir, un petit tour pour saluer Gérard et sa troupe qui ont pu malgré les conditions assurer une bonne édition 2007 de leur raid. Et bravo à ceux qui ont fait le grand parcours.

Notre Patoche s'est lui arrangé pour arriver bien placé. Voir la photo sur le site du club de Fontenilles ICI

Causerie :

Taper la causette :-)